Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

61 - QOC 96-450 Question de M. Jean-Marie LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris à propos de la création d'un centre de civilisation chinoise

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Marie LE GUEN à M. le Maire de Paris concerne la création d'un centre de civilisation chinoise.
En voici les termes :
"La communauté chinoise parisienne est fortement implantée dans le 13e arrondissement. Au-delà de l'intégration en cours de cette communauté dans la Capitale, il apparaît qu'une demande existe de mieux connaître l'histoire et l'actualité de la civilisation chinoise tant pour les personnes issues de l'immigration asiatique que pour les autres.
Aussi, M. Jean-Marie LE GUEN et les membres du groupe socialiste et apparentés désireraient-ils savoir si M. le Maire de Paris est favorable à la création d'un centre de la civilisation chinoise dans le 13e arrondissement, et dans l'affirmative, s'il serait prêt à encourager les concours publics et privés pour son édification et son fonctionnement."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Pierre GÉNY.
Des responsables d'associations, regroupant des Parisiens d'origine asiatique, ont fait part de leur souhait de voir se créer une Maison des cultures d'Asie à Paris.
Sur le principe de cette Maison, M. le Maire de Paris a émis un avis tout à fait favorable et a demandé que soit étudiée précisément sa faisabilité.
Le projet a été évoqué à plusieurs reprises, notamment dans le cadre de la Commission extra-municipale de l'intégration.
Lors de sa séance du 23 mai 1996, en présence du Maire de Paris, un groupe de travail a été mis en place pour examiner de manière précise les modalités techniques et financières de la réalisation d'un tel projet.
Les associations de quartier consultées sont bien entendu parties prenantes de cette réflexion. Leurs avis seront pris en compte, tant pour la localisation que pour le montage financier public ou privé, national ou international. Ce projet pourrait notamment prendre la forme d'une fondation française.
M. le Maire de Paris jugera et décidera des suites à donner à cette ambition sur la base du rapport qui lui sera remis à l'issue de cette réflexion collective.