Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - QOC 96-425 Question de M. Roger MADEC et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris concernant l'élargissement de la rue de l'Ourcq (19e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - La question suivante de M. Roger MADEC à M. le Maire de Paris concerne l'élargissement de la rue de l'Ourcq (19e).
Elle est ainsi rédigée :
"Dans le cadre d'un projet d'élargissement de 1'Ourcq, dans sa partie comprise entre les avenues Jean-Jaurès et de Flandre (19e), la Ville de Paris a préempté de nombreux lots immobiliers, côté pair, notamment entre les nos 6 et 30 inclus. Ces logements sont murés et laissés à l'abandon. Par conséquent, le paysage urbain du quartier est fortement dégradé. Compte tenu des difficultés budgétaires de la Ville de Paris, ce projet d'élargissement de cette rue ne semble pouvoir être mené à son terme.
M. Roger MADEC et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris d'arrêter ces préemptions et de remettre en état les logements dont la Ville de Paris est propriétaire.
Le projet d'élargissement de la rue de l'Ourcq est contradictoire avec la politique du nouvel urbanisme et du développement d'une politique de transport de substitution à l'automobile."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint.
L'élargissement de la rue de l'Ourcq, dans sa partie comprise entre les avenues Jean-Jaurès et de Flandre (19e) est prévu au Plan d'occupation des sols depuis 1977, sous forme d'emplacements réservés pour élargissement de voirie.
Cet élargissement vise à donner à la rue de l'Ourcq une largeur de 16 ou 20 m selon les sections, pour lui permettre de mieux assurer sa fonction de liaison interquartiers s'agissant, avec la rue de Crimée, de la seule rue traversant le plan d'eau entre la place de Stalingrad et le boulevard des Maréchaux et reliant les deux moitiés du 19e arrondissement.
Sa conception doit permettre l'implantation d'un couloir de bus en site propre, un réaménagement des carrefours existants avec les voies radiales (avenue Jean-Jaurès, rue Léon-Giraud à prolonger, rue de Thionville, quais de la Marne et de l'Oise, avenue de Flandre), la création de trottoirs plantés, la requalification des espaces publics et, le cas échéant, de pistes cyclables. C'est le cas en particulier le long de la voie S.N.C.F. de Petite ceinture et aux abords des quais du canal.
Dans le cadre de ce projet, un périmètre de droit de préemption urbain renforcé a été instauré en 1988 et 1990 sur une emprise plus large par rapport aux seules réserves de voirie, afin de réaliser une opération d'aménagement associant à l'élargissement de la rue sur certaines sections une requalification de ses rives.
La rue de l'Ourcq est en effet bordée, par endroits, d'un tissu urbain hétéroclite composé d'anciens immeubles délaissés occupés par des locaux liés aux activités antérieures de la voie d'eau ou d'immeubles en état médiocre ou même vétuste.
Dans le cadre des nouvelles orientations d'urbanisme définies par M. le Maire de Paris, et du réexamen des secteurs d'aménagement déjà lancés et qui présentent des difficultés, un réexamen de ce projet sera réalisé à brève échéance, il permettra d'arrêter, en concertation avec les élus de l'arrondissement, les dispositions à prendre en ce qui concerne notamment les réserves figurant au P.O.S., l'utilisation des terrains et immeubles déjà acquis, la gestion du patrimoine municipal.