Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - QOC 96-441 Question de M. Alain MORELL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concernant la Commission départementale de la sécurité routière

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Nous passons à la question orale de M. Alain MORELL concernant la Commission départementale de la sécurité routière.
En voici le texte :
"M. le Maire de Paris envisage de proposer au Conseil de Paris un débat sur la politique concernant les déplacements et la circulation dans Paris.
La Commission départementale de sécurité routière ne s'est pas réunie depuis plusieurs années.
Membre de cette commission, M. Alain MORELL a demandé, dès le 28 mai 1996, à M. le Préfet de police qu'elle se réunisse. Il n'a pas jugé opportun de le faire pour le "Plan vélo".
Il a réitéré cette demande par courrier, en date du 8 septembre 1996, pour préparer une réflexion globale sur les déplacements, la question de la sécurité paraît des plus importantes et par conséquent la réunion de cette commission est essentielle.
Quelle disposition M. le Maire de Paris entend-il prendre afin que la Commission départementale de sécurité routière soit composée et convoquée dans les meilleurs délais, afin d'apporter son concours utile à la nécessaire réflexion sur la sécurité des déplacements."
Monsieur le Représentant du Préfet de police, vous avez la parole.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - La Commission départementale de la sécurité routière peut être consultée pour toute question générale ayant trait à la sécurité routière.
Elle a notamment pour mission :
- de réunir tous les éléments d'information sur la sécurité routière ;
- de proposer au Préfet de police des mesures de toute nature propres à diminuer les accidents de la route ;
- de contribuer par l'intermédiaire des associations et organismes concernés à la sensibilisation de l'opinion.
M. le Préfet de police envisage de provoquer une réunion de la commission dans les prochaines semaines, au cours de laquelle pourront être évoqués les différents sujets d'actualité relatifs à la circulation dans Paris, sous l'angle de la sécurité routière.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - M. GOUJON a la parole.
M. Philippe GOUJON, adjoint. - Pour compléter rapidement la réponse du représentant du Préfet de police, j'indiquerai que la sécurité des déplacements, et plus particulièrement celle des cyclistes, pourrait effectivement être inscrite à l'ordre du jour de cette prochaine Commission départementale de sécurité comme vient de l'indiquer M. le Représentant du Préfet de police, celui-ci préside cette commission en tant que délégué départemental à la sécurité routière et la Ville de Paris et le Département y sont représentés par quatre conseillers.
Je suis certain que M. le Préfet de police accueillera avec un très grand intérêt cette proposition venant de représentants de notre Assemblée.
Je rappellerai pour terminer que le Préfet de police a organisé, le 5 janvier de cette année, une réunion pour examiner le Plan départemental d'action de sécurité routière, réunion qui a associé les représentants du Maire de Paris, les administrations, les services publics intéressés et des associations.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.
M. MORELL a la parole.
M. Alain MORELL. - Vous me permettrez une réponse, Monsieur le Maire.
On ne peut que se réjouir et se féliciter du fait que cette commission soit réunie après un refus et alors que nous l'avons demandé depuis six mois. Je crois que tous les Parisiens auront à gagner à ce que les grands équipements qui modifient les rapports entre de nombreux aspects de la circulation, entre les piétons, les cyclistes, les voitures, puissent être réfléchis et envisagés avec l'ensemble des partenaires, ce qui permettra que ces équipements soient acceptés.
On a bien vu, avec le plan vélo, que la précipitation n'a pas produit les meilleurs résultats. Je crois qu'on a perdu six mois mais il n'est jamais trop tard et il est utile de le faire maintenant.
A l'occasion, j'apprends qu'une réunion sans les élus et sans les associations a eu lieu. C'est dommage parce que je crois que tout le monde doit tirer dans le même sens pour que la sécurité des Parisiens, lorsqu'ils circulent, soit assurée et soit bien endossée par l'ensemble des partenaires.
Ce sera alors quelque chose de plus profondément assimilé et intégré et on fera du travail durable et solide.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Merci, Monsieur MORELL.
Monsieur GOUJON, voulez-vous ajouter quelque chose ?
M. Philippe GOUJON, adjoint. - Je voulais simplement dire très rapidement que cette réunion a permis la rencontre des associations et des élus qui sont les représentants du Maire de Paris et a examiné le Plan départemental de sécurité routière. Des actions sont réfléchies et, bien évidemment, menées dans l'intervalle des réunions de cette commission départementale.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.