Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

90 - QOC 96-423 Question de Mme Laure SCHNEITER, élue du Mouvement écologiste indépendant, à M. le Maire de Paris concernant l'aménagement de l'emprise S.N.C.F. de la porte d'Auteuil (16e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - La question suivante de Mme Laure SCHNEITER à M. le Maire de Paris concerne l'aménagement de l'emprise S.N.C.F. de la porte d'Auteuil (16e).
Elle est ainsi libellée :
"Dans le cadre de l'aménagement de l'emprise S.N.C.F. de la porte d'Auteuil, à la demande des riverains, des associations et de M. le Maire du 16e arrondissement, les quais avec les verrières et leurs supports métalliques de Gustave Eiffel devaient échapper à la démolition de manière à s'inscrire dans l'achèvement de la promenade, entre les gares de la Muette et d'Auteuil.
Cette conservation était acquise dans les permis de démolir en 1994. Or, les "marquises" ont disparu sans aucune explication. Soucieuse de la sauvegarde du patrimoine de la Ville de Paris, Mme Laure SCHNEITER demande si :
- les verrières de Gustave-Eiffel ont été détruites ;
- elles ont été démontées et entreposées, où et à quelles fins.
- M. le Maire s'engage à entreprendre toutes les démarches utiles, notamment auprès de la S.N.C.F. et de la S.N.E.F. (Société nationale d'espaces ferroviaires) pour obtenir le rétablissement en état et place des verrières de Gustave Eiffel."
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint.
La S.N.C.F., propriétaire de l'emprise de cette opération, a apporté les précisions suivantes.
Selon ses archives, les "abris de quai" en cause, éléments d'outillage ferroviaire, n'ont pas été conçus par l'ingénieur Gustave Eiffel. Dessinés au sein de l'entreprise ferroviaire de l'époque par ses propres ingénieurs, ils ne relèvent pas de 1'oeuvre du créateur de la tour qui porte son nom et de tant d'autres ouvrages d'art.
Il est par ailleurs inexactement indiqué que la conservation de ces abris était "acquise" dans les permis de démolir de 1994. En effet, les deux autorisations de démolir délivrées à la S.N.C.F. en septembre 1994 par le Préfet de Paris ne concernaient pas les ouvrages en question. Elles visaient la démolition d'un ancien centre électronique de gestion, et de locaux à rez-de-chaussée et sous-sol du restaurant "Le Sully" d'Auteuil attenant au bâtiment voyageurs de l'ancienne gare d'Auteuil.
C'est en fait, en mars 1996, que ces abris, estimés dangereux en raison de leur vétusté, ont été démolis, avec l'accord de la S.N.C.F., par la société locataire, organisatrice sur le site, de manifestations ouvertes au public.
Il convient enfin de rappeler que le Conseil de Paris a institué en 1991, dans le cadre d'une modification du P.O.S., une zone de plan de masse "Auteuil - Henri-Martin", incluant notamment une promenade plantée publique s'étendant sur près de deux kilomètres des abords de la place de la Porte-d'Auteuil à la gare de Passy-La Muette. Cette modification a également prévu la conservation des bâtiments voyageurs des anciennes gares d'Auteuil et de Passy-La Muette. Les abris de quai en question n'ont fait l'objet d'aucune mesure particulière de protection et notamment pas au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques.