Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

64 - QOC 96-427 Question de MM. Roger MADEC, Michel TUROMAN, Jean-François BLET, Jean-Christophe CAMBADELIS, Mme Gisèle STIEVENARD, M. Bernard DELEPLACE, Mme Martine DURLACH, MM. Daniel MARCOVITCH et François DAGNAUD à M. le Maire de Paris sur les raisons du manque de propreté dans le 19e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - La question suivante du groupe socialiste et apparentés est adressée à M. le Maire de Paris en ces termes :
"MM. Roger MADEC, Michel TUROMAN, Jean-François BLET, Jean-Christophe CAMBADELIS, Mme Gisèle STIEVENARD, M. Bernard DELEPLACE, Mme Martine DURLACH, MM. Daniel MARCOVITCH, François DAGNAUD interrogent M. le Maire de Paris sur l'état de malpropreté dans lequel est laissé le 19e arrondissement.
Le 19e arrondissement est-il le plus sale de Paris ? C'est ce que semblent confirmer les évaluations effectuées par la Direction de la Propreté et de l'Environnement elle-même. Cette situation suscite la colère légitime des Parisiens de cet arrondissement qui n'acceptent pas de subir un traitement de défaveur par rapport aux autres Parisiens.
Assurer la propreté figure au premier rang des missions de service public d'une Ville. Le Conseil du 19e arrondissement, à l'occasion d'un v?u voté en juillet 1996, a déjà alerté la Mairie de Paris sur les graves carences constatées sur le terrain et préconisé plusieurs mesures pour remédier à cette situation :
1°) la mise à niveau des effectifs des agents de la propreté affectés à l'arrondissement : le ratio nombre d'agents/habitants met en évidence un déficit de près de 30 % par rapport au ratio parisien ;
2°) la réorganisation des services et l'évaluation de la cohérence entre les interventions des services municipaux et celles des sociétés privées ;
3°) l'organisation d'une campagne de sensibilisation des habitants au respect de leur environnement.
Ce v?u a fait l'objet d'une réponse dilatoire et aucune amélioration n'a été constatée depuis.
MM. Roger MADEC, Michel TUROMAN, Jean-François BLET, Jean-Christophe CAMBADELIS, Mme Gisèle STIEVENARD, M. Bernard DELEPLACE, Mme Martine DURLACH, MM. Daniel MARCOVITCH, François DAGNAUD demandent donc instamment à M. le Maire de Paris que la propreté du 19e arrondissement soit enfin assurée de façon satisfaisante et que les moyens nécessaires soient dégagés au plus vite."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint.
Garder et améliorer l'aspect de propreté des rues, des trottoirs et des chaussées de Paris constituent un défi quotidien pour les services de la Propreté et une préoccupation constante de la Municipalité. Concernant les effectifs et les moyens affectés à l'entretien des voies du 19e arrondissement, ceux-ci sont répartis de la façon la plus rationnelle en prenant en compte le nombre d'habitants, les caractéristiques de l'urbanisme et les possibilités de nettoyage à l'aide d'engins mécaniques.
Les services de la Propreté sont conscients des progrès à réaliser et cherchent actuellement à améliorer encore l'organisation et les méthodes de travail des agents pour assurer les meilleures plages d'intervention sur chaque jour de la semaine. Ainsi, dans le cadre du projet de service des S.T.P.P., un groupe de travail a été chargé de proposer un nouveau rythme de travail permettant de renforcer les interventions de propreté de fin de semaine.
Ce groupe a, d'ores et déjà, élaboré plusieurs projets de réorganisation des équipes de travail permettant d'atteindre cet objectif. Les réflexions de ce groupe doivent se prolonger dans les prochains mois. Il faut néanmoins savoir que tout nouveau rythme de travail doit recevoir l'aval des organismes paritaires avant de pouvoir être expérimenté sur le terrain.
Concernant les interventions des sociétés privées, les tâches qui leur sont confiées sont, pour l'essentiel, des missions de collecte des ordures ménagères, et non de nettoiement de la voie publique. Cette organisation répond au souci d'utiliser de façon optimale les moyens spécifiques mis en ?uvre dans une logique de cohérence et de complémentarité, autorisée par la souplesse d'une gestion déconcentrée.
M. TRÉMÈGE, adjoint au Maire chargé de la Protection de l'Environnement, souhaite élaborer une campagne de communication de proximité sur le thème de la Propreté. Cette action d'ensemble aura lieu sur la base d'un cahier des charges qui s'appuiera, notamment sur la collaboration des Parisiens aux actions de propreté et se déroulera sur tout le territoire parisien.
La Municipalité poursuit la modernisation de ses services de Propreté. Elle s'efforce d'optimiser l'efficacité de ses moyens, dont le coût très important est assumé par la collectivité. La Ville de Paris espère donc obtenir une collaboration encore plus active de la part des Parisiens. C'est désormais du civisme de chacun que dépendront les progrès les plus significatifs pour garder Paris propre.