Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 1996, D. 1433 - Programme municipal de transformation de bureaux en logements. - Création par la R.I.V.P. de 51 logements intermédiaires, de 28 P.L.A. de type "Foyer-soleil" et des locaux d'activités dans l'immeuble situé 44-46, boulevard de Grenelle et 37-39, rue du Docteur-Finlay (15e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la R.I.V.P. un bail à caractère emphytéotique portant location dudit immeuble communal. - Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération et octroi de sa garantie pour le service des intérêts et l'amortissement des emprunts à contracter par la R.I.V.P. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec ladite société la convention spécifique à ce programme

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Chers collègues, nous passons aux affaires de la 6e Commission avec pour commencer le projet de délibération D. 1433 relatif au programme municipal de transformation de bureaux en logements et à la création par la R.I.V.P. de 51 logements intermédiaires et 28 P.L.A.
La parole est à l'orateur inscrit, M. MALBERG.
M. Henri MALBERG. - Nous sommes pour la transformation des bureaux en logements mais je trouve quand même invraisemblable que, pour une fois que dans cette zone de Paris on va réaliser un programme de logements, ce soit des logements P.L.I.
Vous dites tout le temps qu'il faut répartir dans Paris le logement social. Comment pouvez-vous justifier que cette opération, que vous qualifiez de "sociale", se transforme en définitive en opération où une grande partie des mal-logés n'auront aucune chance de trouver place ? Maintenant, la preuve est faite, ce n'est pas la peine de se cacher derrière son petit doigt, dans les logements P.L.I. la plupart des salariés parisiens, à l'heure actuelle, ne trouvent pas leur place et, quand ils la trouvent, ils partent au bout de trois ou six mois !
Donc, je vous demande de transformer cette opération en opération P.L.A., en étant ainsi conforme d'ailleurs à vos propres déclarations sur la répartition du logement social dans la Capitale.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - M. BULTÉ va répondre à l'intervenant.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Maire, c'est effectivement une opération de transformation de bureaux en logements qui correspond tout à fait à la politique définie par le Maire de Paris. Je crois, M. MALBERG en est d'accord, qu'il était nécessaire dans certains quartiers de Paris de transformer des bureaux en logements.
M. MALBERG évoque le problème des P.L.I. et des P.L.A.
Dans cette opération, je tiens à le rappeler, pour conserver la mixité sociale à laquelle tient tant M. MALBERG, nous avons justement voulu faire un programme mixte. Il y a donc des logements P.L.I. mais également des logements P.L.A.
En ce qui concerne les P.L.A., je pense qu'ils ne vous poseront pas de problème. En ce qui concerne les P.L.I., bien entendu ces P.L.I. seront conformes au nouveau cahier des charges que nous avons défini sur la base des 53 F du mètre carré. Cela ramènera le 3 pièces dans ce secteur Ouest de Paris à des conditions tout à fait raisonnables notamment pour les gens de catégorie moyenne qui souhaiteraient se loger dans le 15e arrondissement.
Donc, à mes yeux, c'est une opération exemplaire : d'abord, transformation de bureaux en logements et, ensuite, opération mixte, à la fois P.L.A. et P.L.I., et je dirai du P.L.I."nouvelle formule".
Bien entendu, je pense que ce projet, qui a d'ailleurs obtenu l'approbation du Conseil du 15e arrondissement, recueillera l'approbation de notre Conseil ce soir.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Merci, Monsieur BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 1433.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe socialiste et apparentés ayant voté contre, le groupe communiste, MM. DUMAIT, MESMIN et REVEAU s'étant abstenus. (1996, D. 1433).