Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

41 - 1996, D. 1468 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la R.I.V.P. un bail à caractère emphytéotique portant location de l'immeuble communal situé 2, rue de Florence (8e). - Réalisation par la R.I.V.P. d'un programme de réhabilitation dudit immeuble en 23 logements intermédiaires. - Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération et octroi de sa garantie pour le service des intérêts et l'amortissement de l'emprunt à contracter par la R.I.V.P. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec ladite société la convention spécifique à ce programme

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération D. 1468 et je donne la parole à M. MANO.
M. Jean-Yves MANO. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous avons à nous prononcer sur un projet de délibération concernant le 8e arrondissement où une rare opportunité, semble-t-il, s'est présentée à la Ville qui a fait jouer son droit de préemption à juste titre pour la transformation de 1.907 mètres carrés en logements.
Le 8e arrondissement n'est pas connu jusqu'à ce jour pour la densité excessive de ses logements sociaux. Il se trouve que la proposition qui nous est faite concerne une réalisation dont le prix moyen au mètre carré apparaît à 10.210 F. Opportunité rare, vous en conviendrez et nous pouvons nous en féliciter.
Or, nous trouvons en conclusion de ce projet de délibération qu'il s'agit de la construction de logements P.L.I. Je crois que cette délibération est un symbole des choix politiques en matière d'habitat sur Paris dans certains arrondissements, du centre notamment.
Si un coût de réalisation de 10.210 F ne trouve pas place dans la réalisation de P.L.A. où allons-nous ?
Il semblerait que les élus du 8e arrondissement aient une allergie particulière à la construction de P.L.A., si ce n'est peut-être à leurs habitants potentiels.
Eh bien, Monsieur le Maire, mes chers collègues, à nos yeux, les locataires de logements P.L.A. sont dignes d'habiter le 8e arrondissement. C'est pourquoi nous voterons contre le projet de délibération. Merci.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste).
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Merci, Monsieur MANO.
Monsieur BULTÉ, vous avez la parole pour répondre à l'orateur.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Maire, je vais répondre à la question de M. MANO en faisant observer que ce dernier n'était pas inscrit sur ce projet de délibération dans les délais nécessaires, mais puisque la question a été acceptée, je vais bien sûr vous répondre.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - A l'avenir, mes chers collègues, soyez plus respectueux des délais que nous nous sommes donnés.
Merci.
M. Michel BULTÉ, adjoint, rapporteur. - M. MANO n'étant pas inscrit, il s'est habilement fait donner la parole pour relancer le débat sur le P.L.I. dans le Centre. Je ne relance pas le débat que nous connaissons bien entre P.L.I. et P.L.A. Je rappellerai que ce programme, de petite taille, correspond à quelques logements et je vous rassure, il correspond également au cahier des charges que nous nous sommes fixés en ce qui concerne le logement social.
Monsieur MANO, je crois que dans un arrondissement, il est bon de prendre en compte l'ensemble des réalisations que nous allons mettre en place, notamment dans le 8e.
Je rappelle tout simplement à M. MANO que, pas loin de cet emplacement, nous allons réaliser un certain nombre de logements P.L.A. rue de Rome. Nous pouvons considérer que ce programme, là encore, constitue un des fondements de notre politique car il correspond à la mixité sociale que nous voulons dans ce secteur.
Merci.
M. Paul AURELLI, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, par assis et debout, le projet de délibération D. 1468.
Que ceux qui sont pour se lèvent.
Ceux qui sont contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est repoussé. (1996, D. 1468).
Contre : 36.
Pour : 31.
Mes chers collègues, la séance est suspendue et nous reprendrons cette dernière à 21 heures 30.