Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

75 - QOC 96-413 Question de M. Paul AURELLI et des membres du groupe "Rassemblement pour Paris" à M. le Maire de Paris concernant l'utilisation de véhicules à gaz

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996


M. Paul AURELLI, adjoint, président. - La question suivante à M. le Maire de Paris concerne l'utilisation de véhicules à gaz.
En voici la teneur :
"En 1994, le 20e a été l'arrondissement pilote en partenariat avec G.D.F. pour l'installation d'une station de gaz véhicules G.N.V.
Ce type de véhicule économique, non polluant et fiable, est déjà utilisé à grande échelle dans plusieurs communes de France, tant en véhicule particulier qu'en utilitaire et transport en commun.
M. Paul AURELLI et les membres du groupe "Rassemblement pour Paris" demandent à M. le Maire de Paris si la Ville de Paris compte développer pour ses propres véhicules, ce type d'énergie."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Alain DESTREM, adjoint.
La Ville de Paris manifeste de longue date un grand intérêt pour la protection de l'environnement. A ce titre, les services municipaux ne méconnaissent pas l'impact des carburants gazeux de véhicules automobiles, et notamment du gaz naturel pour véhicules (G.N.V.).
Depuis 1993 des contacts ont été pris avec Gaz de France et l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (A.D.E.M.E.) pour la mise en place d'un parc expérimental de petits véhicules utilitaires dans les services municipaux. Le Service technique des Transports automobiles municipaux conduit cette opération.
Ainsi, le Conseil de Paris a délibéré le 13 mai dernier pour autoriser la signature d'une convention tripartite entre Gaz de France, l'A.D.E.M.E. et la Ville, concernant 10 fourgonnettes Renault Express à gaz naturel.
Ces véhicules seront affectés dans des services proches de la station de compression "Buzenval" de Gaz de France, a laquelle la Ville aura accès à des conditions financièrement intéressantes. Commandés au constructeur, ils seront livrés en principe au début du mois de novembre 1996.
Avant toute décision éventuelle d'extension, il est raisonnable de tirer les conséquences sur le fonctionnement et l'adéquation de ces véhicules à leur emploi.
Hors l'intérêt environnemental, l'avenir du G.N.V. sera aussi conditionné par le bilan financier global du recours à ce carburant. La défiscalisation récente (au 1er janvier 1996) du G.P.L. a modifié sensiblement les probabilités d'essor des 2 carburants G.P.L. et G.N.V., sans doute au bénéfice du G.P.L. pour les véhicules légers. Le G.N.V. serait plus valablement utilisé en mono-carburation pour le transport en commun de voyageurs ou le ramassage d'ordures ménagères, des développements technologiques ayant été annoncés par les partenaires industriels pour le courant de 1997.