Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à l'information des mairies d'arrondissement de la réquisition d'un équipement municipal.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons, par conséquent, au v?u n° 96 relatif à l?information des mairies d?arrondissement de la réquisition d?un équipement municipal. Je donne la parole à M. Geoffroy BOULARD pour deux minutes.

M. Geoffroy BOULARD. - Merci, Monsieur le Maire. L?évacuation, le lundi 6 juin dernier, du camp de migrants localisés dans les jardins d?Eole par les services de la Préfecture de Région, de la Préfecture de police et de la Mairie de Paris a entraîné la réquisition par la Mairie de Paris du gymnase Courcelles pour abriter temporairement 60 migrants. La mairie du 17e a été informée de la réquisition le jour même de l?installation de ces migrants, et les associations et groupes scolaires utilisateurs, notamment de ce gymnase, ont été privés de leurs créneaux sportifs, sans qu?aucune explication ne leur ait été donnée. Ce cas n?est pas isolé dans la Capitale. Avec Brigitte KUSTER, Jean-Pierre LECOQ, Jeanne d?HAUTESERRE, Delphine BÜRKLI, Philippe GOUJON, Claude GOASGUEN et les élus du groupe les Républicains, nous émettons le v?u que toute réquisition d?un équipement municipal fasse dorénavant l?objet d?une information préalable de la mairie d?arrondissement et des usagers concernés. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Monsieur BOULARD. Pour vous répondre, Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, Monsieur le Conseiller de Paris Geoffroy BOULARD, effectivement, le 6 juin dernier, plus de 1.900 personnes présentes sur le campement d?Eole dans le 18e arrondissement ont pu bénéficier d?une mise à l?abri par les services de l?Etat, et pour les personnes les plus vulnérables, d'une mise à l?abri par la Ville. Cette mise à l?abri a nécessité, du fait de son ampleur, la recherche de places d?hébergement par les services de l?Etat jusqu?à la dernière minute. La recherche d?un gymnase, le temps de pouvoir rediriger les migrants vers un centre d?hébergement d?urgence, demandée à la Ville par ces mêmes services de la Préfecture, est donc survenue également très tardivement. Il est vrai que nous étions dans une situation d'urgence et qu'il était difficile d?organiser par avance cette solution qui n'était pas prévue et qui n'a été que momentanée. Comme je l'ai dit, bien que cela ne soit qu'une solution temporaire pour une semaine, je comprends très sincèrement le désagrément causé aux usagers du gymnase Courcelles, mais j?ose espérer que ces derniers ont compris le désarroi de ces personnes migrantes que nous ne pouvions décemment pas laisser à la rue au dernier moment, surtout compte tenu des intempéries qui avaient frappé Paris et qui les avaient quand même amenées à croupir dans la boue et dans leurs excréments pendant suffisamment de temps. Donc, bien évidemment, en matière d'information préalable, les services de la Ville, en situation normale, continueront à demeurer attentif à l'information donnée aux mairies d'arrondissement, aux habitants, aux usagers, mais l'urgence humanitaire implique parfois de prendre des décisions de toute dernière minute. Par ailleurs, suite à la crue de la Seine menaçant notamment le centre d?hébergement "La péniche du c?ur" géré par les Restos du C?ur, dans le 5e arrondissement, ou le centre d'hébergement "Le bateau de l'Armée du Salut" amarré au pont de Neuilly, certains maires d'arrondissement ont accueilli en extrême urgence, dans un gymnase de leur arrondissement, des personnes sans-abri et en danger sans s'en offusquer pour autant, et je les en remercie. Je propose donc un avis défavorable à ce v?u, car il me paraît sans rapport avec les contraintes d'urgence humanitaire vécues par les personnes le 6 juin dernier.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Madame VERSINI. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 96, avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est rejeté.