Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe RG-CI relatif à la lutte contre les allergies liées aux pollens.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de v?ux non rattachés. Le v?u n° 90 est relatif à la lutte contre les allergies liées aux pollens. Je donne la parole, pour deux minutes, à M. Buon TAN.

M. Buon Huong TAN. - Merci, Monsieur le Maire. Monsieur le Maire, mes chers collègues, la fréquence, l'intensité, le nombre de personnes affectées par des allergies liées aux pollens est en hausse en France, mais aussi à l'échelle de la planète. Un constat qui résulte notamment de la pollution atmosphérique, mais aussi du réchauffement climatique qui contribue à favoriser les réactions allergiques aux pollens en allongeant la durée de la pollinisation. Or, les allergies et l'asthme ont un double impact, à la fois individuel et collectif. Non seulement ils altèrent fortement la qualité de vie des personnes qui en souffrent, mais ils ont également un coût en termes de santé publique. Mais alors que faire ? Pour lutter contre les allergies, il faut bien évidemment diminuer la pollution dans nos villes. C'est là un axe d'action déjà mis en ?uvre par la Ville de Paris. Mais je crois que d'autres actions sont possibles. C'est là le sens du v?u déposé par notre groupe. En premier lieu, nous pensons utile que la Ville de Paris puisse dresser une carte des essences d'arbres, quartier par quartier, afin d'informer les Parisiens des éventuels allergènes présents autour d'eux. Je crois comprendre, par ailleurs, que de nombreuses données existent déjà dans ce domaine. Par ailleurs, lors des pics de pollution, la Ville de Paris diffuse des recommandations pour les personnes vulnérables ou, si les pics sont plus élevés, pour l'ensemble de la population. Nous pensons que la Ville de Paris doit utiliser ses moyens de communication pour alerter les Parisiens lors de l'apparition de pics d'allergie aux pollens. Allons encore plus loin. Imaginez que demain, il soit possible de visualiser sur une application le niveau des pollens et des allergènes dans l'air, de la même façon que nous consultons aujourd'hui l'état du trafic. Cela permettrait à chacun d'adopter des gestes simples pour limiter son exposition aux pollens. Les investissements faits dans ce domaine permettraient, en outre, d'importantes économies pour les soins et éviteraient de nombreux jours d'absence au travail. Pour toutes ces raisons, je vous invite, mes chers collègues, à voter ce v?u. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci à vous et merci d'avoir tenu votre temps de parole. Pour vous répondre, M. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Je vais essayer de faire aussi bien. Comme vous le rappelez, Monsieur le Conseiller, les pathologies allergiques sont en forte hausse. Dans une vingtaine d?années environ, 80 Conseillers de Paris devraient être allergiques sur les 163. On sera dans le ratio moyen. Ce phénomène allergique est aggravé par la pollution de l'air, donc est plus important en milieu urbain. Vous proposez trois idées : de dresser une carte des essences d?arbres. Je vous informe que la DEVE a déjà des cartes détaillées des essences d'arbres et qu'elles sont disponibles en "open data" sur "Paris data" et que, par ailleurs, un groupe de travail sur les plantes dangereuses, toxiques ou allergisantes a été mis en place dans le cadre de la politique de végétalisation qui est menée par ma collègue, Pénélope KOMITÈS. Deuxièmement, s'agissant des moyens de communication, comme vous le savez, les bulletins allergo-polliniques sont d?ores et déjà diffusés sur les panneaux lumineux de la Ville de Paris. Ce sont deux bulletins diffusés par semaine pendant la période de haute pollinisation qui s'étend maintenant de mars à fin septembre. Troisièmement, vous suggérez la création d'une application. Une application existe du R.N.S.A., du réseau national, qui permet de faire cela. On peut sélectionner les pollens auxquels on est allergique et sa région, et avoir ainsi des informations. Nous irons plus loin dans le cadre du Plan de santé environnementale, notamment en renforçant nos actions de prévention et de soins auprès des populations les plus vulnérables, notamment des enfants, et en améliorant l'information et la communication. Je donnerai donc, avec beaucoup d'enthousiasme, un avis favorable à vos propositions. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 90 présenté par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants, avec un avis favorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est adopté. (2016, V. 176).