Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DASES 225 G - Subvention (112.000 euros) à l’association "F.N.A.R.S. Ile de France" pour le développement de missions de coordination territoriale dans le domaine de la veille sociale. Avenant à la convention 2015.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DASES 225 G. Il s'agit de la subvention à l'association "F.N.A.R.S. Ile-de-France" pour le développement de missions de coordination territoriale dans le domaine de la veille sociale. En réalité, il s'agit de l'avenant à la convention 2015. La parole est à Mme Marie ATALLAH, pour le groupe Ecologiste de Paris, pour 5 minutes.

Mme Marie ATALLAH. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues. La coordination territoriale des actions menées en direction des personnes sans domicile fixe, à l'échelle parisienne comme à l'échelle des arrondissements, est une orientation qui mérite d'être particulièrement saluée par notre Assemblée. Cette action de coordination territoriale participe de la mise en ?uvre de notre Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, dans sa mesure importante de la territorialisation de l'action sociale à Paris. Pour avoir personnellement expérimenté une démarche de coordination et de mise en réseau des acteurs agissant en direction des sans domicile fixe à l'échelle d'un arrondissement, je me permets d'apporter mon soutien à cette action et formuler une interrogation : de quoi s'agit-il ? C'est à partir d'un état des lieux du territoire répertoriant l'ensemble des acteurs publics et associatifs mais aussi des lieux occupés par les personnes sans domicile fixe qu'un réseau peut être créé pour agir en synergie entre professionnels, élus, conseils de quartier et simples habitants bénévoles impliqués dans l'aide aux S.D.F. L'objectif d'une dynamique collective locale et coordonnée étant d'agir au plus près des personnes, là où elles vivent dans la rue et selon leurs besoins pour les informer et les orienter, ou même les accompagner vers l'accès aux droits et à l'hébergement. Pour coordonner par l'animation du réseau, la création d'outils d'information, l'organisation de formation des bénévoles, et faire dialoguer d'une manière efficace tout ce monde d'horizons divers, l'action d'un professionnel s'impose, et c'est bien grâce à la F.N.A.R.S. que cette mission de coordination territoriale a été possible. Le présent projet de délibération nous donne donc l'occasion de saluer la qualité de sa prestation et de ses interventions qui agissent auprès des mairies d'arrondissement ; par ailleurs elle pilote les missions spécifiques au secteur des gares parisiennes. Approbation donc de ce projet et soutien fort. Cependant, une interrogation par rapport à la possibilité de laisser une marge d'autonomie, assortie de moyens propres permettant l'émergence d'expertises citoyennes pouvant aboutir à la réalisation de projets innovants et adaptés à une demande identifiée. Pour terminer, nous remercions une nouvelle fois Mme la Maire et son adjointe Mme VERSINI pour leur soutien à la dynamique de solidarité créée dans notre ville. Notre majorité poursuit le progrès dans la lutte contre la grande exclusion à Paris, malgré l'amplification des difficultés avec l'arrivée en masse des migrants dans notre ville. C'est grâce à la générosité de tous que nous avançons dans la construction de notre ville solidaire. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Madame ATALLAH. Pour vous répondre, la parole est à Mme Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, chère Marie ATALLAH, merci de cette intervention qui permet de revenir sur cette convention que nous renouvelons avec la F.N.A.R.S. Ile-de-France, qui est un grand partenaire de la collectivité parisienne, de l'Etat mais aussi de l'ensemble du monde associatif, puisque la F.N.A.R.S. regroupe quasiment l'ensemble des acteurs associatifs d?Île-de-France. En fait, la F.N.A.R.S. a été un acteur très important avec qui nous avons travaillé en confiance pour co-construire le pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, dont elle est signataire au nom du champ associatif. C'est encore avec elle que nous avons travaillé sur la méthode humaniste qui a été élaborée conjointement avec l'Etat et tous les acteurs de terrain pour la mise à l'abri de migrants arrivés sur les campements parisiens. Egalement, la F.N.A.R.S. a un rôle intéressant de facilitateur déterminant dans notre travail collectif, et elle assure vraiment le lien entre les mairies d'arrondissement et les acteurs de terrain dans chacun des arrondissements. En effet, la F.N.A.R.S. a vraiment une capacité de mise en réseau des opérateurs. Par exemple, en 2015 elle a organisé 13 réunions avec des mairies d'arrondissement, 10 avec des conseils de quartier sur l'accès aux soins, le droit des étrangers, l?accès à l'hébergement d'urgence. Cela a permis d'installer des réseaux solidaires locaux par arrondissement et par thématique. Vous faisiez justement allusion à l'expertise citoyenne. Cela aussi est pris en compte et c'est extrêmement important. La F.N.A.R.S. a aussi joué un rôle très important de facilitateur, par exemple en travaillant avec la C.P.A.M. pour fluidifier les délais de traitement des demandes d?aide médicale Etat et de C.M.U., également - cela est très important - pour assurer une meilleure coordination des actions menées en sensibilisant les agents de la S.N.C.F. et les commerçants dans les zones des 6 gares parisiennes, lieux où, on le sait, se concentrent énormément de personnes vulnérables. La F.N.A.R.S. est encore présente sur les conférences sociales de territoires, qui se sont déjà déroulées dans 10 arrondissements et nous en tiendrons une encore d?ici la fin de l'année dans chacun des arrondissements restants. Pour toutes ces raisons, je vous remercie de votre soutien à ce projet de délibération et j'invite mes collègues à le voter.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Dominique VERSINI. Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 225 G. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DASES 225 G).