Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DEVE 65 - DFA - Nouvelles offres de concessions cinéraires des cimetières parisiens, taxes et redevances domaniales.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 65 - DFA : nouvelles offres de concessions cinéraires des cimetières parisiens, taxes et redevances domaniales. La parole est à M. Pascal JULIEN, qui n?est pas obligé d?utiliser ses cinq minutes.

M. Pascal JULIEN. - Oui, mais qui en a le droit. Si vous me cherchez, vous allez me trouver ! Non, je rigole. En plus, c?est un v?u pour lequel j?irai rapidement.

Je vais dans le sens de ce projet de délibération que j?apprécie particulièrement parce que je voudrais dire qu?il faut que l?on soit très sensible à la dégradation du patrimoine funéraire de nos cimetières.

De très belles chapelles ont été construites dans le passé mais, à la deuxième ou troisième génération, après les décès, elles ne sont plus entretenues et elles se dégradent avec le temps. Il est extrêmement long, le temps pour la Ville de retrouver un droit sur ces monuments funéraires. Ensuite, il faut pouvoir agir dessus. Finalement, on observe une sorte d?évolution d?horizontalité dans les cimetières. Pour parler d?un que je connais bien, puisque j?ai été adjoint aux espaces verts dans le 18e arrondissement, au cimetière de Montmartre, là où il y avait de belles chapelles, on voit d'abord pendant longtemps un tas de ruines, puis un jour les ruines sont enlevés après avoir été protégées longtemps par des rubans blancs et rouges. Finalement, on voit arriver une plaque toute plate, toute bête ; c'est quand même dommage de perdre ce patrimoine. Je félicite donc cette politique qui consiste - ce que raconte le projet de délibération -, après que la reprise administrative par la Ville ait été effectuée, à transformer ces chapelles en mini-columbariums pouvant accueillir 8 voire 4 urnes funéraires seulement. De la même manière, je trouve très bien, mais c'est un autre sujet, de végétaliser, de faire des urnes végétalisées. Cela participe à la végétalisation de la Ville et des cimetières. C?est simplement une voix pour dire : "Soyons attentifs à l'évolution du patrimoine, de nos cimetières", dans le souci de montrer que sur ce sujet qui n'est pas tabou, les cimetières, la Ville agit aussi et convenablement. Je vous remercie.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci. Pour vous répondre, la parole est à Mme KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire, merci, Monsieur JULIEN, d'avoir effectivement pointé ce projet de délibération. Les cimetières parisiens sont effectivement, comme vous l'avez dit, riches d'un patrimoine architectural et paysager exceptionnel. La Ville a déjà engagé un travail important pour répertorier ce patrimoine et en rénover des exemples significatifs. Néanmoins, au-delà des monuments les plus remarquables, il y a beaucoup de petites chapelles funéraires qui méritent d'être rénovées. Par conséquent, pour répondre à un enjeu de développement de nouveaux emplacements qui sont nécessaires, d'adaptation aussi à l'évolution de nouvelles pratiques funéraires et surtout à la préservation du patrimoine, nous avons effectivement décidé de restaurer d'anciennes chapelles funéraires et de les transformer en petit columbariums abritant quelques emplacements d'urnes. C'est une offre très appréciée par les familles, qui mérite d'être développée, et il est proposé de rénover de nouvelles chapelles aux cases plus grandes afin de répondre à la demande de certaines familles d'inhumer des urnes en plus grand nombre. La création, comme vous l'avez souligné, de columbariums dont la structure est végétalisée répond à ces mêmes objectifs et, effectivement, ces structures contribuent à l'embellissement des cimetières et aussi à notre objectif de renforcer la présence végétale en ville. Dans le cadre des anciennes chapelles comme dans le cas des columbariums végétalisés, les tarifs de vente de ces concessions ont été calculés avec un souci de limiter le coût des obsèques pour les proches des défunts. Je précise que seul l?argent investi par la Ville pour réaliser l'aménagement ainsi que le coût d'entretien du site est pris en compte pour le calcul de ces concessions de 30 ans.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 65 - DFA. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DEVE 65 - DFA).