Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à l'attribution du nom de Francisque Poulbot à un établissement du 18e.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 27 relatif à l'attribution du nom Francisque Poulbot à un établissement du 18e. M. HONORÉ, je suppose ? M. HONORÉ.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, tout le monde connaît, n?est-ce pas, Francisque Poulbot, dessinateur, peintre, illustrateur de presse, affichiste, lithographe, sculpteur, "revuiste" original de grand talent, qui a mené une action de bienfaisance reconnue dans le 18e arrondissement. Non seulement c'était un grand artiste mais en plus il a fait une ?uvre humaine très importante. Il a participé à la création de la République de Montmartre et en particulier il a créé un dispensaire à Montmartre pour les enfants les plus défavorisés. Son ?uvre originale, en particulier avec la création du personnage de Poulbot, en référence à ses nombreuses illustrations représentant des titis parisiens et en particulier les gamins de rue, une illustration de Gavroche ; le célèbre personnage du roman "Les Misérables" de Victor Hugo en est le parfait exemple. Poulbot a influencé la vie du 18e arrondissement et, au-delà, de Paris. C'est la raison pour laquelle son influence et son action en faveur des enfants les plus défavorisés nous a amenés à penser qu'il serait bien qu?un établissement scolaire porte son nom. C'est la raison pour laquelle, avec Pierre-Yves BOURNAZEL, je vous présente ce v?u qui vise à donner le nom de Francisque Poulbot à un établissement scolaire du 18e arrondissement. Je sais bien entendu que dans la mairie du 18e il y a la salle Poulbot, mais il me semblerait que ce serait un beau geste, humain, généreux que des enfants fréquentent une école? Je ne sais pas laquelle, c'est à voir avec la Maire de Paris, le Maire du 18e, mais il serait heureux que des enfants fréquentent une école au nom de quelqu'un qui a été aussi généreux et qui a autant milité pour la justice sociale et pour aider les plus malheureux. Voilà, mes chers collègues, ce que je voulais vous dire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Mme Alexandra CORDEBARD, pour vous répondre.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe. - Mes chers collègues, vous savez sans doute que l'usage à Paris est de donner aux écoles maternelles et élémentaires le nom de la rue dans laquelle elles sont implantées. Compte tenu du nombre d'écoles à Paris, 662 cette année, cet usage est particulièrement utile pour les Parisiens qui les identifient très facilement et pour leur gestion administrative quotidienne. Certes, sur ces 662 écoles, certaines, très rares, disposent d'un nom d'usage mais continuent dans les faits d?être désignées par le nom de leur voie. Cette pratique peut bien sûr évoluer, notamment pour les nouveaux équipements qui ne disposent pas encore d'une identité installée. Par ailleurs, vous avez tout à fait raison de souligner l'importance de la vie et de l'?uvre de Francisque Poulbot pour le 18e arrondissement, particulièrement pour le quartier de Montmartre, voire même pour la République de Montmartre, avec laquelle la Ville de Paris entretient des relations "diplomatiques" très amicales. Je tiens également à vous rappeler qu'une rue du 18e arrondissement et une salle de la mairie du 18e arrondissement portent le nom de Francisque Poulbot. Or, selon les règles de fonctionnement de la Commission des dénominations, la Ville privilégie les personnalités à qui il n'a pas encore été rendu hommage et porte depuis quelques années une attention particulière à mettre en avant des femmes célèbres, encore trop peu nombreuses aujourd'hui à donner leur nom à nos équipements publics et à nos rues. Voilà pourquoi et compte tenu de ces éléments, je vous propose de bien vouloir retirer votre v?u, faute de quoi j'émettrai un avis défavorable à son adoption.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Monsieur HONORÉ, acceptez-vous ?

M. Christian HONORÉ. - Le v?u que j?ai présenté avec Pierre-Yves BOURNAZEL a été rédigé à la demande de membres de la République de Montmartre et d'habitants. Par conséquent, je ne me sens pas le droit de retirer ce v?u. Je le maintiens.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - D?accord. C'est ce que l'on appelle la démocratie représentative. Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? La proposition de v?u est repoussée.