Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au soutien à l'association "Vaincre l'autisme".

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 93 relatif au soutien à l'association "Vaincre l'autisme". Je donne la parole à Mme Danielle SIMONNET, pour deux minutes, puisque c'est elle qui présente ce v?u.

Mme Danielle SIMONNET. - Et c'est une bonne raison. Mes chers collègues, avec le troisième plan autisme, le Gouvernement a choisi finalement d'enfermer, de cloisonner la prise en charge des enfants autistes dans le secteur médicalisé, au détriment d'une ouverture sur l?éducation, sur de nouvelles façons de prendre en charge, et finalement, il méprise les structures innovantes. Oui, j'ai l'impression que cela choque certains de mes collègues, mais il est grand temps de comprendre que la psychiatrisation de l'autisme est une vision totalement cloisonnée et dépassée de la prise en charge. Pourquoi autant de familles se retrouvent contraintes de partir en Belgique pour essayer de trouver d'autres places ? Parce qu'également, elles n'ont pas suffisamment de structures d'accès en France, mais aussi parce que les choix en France les condamnent à une vision uniquement médicalisée d'enfermement dans la psychiatrie, ne prenant pas en compte l'éducation. Résultat : le Gouvernement, pourtant condamné par le Conseil de l'Europe, justement, sur son institutionnalisation des personnes autistes et sur l?absence d?éducation et sur cet exil des enfants, le Gouvernement a préféré nier cette réalité et envoyer un rapport de l'IGAS sur le dos de l'association "Vaincre l'autisme", qui est pourtant à l'initiative des "futuroschools" innovantes et extrêmement appréciées des familles. Et résultat, que dit le rapport de l'IGAS ? Il ne dit pas qu'il y a des problèmes dans le budget ou dans la gestion de l'association, mais forcément l'IGAS reproche à l'association "Vaincre l'autisme" de ne pas avoir de structures médicalisées et pour cause, puisque la structure "Vaincre l'autisme" choisit de placer au c?ur l'éducation. Et du jour au lendemain, le Ministère décide de ne plus financer, et la Ville de Paris, du jour au lendemain, retire ses financements sans même rencontrer l'association "Vaincre l'autisme". Je conclurai mon v?u, vous comprendrez, par mon souhait que la Mairie de Paris non seulement interpelle le Gouvernement pour qu'il y ait une autre conception dans la prise en charge des enfants autistes, qu'ils puissent relever de l'éducation, mais que la Mairie de Paris restaure son soutien à l'association "Vaincre l'autisme" et son soutien financier à la "futuroschool". Merci.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Madame SIMONNET. Pour vous répondre, la parole est à M. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Madame la Conseillère, chère Danielle SIMONNET, jusqu'à une minute 25, malgré quelques traits un peu forcés, j'étais plutôt d'accord avec votre intervention. Et puis à une minute 26, c'est le "switch", le dérapage, et vous partez d'un discours sur le fond, comment prend-on en charge les enfants et les adultes autistes dans notre pays, à un discours sur "Vaincre l'autisme", victime d'un crime d'Etat. Non ! Et quoique que vous en disiez, si vous avez lu le rapport de l'IGAS, Madame SIMONNET, c'est bien des problèmes de gestion de l'association qui est qualifiée d'approximative, de peu encadrée, avec des problèmes de gouvernance importants et, au total, une confusion financière dans la gestion de l'association qui a provoqué le retrait non seulement de l'Etat mais de l'ensemble des collectivités territoriales qui soutenaient "Vaincre l'autisme". Notre collectivité, de 2004 à 2014, a apporté un soutien important à "Vaincre l'autisme". Le caractère innovant des "futuroschools" a effectivement contribué à cette reconnaissance institutionnelle, mais ce n'est pas parce qu'on prend en charge des enfants autistes que l'on doit gérer des fonds publics sans en respecter les règles. Et donc, après plusieurs avertissements, après une première phase de réduction expliquée de la subvention, il a été décidé, cette année, d'interrompre les subventions à "Vaincre l'autisme", au regard de ces défaillances dans sa gestion et non pas pour des raisons de fond dans la prise en charge des enfants autistes. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Monsieur JOMIER. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 93 avec un avis défavorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est rejeté.