Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à la privatisation du parc Monceau.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2016


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Le v?u n° 76 est relatif à la privatisation du parc Monceau. Madame LECUYER, vous avez la parole pour deux minutes.

Mme Catherine LECUYER. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, dans la nuit du 17 au 18 juin, un événement privé, intitulé "Paris à la belle étoile" se tiendra au parc Monceau en partenariat avec la Ville de Paris. Cet événement, que vous souhaitez nous présenter comme culturel mais qui est surtout, avouez-le, un événement commercial, réunira 2.000 personnes, munies de leur matériel de camping, tentes Quechua, sacs de couchage, pique-nique, bouchons pour les oreilles et alcools divers autorisés exceptionnellement, dans le parc fermé pour l?occasion au grand public, du vendredi 17 heures au samedi midi, et ce, au profit d?une entreprise privée. Ceci ne manque pas de soulever un certain nombre de questions évidemment. Questions dérangeantes sans doute car le courrier que Pierre LELLOUCHE, député de la 1ère circonscription vous a adressé à ce sujet, il y a plusieurs semaines, est resté sans réponse. Première remarque : le parc Monceau ne fait pas partie des lieux de prestige situés dans les espaces verts parisiens proposés à la location par la Mairie de Paris et recensés de fait sur le site de la Ville. Il ne fait pas non plus partie des parcs et jardins destinés à être ouverts la nuit cet été, les habitants du 8e s?y étant formellement opposés. Dès lors l?organisation d?un tel événement a dû nécessairement faire l?objet d?un accord, matérialisé par une convention. Pourtant celle-ci n?a jamais été soumise à une délibération, ni en Conseil de Paris, ni en Conseil d?arrondissement, bien que l?opération se prépare depuis un an. Nous souhaitons donc connaître les termes précis du contrat et le montant de la redevance perçue par la Ville pour cette opération commerciale, et nous nous étonnons d?une telle absence de concertation démocratique : est-il normal que les élus parisiens n?aient pas été associés à cette décision ? Par ailleurs, les organisateurs assurent que le nettoyage et la sécurité du lieu seront assurés par leurs soins, en collaboration avec les agents de la Ville de Paris. Pour autant, les coûts pour la Ville, en termes de sécurisation et de remise en état du site, ont-ils été établis ? Par qui seront-ils supportés ? De plus, en plein état d?urgence, alors que nous savons que la menace de nouveaux attentats pèse sur la France, en particulier sur notre Capitale, que l?Euro 2016 mobilise nos forces de l?ordre, quelles sont les mesures prévues par vous-mêmes, ainsi que par le Préfet de police, pour l?encadrement et la sécurité des participants ? En outre, il nous revient de rappeler le caractère particulier du parc Monceau, qui bénéficie d?un patrimoine historique, et d?une flore et d?une faune remarquables.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Madame LECUYER?

Mme Catherine LECUYER. - Je finis. A ce sujet, je vous rappelle qu?une réunion organisée par vos soins, le 6 avril dans le 8e, a présenté aux habitants le bilan du premier Plan biodiversité de Paris, qui a mis en évidence la richesse mais aussi la fragilité des espaces présents dans le parc. Comment croire que la présence de 2.000 campeurs n?aura aucune incidence sur cette biodiversité ? Vous nous parlez de schémas de cohérence écologique, de quelle cohérence s?agit-il ?

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Madame LECUYER, vous concluez, s?il vous plaît ? Vous avez largement dépassé.

Mme Catherine LECUYER. - Je termine. Plus généralement, nous attirons votre attention sur les répercussions de l?organisation de cet événement qui risquent de constituer un précédent regrettable?

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Madame LECUYER, vous concluez, s?il vous plaît.

Mme Catherine LECUYER. - Je conclus. Un précédent regrettable en matière de privatisation des espaces verts parisiens. Ceux-ci doivent rester à la disposition des Parisiens et ne pas servir à la promotion d?intérêts commerciaux portés par des entreprises et des particuliers. Merci.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Je vous remercie, Madame LECUYER. La parole est à Bruno JULLIARD pour la réponse.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci. Je suis assez étonné mais, dans votre v?u, vous ne précisez pas le nom de l?entreprise privée. Je la précise donc : il s?agit de l?entreprise "Michel et Augustin". Vous le faites pourtant dans d?autres v?ux lorsque vous condamnez certains de nos partenariats. Je précise d?ailleurs que cette même entreprise, "Michel et Augustin", organise depuis 2012 un événement qui s?appelle "Une nuit à la belle étoile" et qui a été accueilli avec succès, je crois, avec enthousiasme par le Maire de Bordeaux et le Maire de Boulogne-Billancourt. En 2015, les organisateurs ont contacté la Mairie de Paris pour organiser cet événement dans un parc parisien, en l'occurrence le parc Monceau, le vendredi 17 juin prochain. Il ne s'agit en aucun cas d'un événement commercial, contrairement à ce que vous dites dans votre v?u, puisqu'il n'y aura aucune vente pendant toute la durée de l'opération. Il s'agit au contraire d'une manifestation festive et culturelle destinée à permettre aux Parisiens de dormir à la belle étoile dans le parc Monceau et, en amont, de profiter d'une soirée originale et culturelle en espérant que le beau temps soit avec eux. Programmation culturelle très diversifiée, adaptée à un public familial, puisqu'il y aura 10 concerts de groupes dont une bonne partie acoustique, jusqu'à 23 heures au maximum, 10 spectacles pluridisciplinaires, du cirque avec jonglage, échasses, conteurs, bascules, 4 ateliers manuels et une place du marché convivial pour la dégustation de produits régionaux. Bref, c'est une manifestation entièrement gratuite à destination d'un public familial, les inscriptions ayant été ouvertes à tous sur un site Internet spécifique depuis le 10 mai dernier. Nous souhaitons en effet, après de nombreux échanges avec eux, assurer la tranquillité, la sécurité des riverains mais aussi des 2.000 participants. Les organisateurs ont mis en place un cadre sécurisé renforcé pour répondre aux circonstances actuelles d?état d?urgence, puisque les 2.000 personnes attendues doivent s'inscrire au préalable pour accéder au parc le 17 juin. 24 agents privés et payés par l?entreprise seront déployés à l?entrée du site pour mettre en ?uvre les mesures "Vigipirate" et sur le site pour assurer le bon déroulement de l'événement et éviter toute gêne pour les riverains. Enfin, les zones devant être préservées de présence humaine seront sécurisées par des barrières. Je conclus en disant qu'il y a énormément d?inexactitudes si ce n?est d?erreurs manifestes dans votre v?u. Cela dit, la Ville de Paris n'est pas favorable à la privatisation de ses parcs et jardins et c'est la raison pour laquelle, pour que cela soit bien clair, ce sera un avis favorable à votre v?u avec toutes les réserves que vous imaginez sur son contenu, car nous en partageons en revanche le principe.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - L'avis est donc favorable. Une demande d'explication de vote du groupe Ecologiste de Paris. Joëlle MOREL ?

Mme Joëlle MOREL. - Cette manifestation intitulée "Paris à la belle étoile" est une action de marketing de la société "Michel et Augustin". C'est une action de marketing d'une filiale d'un des plus grands groupes internationaux, je veux parler du groupe "Pinault". Aucune redevance ne sera reversée à la Ville de Paris pour la privatisation du parc Monceau pour la soirée du 17 au 18 juin, mais des passe-droits vis-à-vis du règlement des parcs et jardins ont donc été accordés. Cette privatisation accordée par l'Hôtel de Ville apparaît opaque et floue. Et quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup. Le groupe Ecologiste votera le v?u de Mme Catherine LECUYER afin d'obtenir plus de transparence et que ce type de passe-droit ne se reproduise pas !

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Madame MOREL. Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 76 du groupe les Républicains avec un avis favorable de l?Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est adopté. Je vous remercie. (2016, V. 166).