Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

92 - QOC 2004-225 Question de Mme Laurence DOUVIN et des membres du groupe U.M.P. à M. le Préfet de police concernant le projet d'installer des caméras de vidéo-surveillance dans les couloirs de bus

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


Libellé de la question :
"La fluidité de la circulation des bus dans les couloirs qui leur sont réservés est le meilleur gage d'obtenir une vitesse commerciale supérieure.
Il nous paraît donc essentiel d'assurer le respect de la fréquentation de ces couloirs par ceux qui y sont autorisés et la verbalisation des contrevenants automobilistes comme motards.
Il y a plus d'un an, vous aviez annoncé la mise en place de caméras de vidéo-surveillance pour filmer les contrevenants et les verbaliser. Nous n'avons vu aucune installation en ce sens.
Ce moyen nous semble pourtant plus efficace pour une meilleure circulation des bus que l'installation de séparateurs, accompagnés d'un partage inégal de la voirie.
Mme Laurence DOUVIN et les membres du groupe U.M.P. demandent à M. le Préfet de police s'il peut leur indiquer où en sont vos projets."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La Préfecture de police, en liaison avec la R.A.T.P. développe depuis plus d'un an un projet de vidéo surveillance des couloirs de bus parisiens. Indépendamment d'une meilleure gestion des temps de parcours des autobus et de l'information à ce sujet, l'utilisation de caméras permettra également de mieux faire respecter ces voies réservées, de dissuader les éventuels contrevenants en matière de stationnement et de faciliter les opérations de verbalisation.
Si toutes les catégories de véhicules qui ne sont pas autorisées à circuler ou à s'arrêter dans ces voies réservées sont a priori susceptibles d'être sanctionnées, il n'en demeure pas moins que des difficultés techniques et juridiques subsistent, notamment, en ce qui concerne l'identification des deux-roues motorisés.
Une expérimentation de la chaîne de traitement des images est nécessaire. Une convention en ce sens vient d'être signée entre la Préfecture et la R.A.T.P. Cette phase d'expérimentation, en cours jusqu'à la fin de l'année 2004, s'effectuera à partir de quatre caméras fixes.
Le dispositif est en cours de finalisation."