Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

31 - V - Question du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris relative à la nouvelle campagne d'information, de sensibilisation et d'incitation au dépistage du Sida

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est maintenant à Mme Halima JEMNI pour la question d'actualité du groupe socialiste et radical de gauche.
Mme Halima JEMNI. - Partant de l'important constat que la moitié des individus découvrent presque "par hasard" leur séropositivité au virus du Sida, et ne se font suivre et traiter que tardivement, vous avez souhaité lancer une nouvelle campagne d'information, de sensibilisation et d'incitation au dépistage du Sida.
D'après les chiffres de l'Institution de Veille sanitaire, plus de 50 % des nouveaux cas de Sida diagnostiqués en 2002 ont été notifiés en Ile-de-France. Près de 8 cas sur 10 sont diagnostiqués chez des personnes qui n'ont pas reçu de traitement anti-rétroviral avant le Sida ou qui ont été dépistées tardivement au moment de la maladie. Ces chiffres particulièrement inquiétants justifient largement la campagne publicitaire menée sur les 1.200 panneaux dont dispose la Ville.
Au-delà pourriez-vous nous indiquer, Monsieur le Maire, quels sont les moyens, notamment en terme de centres de dépistage anonyme et gratuit et de personnels, que la Mairie met en ?uvre de façon permanente ? Quelles sont également les actions menées afin d'accompagner celles et ceux qui sont touchés par la maladie et dont le nombre est, hélas, particulièrement élevé en Ile-de-France et davantage encore à Paris.
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.
La parole est à Alain LHOSTIS.
M. Alain LHOSTIS, adjoint. - Comme vous avez pu le constater, la campagne d'information et de communication sur le Sida a choisi cette fois d'inciter au dépistage précoce. Et je pense que cela répond à la préoccupation que vous avez soulevée.
C'est l'Ile-de-France qui reste la région la plus touchée avec ses 50 % de nouveaux cas de Sida. Il reste fort heureusement que les chiffres ont globalement diminué.
Je rappelle que nous avions à Paris 1.110 nouveaux cas de Sida en 1992 et 278 dix ans après. Cela étant, les chiffres restent stables, alors que nous avions jusqu'à présent une tendance à la décroissance.
J'ajoute que ce qui est en effet préoccupant, c'est que la moitié des individus découvre leur séropositivité au virus du Sida au stade de la maladie. Or aujourd'hui, les traitements existent et permettent de faire reculer l'apparition du Sida, si l'on se fait dépister tôt.
De plus, connaître son statut sérologique, c'est aussi une façon de mieux se protéger et de protéger l'autre ; c'est tout l'objet de notre campagne. C'est également pour cette raison que nous avons apporté notre soutien aux arrondissements qui dans le cadre de la journée du 1er décembre ont organisé avec les associations et les CDAG de la Ville ou de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris des séances de dépistage à l'intérieur de la mairie. Dans les cinq mairies qui ont pratiqué ce dépistage, ce sont 346 personnes qui ont pu se faire dépister.
Il existe, je vous le rappelle, à Paris 11 centres de dépistages anonymes et gratuits. Nous avons augmenté le nombre de vacations dans certains centres qui dépendent du Département de Paris. Notamment au CDAG du Figuier qui est particulièrement sollicité.
Enfin, je rappelle que nous avons augmenté de façon conséquente les subventions aux associations de prévention du Sida et de soutien et d'accompagnement des malades.
Nous avons également mis en place la "Plate-forme inter associative logement Sida" (P.I.L.S), et grâce à ce dispositif nous arrivons à régler de nombreuses situations de demandes de logement des personnes malades.
Il reste que nous attachons la plus grande importance à la prévention en amont, et que nous avons cette année encore la volonté d'encourager l'usage du préservatif pour se prémunir contre les M.S.T. en recrudescence et le V.I.H.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci bien.