Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

103 - QOC 2004-236 Question de M. Christophe LEKIEFFRE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Préfet de police sur la présence de jeux de bonneteau dans le quartier du "Sentier" (2e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


Libellé de la question :
"Christophe LEKIEFFRE et les élus du groupe U.M.P. interpellent le Préfet de police sur la présence de jeux de bonneteau dans le quartier du Sentier.
Les bonimenteurs profitent de la naïveté des passants, souvent d'origine étrangère, qui ne maîtrisent pas bien notre langue, pour effectuer leurs délits. En France, les jeux d'argent sont interdits sur la voie publique, et les personnes lésées ne voient, bien souvent, pas l'intérêt de déposer une plainte, voire même une main courante.
Christophe LEKIEFFRE et les élus du groupe U.M.P. demandent au Préfet de police les sanctions encourues et les mesures qu'il compte prendre pour enrayer ce phénomène qui nuit, par ailleurs, à la tranquillité des riverains qui sont de plus en plus exaspérés par de telles pratiques."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les services de police locaux sont particulièrement sensibilisés à la physionomie du quartier du Sentier (2e) et apportent une attention constante à ce type de délinquance.
La présence de deux équipes de 4 ou 5 individus exerçant sur ce site, tenant un rôle de "guetteur", de "manipulateur", ou de "rabatteur", a été effectivement relevé par les services de police.
Toutefois, les surveillances quotidiennes menées par les effectifs ne permettent que rarement de surprendre ces joueurs en flagrant délit, ceux-ci prenant très rapidement la fuite, étant alertés la plupart du temps par un public complice.
Malgré la difficulté de constater le flagrant délit, deux procédures en décembre 2003 et janvier 2004 pour délits de courses et jeux sur la voie publique, toutes deux relevées au niveau du numéro 224 de la rue Saint-Denis, ont été diligentées par les effectifs du 2e arrondissement sur la base de l'article 313-1 du Code pénal."