Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

143 - 2004, DAC 74 - Subvention de fonctionnement à la S.A.R.L. "Stream-tease.tv" (10e). - Montant : 250.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DAC 74 relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à la S.A.R.L. "Stream-tease.tv".
Madame MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.
Au moment où la société "Stream-tease" quitte la Gaîté lyrique, nous pouvons, mes chers collègues, faire un premier bilan de l'opération qu'elle a menée dans ce lieu et de son intérêt pour la Ville de Paris.
Une remarque préliminaire pour regretter, avec mon collègue Jack-Yves BOHBOT, au nom de qui je m'exprime aussi aujourd'hui, pour regretter que, malgré votre souci affiché d'associer les élus du 3e au dossier de la Gaieté lyrique, cette demande de subvention n'ait pas été, une nouvelle fois, présentée devant le Conseil du 3e arrondissement.
Sur le plan financier, depuis 2 ans, la Ville de Paris apporte son soutien à la S.A.R.L. "Stream-tease.tv" pour qu'elle anime la Gaîté lyrique, en attendant les aménagements définitifs du centre dédié aux musiques actuelles et aux arts numériques. Cet apport est loin d'être négligeable puisqu'il aura représenté 630.000 euros à travers trois subventions.
L'affluence du public, nous le savons, aura été extrêmement limitée. L'état du bâtiment, demeuré vide depuis plus de 10 ans, l'état de ses aménagements ont fait que la Préfecture de police n'a autorisé l'entrée des lieux qu'à des groupes limités à 20 personnes. D'ailleurs, depuis le mois de novembre, l'établissement est fermé au public.
Nous notons que, dans le compte d'exploitation 2003, la production vendue ne représente que 2,6 % des produits et que la subvention représente 97 % de ces mêmes produits.
Quand vous parlez du privé, vous parlez d'opérateurs indépendants. Dans ce cas, expliquez-nous l'indépendance de cette société dont la quasi totalité des ressources a été constituée par des subventions généreuses octroyées par la Ville de Paris.
Le bilan est donc négatif en terme économique et en terme culturel pour cette tentative plutôt ratée d'animation de la Gaîté lyrique, comme le souligne d'ailleurs un article de "Libération" du 16 mars, qui parle de fiasco.
C'est la raison pour laquelle, Monsieur le Maire, nous vous demandons à quoi va servir une nouvelle injection de 250.000 euros à cette société, si ce n'est à éponger des dettes d'exploitation.
Encore un mot, Monsieur le Maire, toujours également au nom de Jack-Yves BOHBOT, pour vous demander où est passé le dossier de subvention de fonctionnement de la Maison de la Poésie de Paris, pourtant prévue, dans un premier temps, à l'ordre du jour de notre Conseil. Au moment où cette institution parisienne et nationale va fêter son 20e anniversaire, nous trouvons assez surprenant que vous retardiez le vote d'une subvention à un établissement qui fonctionne bien, qui connaît un grand succès auprès du public, notamment du jeune public, et qui fait, de plus, des efforts pour améliorer chaque année sa gestion et son administration. Nous avons tant besoin de poésie !
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous en sommes d'accord, et je pense que vous aurez satisfaction sur ce plan.
Madame CHRISTIENNE, vous avez la parole.
Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe, au lieu et place de M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Le problème qui a été soulevé est double, effectivement. Je pense que d'une part, le dégagement a été assez tardif en ce qui concerne cette maison. Vous avez vous-même souligné que l'afflux a été limité par la Préfecture de police pour des raisons de sécurité, mais je ne pense pas qu'on puisse évoquer un fiasco culturel. Les activités se poursuivent ; ce ne sont pas des activités in situ, mais à l'extérieur, en particulier dans différents lieux comme le Centre Pompidou où, hors les murs, les artistes ont présenté beaucoup d'installations multimédias.
Par ailleurs, en ce qui concerne la Maison de la Poésie, le projet de délibération a été retiré de l'ordre du jour à la demande du 3e arrondissement, qui donnera au prochain Conseil de Paris les conclusions de la mairie d'arrondissement.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 74.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DAC 74).