Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - QOC 2004-189 Question de M. Jean-François PERNIN et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris sur le nombre d'incidents techniques qui ont depuis mars 2003 pénalisé les Parisiens utilisant le métro

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je donne la parole à M. PERNIN pour une question du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris concernant le nombre d'incidents techniques qui ont depuis mars 2003 pénalisé les Parisiens utilisant le métro.
La parole est à M. PERNIN, pour deux minutes.
M. Jean-François PERNIN. - Merci, Monsieur le Maire.
Je posais cette question parce que, sans arrêt, lorsque l'on prend le métro, on est pénalisé par des incidents techniques qui arrêtent les lignes.
Je me suis donc demandé combien il y avait eu d'incidents techniques depuis un an et j'ai pensé que la Ville de Paris pourrait se mettre en rapport avec la R.A.T.P., ne serait-ce que parce qu'elle souhaite développer une politique de transport en commun et que cette politique ne peut réussir que si ces transports en commun fonctionnent normalement.
Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci de votre concision.
La parole est à M. BAUPIN qui sera aussi concis.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je peux être aussi concis pour dire, comme M. PERNIN, que la qualité des transports collectifs passe par leur régularité et aussi par le confort et l'accessibilité des personnes à mobilité réduite.
Si on parle du métro, il faut savoir qu'il n'y a pas tant d'incidents techniques que cela. En fait, seulement deux retards sur cinq sont dûs à des incidents techniques.
La plupart du temps, ce sont des personnes sur les voies qui retardent le métro, ce qui est un élément plus complexe à gérer, même si avec des dispositifs comme celui de METEOR, on a maintenant des systèmes qui empêchent les gens d'accéder aux voies.
Un indice de régularité est établi par le S.T.I.F. et il a été de 98,9 % en 2003 pour le métro, en amélioration par rapport à 2002 (98,6 %).
Chaque année, une évaluation est faite de ce taux de régularité et si les trains de banlieue avaient le même taux que le métro, ce serait une singulière amélioration. Certes, il y a toujours trop de problèmes, mais bien moins que sur les lignes S.N.C.F.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. PERNIN.
M. Jean-François PERNIN. - Avec ce qu'affirme la R.A.T.P., il doit y avoir une foule de promeneurs dans les tunnels du métro !
Merci.