Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

151 - Vœu déposé par le groupe du Mouvement républicain et citoyen concernant le Fonds municipal d'Art contemporain de la Ville de Paris.Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif aux Fonds municipal d'Art contemporain

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 50 déposé par le groupe du Mouvement républicain et citoyen concernant le Fonds municipal d'Art contemporain de la Ville de Paris et du v?u référencé n° 51 dans le fascicule relatif aux Fonds municipal d'Art contemporain.
Madame CAPELLE, vous avez la parole.
Mme Liliane CAPELLE. - Merci.
Très brièvement... Vous réglerez vos comptes ailleurs !
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame CAPELLE, vous avez la parole.
Mme Liliane CAPELLE. - Oui, j'aimerais pouvoir m'exprimer. J'espère être plus consensuelle. Je souhaiterais très simplement, au nom du groupe M.R.C., défendre le v?u proposé par Georges SARRE concernant le Fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris qui dispose d'environ 30.000 ?uvres recensées. Ces ?uvres, pour beaucoup, sont dans les bureaux des élus et autres. Mais, il faut bien le reconnaître, la plupart de ces ?uvres n'ont pas franchi les murs du Fonds municipal.
Or, pour vivre et être reconnue, une ?uvre artistique mérite la reconnaissance du public. Nous souhaiterions que soient étudiées les modalités pour que le Fonds municipal d'art contemporain soit accessible à tous les Parisiens d'ici la fin de la mandature.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur PAGÈS, vous avez la parole.
M. Olivier PAGÈS. - Merci, Monsieur le Maire.
Je vais intervenir sur le v?u que j'ai déposé pour le groupe "Les Verts" sur le Fonds municipal d'art contemporain. Je ne m'attarde pas sur la création d'une artothèque proposée finalement par le MRC. Cette proposition est sans doute très intéressante. Il s'agit là d'un projet important mais difficile à monter. Quoiqu'il en soit, il n'a rien à voir avec le Fonds municipal d'art contemporain, qui existe effectivement depuis le XIXe siècle.
Celui-ci a une double mission : la première est une mission de conservation et d'acquisition, de politique d'achat d'?uvres d'art d'artistes reconnus et de jeunes artistes. Il est là également pour soutenir la création contemporaine. Nous savons que, dans le domaine des arts plastiques, c'est un domaine plus difficile car les artistes ne sont pas intermittents et très peu vivent de leur art.
Sa deuxième mission est de gérer et de mettre ces ?uvres à la disposition de l'ensemble des élus et des salariés occupant les locaux de la Ville de Paris. Cet objectif implique une cohésion de moyens, de choix d'acquisition ainsi qu'une réelle rotation des ?uvres. Certaines ?uvres ne bougent pas des bureaux où elles ont été installées ; d'autres sont à la restauration et un certain nombre d'?uvres sont dans des expositions. Ce qui fait que nous n'avons aujourd'hui quasiment que 500 ?uvres de disponibles.
C'est pour cela que nous demandons un audit du FMAC pour mieux remplir ces missions d'acquisition, de conservation, de disponibilité et de diffusion.
Cet audit nous conduira probablement à une réévaluation de la subvention attribuée au FMAC et peut-être aussi à une relecture de ses missions.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur GIRARD, vous avez la parole.
M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je vais répondre conjointement aux v?ux de MM. PAGÈS et SARRE.
En première partie, s'agissant des ?uvres du Fonds municipal d'art contemporain actuellement visibles par le public, la presque totalité des ?uvres du FMAC sont présentées dans les services.
Sur les 30.000 ?uvres de la collection, seules environ 3.000 sont conservées dans les réserves. Donc, 27.000 sont accrochées ou disposées.
Les personnels de la Ville y sont reçus pour choisir des ?uvres. Lors des visites, l'accent est porté sur une démarche pédagogique en matière de sensibilisation à la fragilité du patrimoine et à ses principes de conservation préventive. De même est soulignée la nécessité d'une rotation régulière des ?uvres, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Les ?uvres ne sont pas toutes installées dans les bureaux. Certains lieux de dépôt sont largement fréquentés par le grand public. Parmi les exemples récents, on peut citer les entrées des mairies d'arrondissement, les Maisons du développement économique et de l'emploi des 19e et 20e arrondissements, la Maison du droit du 19e, la Maison de la justice du 17e arrondissement, l'Agence du cancer du 10e arrondissement, le crématorium du Père-Lachaise, mais encore des écoles, de nombreuses bibliothèques, crèches et haltes-garderies.
De plus, une sélection d'acquisitions récentes est présentée chaque année à l'Hôtel-de-Ville dans le cadre des Journées du patrimoine.
En 2003, le FMAC a organisé l'installation et le retour de 1.100 ?uvres, soit 10 % d'augmentation par rapport à 2002, et 15 % par rapport à 2001, le tout dans plus de 300 sites.
Le FMAC est donc redevenu en partie un outil de promotion et de diffusion de l'art par la Ville de Paris auprès des publics.
Quant à l'ouverture du Fonds à tous les Parisiens, cette proposition rejoint le principe de création d'artothèques. Comme les bibliothèques, les artothèques auraient vocation à constituer les structures de proximité offrant à des amateurs la possibilité d'emprunter des ?uvres pour les installer chez eux pour une durée limitée. Ces structures s'adresseraient donc à la population parisienne et s'ancreraient dans chaque arrondissement au sein d'espaces de rencontres entre les emprunteurs et les artistes.
En outre, les artothèques permettraient de développer différentes actions, notamment la sensibilisation à l'art contemporain.
Un projet de cette nature nécessiterait des équipements et des investissements importants, un site adapté pour recevoir du public (le site d'Ivry est peu accessible en transports en commun), un lieu de stockage répondant aux normes de sécurité des établissements recevant du public, et de conservation en matière de gestion des ?uvres, un système de circulation des ?uvres, de la documentation à la disposition du public, et j'en passe.
Les caractéristiques des ?uvres du FMAC ne se prêtent cependant pas à des prêts aux particuliers. En effet, à la différence d'une artothèque, le FMAC compte davantage d'?uvres originales, de grande valeur pour certaines, je pense par exemple au magnifique tableau d'Olivier DEBRÉ accroché dans le bureau de Françoise de PANAFIEU à la mairie du 17e, des tableaux accrochés dans le bureau du Maire de Paris ou ceux accrochés dans le mien.
En cela, les collections du FMAC sont plus proches de celles du Fonds national d'art contemporain et de celle des musées qui ne prêtent pas leurs ?uvres aux particuliers.
Compte tenu de l'ensemble de ces éléments, je vous propose que le Conseil de Paris émette le v?u suivant: qu'un audit soit réalisé par l'inspection générale afin d'étudier les conditions qui permettront au Fonds municipal d'art contemporain de remplir au mieux ses missions d'acquisition, de conservation et de diffusion.
En fonction des conclusions du rapport d'audit, la requête de M. SARRE, à savoir l'accessibilité de ce Fonds à l'ensemble des Parisiens, sera étudiée pour la mettre en place... "serait étudiée", mais je préfère "sera étudiée".
(Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, remplace M. Christophe CARESCHE, adjoint, au fauteuil de la présidence).
Mme Liliane CAPELLE. - Je prends acte, mais je maintiens le v?u.
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Avis de l'Exécutif sur le v?u n° 50 de M. SARRE ?
M. Christophe GIRARD, adjoint. - L'ayant amendé, je souhaite que le v?u de l'Exécutif modifié soit voté, pas le v?u présenté.
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - C'est donc un avis négatif.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 50 déposée par le groupe du Mouvement républicain et citoyen.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 50 est repoussée.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Les Verts".
C'est le v?u de M. PAGÈS qui prévoit un audit.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2004, V. 78).
M. Alain RIOU. - A l'unanimité !
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - A l'unanimité, absolument.