Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

97 - QOC 2004-230 Question de M. Christian LE ROUX à M. le Maire de Paris à propos des barrières mobiles installées devant les établissements scolaires de la Capitale dans le cadre du plan "Vigipirate"

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. Christian LE ROUX à M. le Maire de Paris relative aux barrières mobiles installées devant les établissements scolaires de la Capitale dans le cadre du plan "Vigipirate".
Monsieur LE ROUX, vous avez la parole.
M. Christian LE ROUX. - Merci, Monsieur le Maire.
Depuis 1995 et les terribles attentats que la Ville de Paris a dû affronter, la mise en place du plan "Vigipirate"a impliqué l'installation de barrières mobiles devant les établissements scolaires de la Capitale.
Ces barrières qui devaient, à l'origine, avoir un caractère provisoire sont devenues en réalité définitives, permanentes, et malheureusement trop souvent mal entretenues.
Je souhaiterais donc savoir s'il est possible, aujourd'hui, d'envisager l'installation de structures fixes et propres, ainsi que des aménagements de voirie de type Croix-de-Saint-André devant l'ensemble des établissements concernés puisque, malheureusement, il semble que nous devions aujourd'hui pérenniser le plan "Vigipirate".
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Oui, pour vous informer de choses que, normalement, vous devriez connaître : c'est-à-dire le plan "Vigipirate" mis en ?uvre en 1993, allégé depuis août 1998 et de nouveau renforcé à partir de septembre 2001, avait mis en place un certain nombre de dispositifs devant les écoles. Au-delà des questions liées à la sécurité publique, la pérennisation de ces aménagements a été entreprise lorsqu'elle a été envisageable techniquement, sachant qu'elle contribue plus globalement à la sécurité des enfants aux sorties d'écoles.
Le principe consiste en la réalisation d'élargissement de trottoirs au niveau des accès des bâtiments, avec pose de barrières de protection fixe.
Selon le recensement effectué et remis à jour régulièrement, il ressort que 680 établissements sont potentiellement concernés par les aménagements de sécurité de ce type. Il s'agit très majoritairement d'écoles, de centres universitaires, mais aussi d'organismes institutionnels.
519 de ces 680 établissements ont donné lieu à des aménagements de pérennisation du plan "Vigipirate", réalisés et financés sur le budget de la Direction de la voirie et des déplacements. Il est prévu de poursuivre cette programmation budgétaire afin de traiter la totalité des établissements concernés, c'est-à-dire à peu près 160 bâtiments restant à pérenniser.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Oui, Monsieur LE ROUX ?
M. Christian LE ROUX. - Merci, Monsieur BAUPIN, pour cette réponse.
Mais, malheureusement, dans le 7e arrondissement nous disposons à la fois d'établissements publics comme les écoles, mais également d'importantes institutions et j'aurais voulu connaître en détail les projets que vous avez dans les prochains mois, sur notamment les établissements scolaires du 7e.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je n'ai pas les éléments comme ça, par c?ur, bien évidemment. Si cela avait été posé dans la question, on vous aurait répondu spécifiquement sur le 7e, mais là, la question était très générale, donc je n'ai pas les éléments sur moi.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Bien.