Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

73 - QOC 2004-200 Question de Mme Géraldine MARTIANO et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris au sujet du profond malaise qui règne au sein de la Direction de la Protection et de l'Environnement et de la Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


Libellé de la question :
"La Lettre de l'Expansion du 15 mars révèle le taux exceptionnellement élevé d'absentéisme de 11 % à la Direction de la Protection de l'Environnement et de 9 % à la Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts.
Ces deux directions relevant de M. CONTASSOT, nous souhaiterions avoir confirmation ou infirmation de ces données qui, en tout état de cause, révèlent un profond malaise au sein de ces deux directions.
Alors que la seule D.P.E. aurait enregistré en 2003, 37.000 jours d'arrêt maladie et 15.000 jours de grève, les conséquences pratiques de cet absentéisme sont dramatiques pour la propreté de Paris qui ne cesse de se dégrader depuis cette mandature.
C'est pourquoi, Géraldine MARTIANO et les membres du groupe U.D.F. souhaiteraient savoir quelles mesures sont prises pour rétablir la confiance entre la Mairie de Paris et les collaborateurs des directions concernées et comment la Municipalité entend, dans ce contexte de démotivation généralisée, honorer son obligation de service public en matière de propreté et d'hygiène publiques."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"La Direction de la Protection de l'Environnement (D.P.E.) connaît un taux d'absence de ses personnels trop élevé. Il convient cependant de constater que ce problème concerne spécifiquement les éboueurs au service technique de la propreté de Paris (S.T.P.P.). Il ne s'agit pas là d'un phénomène récent qui résulterait d'une "démotivation généralisée" des personnels mais d'un phénomène ancien qui ne peut donc être imputé à un "profond malaise" survenu récemment.
Ce taux d'absence renvoie à des situations multiples : absences injustifiées, maladies, accidents du travail et maladies professionnelles. Les comportements individuels et collectifs, l'organisation du travail, les risques professionnels induits par un travail qui comporte de nombreuses manutentions à l'extérieur sur la voie publique sont parmi les causes qui expliquent ce phénomène.
Le niveau du taux d'absence justifiait une politique énergique. La complexité des situations exigeait une action dans de nombreux domaines, en accord avec l'ensemble des agents, leur encadrement et leurs représentants. Cette politique est mise en ?uvre dans le cadre de la réforme "Paris Propre Ensemble".
Le contrat "Paris Propre Ensemble", approuvé par le comité technique paritaire en juin dernier, prévoit le déploiement d'une structure de prise en charge de la prévention ambitieuse : création d'un bureau de prévention des risques professionnels et mise en place d'un réseau d'ACMO (agents chargés de la mise en oeuvre des règles d'hygiène et de sécurité). Ce contrat prévoit également des améliorations en matière de déroulement de carrières et de rémunérations conditionnées à l'atteinte d'un objectif d'absentéisme global au niveau du Service technique de la propreté de Paris, soit le passage d'un taux de 10,04 % en 2003 à 8,75 % dès 2004.
La détermination du Service technique de la propreté de Paris à faire diminuer l'absentéisme s'appuie sur des moyens différenciés selon le problème ciblé. La démarche systématique et participative d'évaluation des risques professionnels et la mise en place de programmes de prévention personnalisés permettent l'identification et la prise en charge des situations au plus près du terrain. Elles participent à la consolidation d'une véritable culture de prévention souhaitée par la Municipalité. Parallèlement, le Service technique de la propreté de Paris renforce sa vigilance en matière d'arrêts maladie de complaisance et d'absentéisme injustifié afin de faire barrage aux abus constatés sur le terrain. Enfin les taux d'absence et leurs évolutions font, depuis le début de mars, l'objet d'une information et d'une réflexion avec l'ensemble des agents, atelier par atelier.
L'absentéisme est aujourd'hui un dossier prioritaire pour la Direction de la Protection de l'Environnement et l'ampleur des moyens consacrés en atteste.
Le taux d'absence des personnels de la Direction des Parcs, Jardins et Espaces verts (D.P.J.E.V.) est légèrement inférieur au taux d'absence moyen de l'ensemble des directions de la Ville.
L'action envisagée pour réduire encore le nombre de jours d'absence comporte deux volets : d'une part, comme pour la D.P.E., la création d'un bureau de prévention des risques professionnels et la réorganisation du réseau des ACMO (agents chargés de la mise en ?uvre des règles d'hygiène et de sécurité) de la Direction et, d'autre part, une vigilance accrue à l'égard des absences injustifiées."