Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DJS 48 - Subvention (65.000 euros) et convention avec l'Union nationale du sport scolaire (U.N.S.S.) (12e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2016


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DJS 48 : subvention et convention avec l'Union nationale du sport scolaire. Je donne la parole à M. Sergio TINTI pour cinq minutes.

M. Sergio TINTI. - Merci, Monsieur le Maire. L'Union nationale du sport scolaire a pour objectif d?organiser et développer la pratique sportive pour les élèves du second degré de l?enseignement public. C'est une instance importante, avec plus d'un million de licenciés sur le territoire national, elle est la troisième instance après la Fédération française de football et la Fédération française de tennis. En Région parisienne, plus de 28.500 adhérents sont concernés par les nombreuses activités de l'U.N.S.S. : l'organisation de compétitions scolaires dans plus de 30 disciplines, l'organisation de manifestations sportives ouvertes à toutes et tous, l'aide aux associations affiliées disputant des compétitions nationales, et enfin, la formation des jeunes arbitres, la formation aux premiers secours, et la formation des enseignants. Le soutien de la Ville est essentiel, indispensable même à la continuité du bon fonctionnement du service régional de l?U.N.S.S. de Paris. C'est pourquoi nous nous prononçons favorablement sur ce projet de délibération. Toutefois, je voudrais attirer votre attention sur le fait que la plus grande partie des 65.000 euros versés par notre ville en soutien à l' U.N.S.S. couvre les frais de location des créneaux dans les installations sportives parisiennes. Nous souhaitons, Monsieur le Maire, étudier la possibilité d'une augmentation de cette subvention pour les prochaines années, afin de concrétiser notre volonté de donner leur juste valeur aux pratiques sportives scolaires, car à présent que nous nous sommes fixés pour objectif le développement de la pratique sportive des jeunes Parisiennes et Parisiens en vue de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2024, nous devons redoubler d'efforts. En effet, Monsieur le Maire, c'est bien dans nos collèges et lycées que se trouvent les futurs athlètes qui porteront les couleurs de la France aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. La "Génération 2024" se trouve aujourd?hui dans nos établissements et c'est à la Ville de la soutenir, de l'accompagner et de l?impliquer. Ce, au moment même où le Ministère de l'Education nationale, avec sa réforme du collège qui efface la spécificité de l'éducation physique et sportive, s?en désintéresse. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Merci. Pour vous répondre, Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Le Président de la 7e Commission, cher Sergio, vous avez dressé à juste titre un portrait élogieux de l?U.N.S.S. que chacun connaît et dont chacun ici a bien en tête que l'école élémentaire, qui n'est pas sous le champ de l?U.N.S.S. mais de l'U.S.E.P., le collège et le lycée, sont le creuset de la pratique sportive. C'est souvent là que se fait la découverte du goût, du plaisir d?une discipline, avant d'aller la pratiquer dans le cadre fédéral d'un club sportif. J'entends évidemment tous ces arguments qui plaideraient pour une réévaluation de la subvention et je propose de la regarder ensemble au sein de la 7e Commission pour l'année qui vient. Auquel cas, nous l?assortirions peut-être d'objectifs nouveaux pour l?U.N.S.S. Je veux en citer un en particulier qui je crois intéressera l'ensemble des Conseillers de Paris, qui est le moment où se fait l'inégalité de pratiques sportives entre les filles et les garçons. On se rend compte qu'en école élémentaire, et notamment à l'U.S.E.P., l'équivalent de l?U.N.S.S. dans le secteur élémentaire, la pratique féminine et masculine est identique et que le décrochage de pratique se fait précisément à l'arrivée au collège, et que justement à l?U.N.S.S., on retrouve là un modèle sportif malheureusement plus traditionnel où il y a plus de garçons que de filles. C?est peut-être sur cette mission de féminisation du sport scolaire au collège et au lycée que l?on doit pouvoir soutenir, y compris financièrement, des actions supplémentaires. Je profite de l'occasion et de la présence de nombreux maires d'arrondissement pour leur dire que dans les campagnes d'attribution des créneaux dans chacun de leurs arrondissements, je sais que chacun d'entre vous, majorité comme opposition, systématiquement, vous avez envie de soutenir le club de votre arrondissement, le club de votre quartier, le club de la chapelle la plus proche, mais il y a de grands enjeux comme le sport scolaire avec des clubs qui ne sont pas localisés, qui ont besoin de ces créneaux. J?incite donc l?ensemble des maires d'arrondissement à mesurer qu'au-delà des clubs de quartier, ces pratiques scolaires ont besoin de créneaux, donc qu'il faut leur faire de la place pour que les enfants parisiens puissent faire du sport.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 48. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DJS 48).