Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Hommages aux victimes des attentats de Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2016


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, cet été deux attentats terribles ont endeuillé notre pays. À Nice, le fanatisme le plus inhumain a frappé indistinctement des hommes, des femmes, des enfants, dont le seul crime était de vouloir vivre ensemble. Ce sont 86 personnes qui ont été tuées, 86 personnes aussi diverses que la société française, et assassinées aveuglément. Nous conserverons leurs souvenirs avec celui de nos victimes parisiennes des attentats de janvier et de novembre 2015. A Saint-Etienne-du-Rouvray, c'est un prêtre et un homme de dialogue et de paix qui a été tué pour ce qu?il croyait et pour ce qu'il était. Ces crimes abominables nous ont bouleversés comme nous bouleversent les attentats auxquels se livrent dans de nombreux autres pays des terroristes dénués de toute conscience et de toute dignité. Mais ils ne nous feront pas renoncer à ce que nous sommes, des êtres humains qui aspirent à vivre libres, à être égaux et à se reconnaître frères. Nous leur résisterons comme nous leur résistons depuis près de deux ans avec honneur et dignité. Mes chers collègues, comme celles dont notre ville a été victime, ces attaques terroristes visent à nous faire douter de nous-mêmes et à nous faire douter des uns et des autres. Elles doivent nous trouver unis et sûrs de nos valeurs face à ceux qui n'en ont aucune. Au nom des Parisiens, au nom de notre Assemblée comme en mon nom personnel, je souhaiterais affirmer haut et fort au maire de Nice, au maire de Saint-Etienne du Rouvray, aux catholiques, aux citoyens de ces deux villes, les condoléances, le soutien et la solidarité indéfectibles de Paris. Je vous propose de manifester notre solidarité en observant une minute de silence. Je vous remercie.

(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).