Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DVD 4 G - Prolongement du R.E.R. E - Eole à l'Ouest. Protocole-cadre relatif aux engagements financiers et convention n° 2 de financement des travaux.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2016


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DVD 4 G relatif au prolongement du R.E.R. E - Eole à l'Ouest. La parole est à Mme Fatoumata KONÉ pour le groupe Ecologiste de Paris.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci. Monsieur le Maire, chers collègues, après le vote historique de notre Assemblée hier, permettant la piétonisation des berges de la rive droite de la Seine, c'est avec constance et cohérence que notre majorité accompagne ce choix et poursuit son travail. Car ce nouveau projet de délibération qui vise à permettre le prolongement du R.E.R. E à l'Ouest va clairement dans le sens de la politique de la Ville de diminution de la place de la voiture à Paris. Ce prolongement, c'est le réaménagement de la ligne existante sur 47 kilomètres entre La Défense et Mantes-la-Jolie et la création de trois nouvelles gares, le déploiement d'un nouveau matériel roulant et d'un nouveau système d'exploitation, une fréquence améliorée à l'heure de pointe avec 22 trains par sens, et le délestage des tronçons centraux des R.E.R. A, B et D. Il faut d'ailleurs rappeler qu'avec ses 308 millions de voyageurs par an, le R.E.R. A est la ligne la plus fréquentée d'Europe. Ce taux de fréquentation est souvent d'ailleurs décrié pour affirmer la saturation de la ligne. Ce prolongement va donc contribuer à sa désaturation. Il est même d'envergure métropolitain. C'est la promesse d'un grand changement pour un bon nombre de Parisiens et de Franciliens qui travaillent et/ou vivent aux abords de cette ligne. Il représente également la promesse tenue par la Ville dont la participation financière s'élève à un peu plus de 128 millions d'euros, un effort financier qui démontre encore une fois la manière dont Paris continue à jouer son rôle et sa solidarité financière au niveau métropolitain. Mais l'amélioration du réseau existant, c'est d'ailleurs une orientation que les écologistes défendent avec constance, et ce projet en font partie. Je crois qu'il est particulièrement important de marteler la nécessité de ce réaménagement qui implique une forte mobilisation financière de tous les acteurs, surtout quand ceux-ci sont mis en danger par des mégaprojets inutiles et coûteux, tels que le C.D.G. Express, cette ligne ferroviaire destinée aux hommes et femmes d'affaires qui reliera directement l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à la gare de l'Est à Paris pour un coût estimé à 2 milliards d'euros et un billet à l'arrivée qui pourrait coûter 24 euros. Face au lobbying réussi de certains intérêts particuliers, nous continuerons à défendre l'intérêt général. Et cela passe par le développement et l'amélioration de notre offre de transport collectif. Merci.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci. Pour répondre, je donne la parole à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Je voudrais remercier notre collègue Fatoumata KONÉ d'avoir souligné l'importance de ce protocole de financement du prolongement du R.E.R. E, puisque c'est un budget d'un peu plus de 3 milliards d'euros qui sera consacré dans la décennie à venir pour prolonger le R.E.R. E jusqu'au à La Défense. Dans ce plan de financement, il y a la contribution de Paris mais aussi celle des Hauts-de-Seine et des Yvelines qui ont été déterminantes puisqu'elles représentent un peu plus de 500 millions d'euros dont 128 millions d'euros qui seront apportés par Paris. Les travaux préparatoires ont été autorisés depuis quelques mois sur le territoire parisien, ils viennent d'ailleurs d'être lancés par la S.N.C.F. avec des premiers dévoiements de réseau dans les secteurs de la porte Maillot et du 8e arrondissement. Cette nouvelle infrastructure va permettre de relier plus directement l'Est et l'Ouest parisiens. Elle va permettre aussi de désengorger le R.E.R. A de manière complémentaire au déploiement du réseau du Grand Paris express. Puis après l'ouverture de la gare Rosa Parks dans le 19e arrondissement, c'est aussi une infrastructure qui permettra de mieux relier le Nord-Est parisien, en particulier le 19e arrondissement, à l'Ouest parisien. Je voudrais rappeler que ces 128 millions d'euros s'inscrivent dans le cadre d'un effort financier conséquent qui est réalisé par la Ville de Paris en faveur des modes lourds et des transports lourds, puisqu'ils viennent s'ajouter aux 230 millions d'euros mobilisés pour le prolongement de la ligne 14 à Saint-Ouen ou aux presque 70 millions d'euros pour le prolongement de la ligne 11 à Rosny-sous-Bois. Cela montre donc l'engagement de Paris dans l'amélioration des déplacements à l'échelle métropolitaine et à l'échelle régionale de manière totalement solidaire avec les collectivités voisines, et loin de l'égoïsme que certains voudraient nous prêter. D'ailleurs, nous avons d'autres projets ambitieux, qui permettraient de mieux relier Paris à la banlieue. Je cite, par exemple, le prolongement de la ligne 10 à Ivry-sur-Seine ou encore le tramway T8 depuis Saint-Denis jusqu'à Rosa Parks. Sachez que l'Exécutif parisien prendra sa juste part à la mise en ?uvre de ces projets et qu'il continuera à se mobiliser auprès des instances dirigeantes du S.T.I.F. pour qu?ils voient le jour en temps et en heure. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 4 G. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. Je vous remercie. (2016, DVD 4 G).