Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DEVE 101 - DJS - Aménagement d’une baignade publique dans le lac Daumesnil (12e). - Autorisation donnée à la Maire de Paris de prendre toute décision relative à la réalisation de cette opération. Vœu déposé par le GEP relatif à la communication d'une évaluation environnementale. Vœu déposé par le GEP relatif à l'étude de la piétonisation de la partie Nord de la route de ceinture du lac Daumesnil. Vœu déposé par le GEP relatif à la création d'une piscine dans le secteur Bercy-Charenton.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DEVE 110 - DJS et les v?ux nos 111 à 113 qui y sont rattachés. Il s?agit de l?aménagement d?une baignade publique dans le lac Daumesnil. Jean-Bernard BROS, Joëlle MOREL, Catherine BARATTI-ELBAZ, Nicolas BONNET-OULALDJ vont successivement prendre la parole.

M. Jean-Bernard BROS. - Merci, Monsieur le Maire. Nous le savons tous, les grandes chaleurs en milieu urbain sont des moments désagréables et peuvent même être dangereuses pour les publics vulnérables. Les Parisiens recherchent alors des espaces de fraîcheur, dans un milieu qui concentre la chaleur. Ce besoin a parfois du mal à être satisfait. Trouver une piscine à Paris peu fréquentée un jour de grand soleil relève souvent de l?impossible. Le grand "splash", si je peux m?exprimer ainsi, est un désir des Parisiennes et des Parisiens. Pourquoi pas dans un espace ouvert sur la nature, au sein des espaces verts de la Ville ? D?autres grandes villes européennes ont déjà développé la baignade urbaine, des projets fleurissent partout, Copenhague, Bâle, et même Londres. Paris se devait de prendre le pas de cette évolution. Les Parisiens veulent se réapproprier leur ville et cela passe aussi par l?élément aquatique, que ce soit le fleuve, les canaux ou les lacs. Les usages liés à l?eau ont beaucoup à apporter à Paris en réinterrogeant le devenir de certains de nos espaces. C?est le cas du projet proposé au lac Daumesnil, que nous saluons. Réinventons donc notre rapport à l?eau en ville pour réinventer Paris. Les lieux de baignade ouverts représentent des espaces de sociabilité. Ils sont aujourd?hui gratuits et ouverts à tous. Nous pouvons nous féliciter d?un tel projet pour l?Est parisien. Nous l?avons oublié, mais rives urbaines et rêves de baignade ont longtemps fait bon ménage. Les rivières et les fleuves ont autrefois accueilli les baigneurs avant que la baisse de la qualité des cours d?eau ne les en empêche. Enfin, la volonté de développer des baignades urbaines nous oblige à améliorer la qualité de l?eau et donc l?avenir durable de notre territoire. Ainsi est le Paris de demain : créatif, dynamique, en lien direct avec son environnement naturel. Vous l?avez compris, le groupe RGCI votera en faveur de ce projet de délibération.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Mme MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire. Je présenterais le projet de délibération qui concerne l?aménagement d?une baignade publique dans le lac Daumesnil au bois de Vincennes et les trois v?ux. Le projet de délibération s?inscrit dans le cadre du plan "Nager à Paris", présenté au Conseil de Paris de juin 2015, qui a pour objectif d?améliorer la pratique de la natation dans la Capitale. Ce plan ambitieux permettra de répondre aux besoins des Parisiens et des Parisiennes qui, comme nous avons pu le voir cet été, ont besoin de davantage d?espaces de baignade. C?est pour répondre à ce besoin que nous profitons de ce projet de délibération pour réitérer la demande déjà exprimée l?année dernière de la création d?une piscine publique dans le secteur d?aménagement Bercy-Charenton. En effet, les besoins en infrastructure de baignade dans le Sud-Est parisien ne seront pas comblés par le projet de bassin extérieur, qui ne sera accessible que de façon saisonnière. Pour revenir au projet de délibération qui nous est présenté au vote aujourd?hui : il concerne donc un projet de baignade de 8.000 mètres carrés dans le lac Daumesnil, au sein du bois de Vincennes. Le bassin qui devrait voir le jour d?ici trois ans, serait fonctionnel pendant la saison d?été, de mi-juin à mi-septembre et sera en accès gratuit, ce dont nous nous réjouissons. Nous prenons acte de ce projet, de ses modalités, mais souhaitons indiquer qu?un temps de préparation plus long aurait été nécessaire avant la présentation de ce projet de délibération à notre Assemblée. Une période d?élaboration plus longue, afin que l?arrondissement concerné, comme les communes limitrophes, mais aussi les associations de protection de l?environnement, soient consultées, et participent à la conception du projet. Un temps de préparation plus long afin de mieux appréhender les conséquences de ce projet sur son environnement en général et naturel en particulier. Cela ne surprendra personne qu?en tant qu?écologistes, nous sommes très attentifs et vigilants aux impacts sur la faune et la flore locale que va engendrer ce projet localisé au sein du bois de Vincennes classé "zone naturelle et forestière" et aussi "espace boisé". L?importante présence d?animaux sauvages mentionnée dans la délibération votée au Conseil municipal du 12e arrondissement ne pourra qu?être perturbée par les allées et venues des 2.200 baigneurs prévus par jour, et la flore préservée devrait subir cette fréquentation grandement augmentée. Ce nombre important de visiteurs se traduira également par une hausse de la circulation automobile, ainsi qu?une hausse du volume sonore dans le bois de Vincennes. C?est pourquoi le groupe Ecologiste a déposé à ce Conseil un v?u, afin que dès sa finalisation, en novembre de cette année d?après le calendrier du projet, l?intégralité de l?évaluation environnementale soit présentée puis débattue au Conseil du 12e arrondissement et au Conseil de Paris. En particulier, nous serons attentifs à deux points : au respect du principe du moindre impact environnemental, afin d?éviter les atteintes significatives de la biodiversité et aux services qu?elle fournit ; à défaut les mesures prises pour en réduire la portée. Nous serons également très vigilants au respect du principe de compensation des atteintes qui n?auront pas pu être évitées ni réduites, en tenant compte des espèces, des habitats naturels et des fonctions écologiques affectées. Ceci nous apparaît essentiel, alors que la Ville travaille actuellement sur la révision de son plan Biodiversité et que la récente loi sur la biodiversité demande désormais que soit respecté le principe des obligations de compensation écologique pour tout nouveau projet qui peut avoir un impact sur la biodiversité. Nous souhaitons d?ailleurs déjà attirer votre attention sur le fait que l?échéancier de l?étude environnementale se déroule de septembre à novembre de cette année. L?ensemble des impacts ne pourra donc pas être pris en compte, puisque la saison de l?étude sera décalée de trois mois par rapport à la période d?ouverture de la baignade. Trois mois qui représentent une différence importante pour le cycle de la vie de la faune et de la flore, qui évoluent de façon importante à cette période de l?année. L?étude paysagère, comme l?inventaire biologique, sera donc biaisée, alors qu?il est important que l?étude de l?état initial du site soit le plus proche possible de la réalité. Je finirai pour dire quelques mots sur le dernier v?u. Le bois de Vincennes fait l?objet d?une charte d?aménagement durable qui garantit au bois sa vocation d?espace naturel de promenade publique et d?espace de loisirs de plein-air. Afin que ces objectifs soient respectés et pour réduire l?impact de l?augmentation de la circulation automobile, le groupe des élus Ecologistes dépose un v?u afin qu?une étude sur la piétonisation de la partie Nord de la route de ceinture du lac Daumesnil, entre le lac et le zoo, soit réalisée d'ici un an en concertation avec les communes riveraines. Cela complétera la piétonisation en cours de réalisation de la partie Sud de la ceinture du lac et créera un espace de calme et de respiration, bénéfique à tous, à la faune, à la flore, aux visiteurs mais aussi aux animaux du zoo, qui est tout proche. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Mme Catherine BARATTI-ELBAZ.

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, maire du 12e arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, comme les villes de Berlin, Bâle ou encore Londres, c?est au tour de Paris d?offrir à ses habitants et à l'ensemble des usagers du bois de Vincennes la possibilité de se baigner en plein air dans une baignade naturelle et écologique. La baignade du lac Daumesnil proposera trois espaces adaptés aux différents besoins et accessibles gratuitement à tous les publics : un espace ludique et familial, un espace de baignade autonome ainsi qu?un véritable espace de nage. Les Parisiens et habitants de la Métropole sont fortement demandeurs, nous l'avons vu encore cet été, de pouvoir se baigner à proximité de leur lieu de vie, particulièrement lors des périodes de forte chaleur. Ce projet s'inscrit ainsi pleinement dans la stratégie d?adaptation aux changements climatiques que nous portons collectivement à Paris. Les équipements saisonniers installés l'été sur la partie Ouest du lac Daumesnil seront facilement accessibles en transports en commun et leur implantation sera réalisée en veillant à préserver la qualité paysagère et écologique du site classé qu'est le bois de Vincennes. Je me félicite en effet des garanties écologiques apportées par le projet. Elles sont le fruit d'une réflexion visant à concilier et à conjuguer les usages de loisirs et le caractère écologique du bois de Vincennes, même si je rappelle que ce lac est totalement artificiel. Les aménagements envisagés pour la baignade permettront de trouver le juste équilibre entre deux éléments constitutifs de ce poumon vert de la Capitale : des usages de sport et de loisir, appréciés de tous, et un potentiel de réservoir de biodiversité essentiel dans un milieu urbain dense comme le nôtre. Je tiens à rassurer également tous les amoureux. Nous conserverons la possibilité de promenades en barque sur le lac. Cet équilibre est notamment assuré par l'utilisation d'une eau recyclée non potable et le traitement de l'eau de baignade se fera par filtration biologique. De même, je me réjouis qu'une grande attention soit apportée au respect de la qualité paysagère et patrimoniale du site dans la sélection des candidatures du marché de maîtrise d'?uvre. Je ne peux par ailleurs que souligner les bienfaits de la politique d'apaisement de la circulation que nous menons avec mes collègues de l'Exécutif parisien et en veillant à associer les communes riveraines concernant le bois de Vincennes. C'est assez facile comme vous avez pu le voir au moment du débat sur les berges de Seine. Celle-ci passe entre autres par la limitation du stationnement, la sécurisation des itinéraires piétons ou encore le développement du réseau de circulation douce et de renforcement de la desserte en transports en commun. A ce sujet, j'ai indiqué au S.T.I.F. récemment et à la Région mon souhait que la réforme du plan "Bus" annoncé la semaine dernière prenne en compte les enjeux d'une meilleure desserte du bois de Vincennes. Dans le champ de nos compétences, nous avons porté avec Christophe NAJDOVSKI et Pénélope KOMITÈS la piétonisation des voies Sud de la ceinture du lac Daumesnil qui est en cours de réalisation et qui permet de rendre au bois près de 28.000 mètres carrés de voies. Je m?en félicite. Du fait de sa dimension métropolitaine et stratégique pour de nombreux acteurs locaux du bois de Vincennes, le sujet d'un même aménagement concernant les voies Nord de la ceinture du lac, tel que proposé dans le v?u qui vient d'être présenté, devra à mon sens être étudié avec beaucoup d'attention avant d'être discuté en comité des bois comme vous le suggérez. Je profite enfin de ce projet de délibération pour réaffirmer l'intérêt de l'implantation d'une piscine dans le secteur d'aménagement Bercy-Charenton. J?ai en effet déjà soutenu à plusieurs reprises avec l'ensemble des élus du 12e la nécessité de créer une nouvelle piscine sur ce territoire. Une étude en ce sens doit être menée par les services de la Ville afin de prévoir légitimement l'implantation d'un tel équipement de sport et de loisir dans notre arrondissement, qui ne compte aujourd'hui que deux piscines pour plus de 145.000 habitants. Il nous appartient donc de prévoir un emplacement pour une nouvelle piscine dans les prochaines années ; j'ai bien conscience que ce ne sera pas dans les prochains mois. Enfin, puisque ce sujet a beaucoup ému dans nos rangs, je voulais dire la fierté qui est la mienne d'avoir le seul créneau ouvert aux naturistes dans une piscine du 12e arrondissement. Je suis favorable à ce que nous réfléchissions ensemble à installer ce camp de naturistes dans le bois de Vincennes, pas forcément au moment de la baignade dans le lac Daumesnil. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. Nicolas BONNET.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Madame la Maire, Monsieur le Maire, Madame la Maire du 12e, mes chers collègues, voir nos engagements du plan "Nager à Paris" se réaliser est une très bonne chose. L'un des axes de ce plan était la création de baignades estivales dont l'une sur le lac Daumesnil au c?ur du bois de Vincennes. La solution retenue d'une baignade biologique de 8.000 mètres carrés avec un traitement naturel par des végétaux, ouverte de mi-juin à mi-septembre 10 heures par jour, est très ambitieuse et séduisante. Nous savons que l?été de nombreux Parisiennes et Parisiens sont à la recherche d'îlots de fraîcheur où ils pourront partager des moments de loisir et de détente précieux en plein air. Cependant, nous avons des interrogations. Notre première interrogation concerne les contraintes de fréquentation à respecter pour garder une qualité constante de l'eau permettant l'ouverture à la baignade. Celle-ci prévoit un maximum de 1.000 personnes à un instant T et de 2.200 baigneurs maximum par jour. Ne peut-on pas craindre qu'en cas de fort succès de cette baignade, ce qui est très probable, le maximum journalier soit rapidement atteint et que, de fait, nous soyons contraints de ne pas pouvoir garantir l'accès 10 heures par jour ? Ce projet de délibération nous amène aussi à nous questionner sur l'existence d'un projet global pour le bois de Vincennes. De nombreuses propositions sont faites concernant chacun des équipements sportifs que compte le bois de Vincennes, mais on peine à voir se dessiner un plan global qui nous permettrait une plus grande cohérence des actions menées. Pourtant, sur ma proposition, nous avions adopté ici-même un v?u demandant une étude sur un schéma directeur des équipements sportifs et que soit lancée une concertation avec la population sur l'ensemble des usages pour définir un plan pluriannuel des investissements. Je repose la question : où en sommes-nous ? Par ailleurs, le 12e arrondissement - cela a été rappelé par la Maire du 12e -, reste avec la perspective de l'aménagement du quartier Bercy-Charenton un arrondissement déficitaire en piscines et notamment pour répondre aux exigences de la natation scolaire à l'école. Je rappellerai que cette baignade estivale ne pourra répondre aux besoins quotidiens des scolaires et des clubs. D'ailleurs, lors de notre débat sur le plan "Piscine", j'avais rappelé que le rapport de l'I.R.D.S. disait que Paris reste le dernier département de France dans le rapport piscines/nombre d'habitants. Pas assez de bassins, des équipements vieillissants, un rythme de constructions insuffisant, voilà les défis qui nous attendent et auxquels le plan "Nager à Paris" tente de répondre. Il convient que notre politique d?accès à la natation se base sur un principe simple : c'est le nombre des élèves qui doivent apprendre à nager qui doit déterminer le nombre de créneaux et donc le nombre de bassins à construire, c'est la planification à partir des besoins et de l'évolution démographique. Le savoir-nager est un élément essentiel à l?accès des êtres humains et à l?émancipation parce qu'il nécessite l?appropriation d'une technique, mais surtout parce qu?il influe sur le rapport de l'être humain à son corps et à un environnement qui peut paraître au départ hostile. Je le disais, la natation engage aussi des modifications dans le rapport à l'autre. Nager, c'est accepter de montrer son corps. Ainsi, constater les différences, c'est accepter, à partir du XIXe siècle sur les lieux de villégiature, de côtoyer le corps de l'autre. S'il n'y avait pas un esprit profond de liberté dans la baignade, il n'y aurait pas ces offensives des fondamentalistes de toutes les religions qui tentent pas à pas d'en restreindre l'accès aux femmes ou d'exiger qu'elles se couvrent. Savoir nager est donc un acte de liberté et il est pour nous essentiel que cette liberté puisse s'appuyer sur des moyens concrets pour y parvenir. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Jean-François MARTINS, puis Pénélope KOMITÈS pour la réponse.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, merci aux différents intervenants d?avoir souligné les différents éléments du programme de cette baignade et je ne vais donc pas y revenir mais peut-être remettre en perspective la nature des conquêtes dont il s'agit. C'est d'abord une conquête - je n'ai pas peur de le dire - démocratique parce que, dans les temps que nous vivons, un engagement aussi fort de la campagne de la Maire de Paris et de la Maire du 12e se trouve ainsi très concrètement en voie d'être réalisé et je crois que dans la confiance qu'ont les citoyens dans leurs élus, c'est un moment important. C'est une conquête, ce projet de délibération, en matière d'espaces publics et de reconquête de la nature - Madame MOREL, vous avez raison de l'avoir citée -, nature que nous saurons protéger dans le cadre de cette reconquête et je laisserai Pénélope KOMITÈS le rappeler. C'est évidemment une conquête environnementale. Célia BLAUEL, qui est évidemment associée aux travaux que nous menons avec Pénélope KOMITÈS, le rappelle systématiquement. Dans la stratégie d?adaptation de la Ville de Paris aux changements climatiques, il y a la nécessité d'ouvrir des points d'eau, des îlots de fraîcheur pour faire face aux épisodes caniculaires que nous connaîtrons. Mais c'est aussi une conquête populaire pour les familles de l'Est parisien, qui n'ont pas toujours l'offre de loisirs, qui n'ont pas le loisir de partir en vacances l'été à La Baule ou à Arcachon, et pour lesquelles une baignade populaire, publique et gratuite dans le bois de Vincennes sera une conquête populaire et un loisir estival pour tous ceux qui n'ont pas les moyens de partir en vacances. Enfin, cela sera une conquête sportive, parce que cela sera un espace de baignade supplémentaire où l'on sait qu'au-delà de l'apprentissage scolaire de la natation, la pratique de la baignade, de la nage, au-delà du temps scolaire, au-delà de la piscine, participe de l'appréhension du rapport à l'eau, de l'appropriation de l'élément qui se trouve être l'élément aquatique, dont parfois la peur freine les élèves à maîtriser le savoir nager à l'entrée en 6ème comme ils le doivent. C'est pourquoi c?est un très beau projet qui a été conçu avec les objectifs que je viens de citer, avec le souci environnemental, Pénélope KOMITÈS le précisera, mais aussi avec l'objectif de l'intégrer pleinement dans l'ensemble du quartier, dans l'ensemble de l'arrondissement. A ce titre, j'entends la demande répétée, légitime, des élus du 12e arrondissement sur la création d'une piscine dans le secteur Bercy/Charenton. Je me permets une remarque d'abord, sur globalement la programmation de cette Z.A.C. "Bercy-Charenton" où ces mêmes groupe de la majorité, je le dis, ont une attente très forte de logements, notamment de logements sociaux sur cette Z.A.C. Par conséquent, les mètres carrés vont manquer. Sur cette Z.A.C, je suis favorable, et c?est le sens de l'amendement que je vous propose, à ce que nous puissions étudier l'implantation d'une piscine publique, mais ces 3.000 mètres carrés, il faudra les trouver quelque part. J'invite tous les groupes de la majorité, les élus du 12e, à nous aider à trouver ces 3.000 mètres carrés sans densifier, en respectant la nature, avec l'ensemble des orientations fixées dans la Z.A.C. "Bercy-Charenton". Si ce besoin pour le 12e est évident, je viens ici justifier peut-être la priorité donnée aux 20e et 14e arrondissements sur la mandature, sur les deux nouvelles piscines, ainsi que sur le 18e, le 17e, sur le début de la prochaine, car aujourd'hui le 12e arrondissement, ce sont 106 mètres carrés de bassins pour 10.000 habitants, contre 89 mètres carrés en moyenne à Paris. Cependant, la démographie grandissante du 12e arrondissement, les 4.000 logements qui vont arriver à la Z.A.C. "Bercy-Charenton", la présence de familles en grand nombre dans le 12e justifieront, à court et moyen termes, la nécessité de cette piscine supplémentaire. Un avis favorable également sur l'étude de la piétonisation de la partie Nord de la route de la ceinture du lac Daumesnil, car si nous devons reconquérir ce lac pour améliorer le cadre de vie, les sujets de voirie font partie de cet élément. Je laisse ma collègue Pénélope KOMITÈS vous répondre sur l'évaluation environnementale.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Monsieur MARTINS. Madame MOREL, vous avez bien fait d?insister sur la biodiversité et la protection de l'environnement, je voudrais vraiment vous dire que nous travaillons beaucoup sur ces mesures environnementales et qu'un certain nombre d'actions vont être engagées pour accompagner la création de cette baignade estivale dans le lac Daumesnil, parce que bien évidemment ce projet se veut exemplaire sur les aspects environnementaux et en particulier nous aurons un regard extrêmement attentif à la biodiversité dans le bois, et notamment au respect de la faune, de la flore et des milieux aquatiques. Je rappellerai, comme l'a fait la Maire du 12e arrondissement, que nous sommes cependant sur un lac artificiel et qu'il est bien de le rappeler, car je pense qu'au final nous aurons quelque chose d?encore plus agréable. L'évaluation environnementale va effectivement porter sur les continuités écologiques et les équilibres biologiques, avec des inventaires de l'ensemble des espaces à l'intérieur de la route de ceinture du lac, et concernera tous les habitats naturels. Alors, nous irons plus loin puisque les services de la Direction des Espaces Verts et de l'Environnement ont engagé déjà un inventaire sur les quatre saisons, ce qui répond à vos préoccupations, des habitats, de la faune, de la flore sur le périmètre du lac Daumesnil. L'objectif étant bien, comme vous l'aviez signalé, d'avoir une vision globale des évolutions selon les saisons et dans le temps. Bien évidemment, tous ces éléments seront partagés avec les Conseillers de Paris, mais aussi avec les associations de protection de la nature, avec lesquelles nous avons déjà engagé un certain nombre d'échanges extrêmement constructifs sur le projet, puisque nous avons tenu avec eux une première réunion le 7 septembre dernier, et leur connaissance du site et les propositions qu'ils nous formuleront tout au long de la mise en place nous permettront d'enrichir le projet dans sa mise en ?uvre. La pérennité et le développement de la biodiversité sont une responsabilité collective. Nous y travaillons et vous avez déposé un v?u sur ce projet de délibération, sur l'évaluation environnementale, visant effectivement à ce que l'intégralité de l'évaluation soit présentée, ce sera le cas. Avis favorable.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 111 avec un avis favorable de l'Exécutif. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est adopté. (2016, V. 297). Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 112, même avis favorable. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u est adopté. (2016, V. 298). Le v?u n° 113, il y a une proposition d'amendement ?

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Ce que j'évoquais à l'oral sur l'étude de l'implantation d'une piscine publique.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Il est accepté. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 113 ainsi amendé. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le v?u amendé est adopté. (2016, V. 299). Je mets enfin aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 101 - DJS. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s'abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DEVE 101 - DJS).