Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DDCT 67 - DFPE - DASCO - Subvention (34.500 euros) à l’Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (A.F.E.V.) pour deux projets sur les quartiers prioritaires parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le projet de délibération DDCT 67 - DFPE - DASCO est une subvention à l?Association de la Fondation Etudiante pour la Ville. Un vrai plaisir, Didier GUILLOT.

M. Didier GUILLOT. - Monsieur le Maire, mes chers collègues.

La Ville de Paris a engagé une expérience particulièrement enrichissante avec le projet "KAPS" porté par l?association "A.F.E.V.". Le projet "KAPS" consiste à permettre à des étudiants qui s?engagent dans l?aide et le soutien scolaire dans des quartiers en difficulté d?être logés en collocations solidaires dans des résidences du C.R.O.U.S.

Depuis 2010, ces projets "KAPS" avaient eu l?occasion de se développer dans d?autres villes : Poitiers, Nantes, Toulouse et bien d?autres encore. Depuis plus de trois ans, ils ont débarqué à Paris : dans le 18e arrondissement d?abord et désormais dans le 13e arrondissement.

L?"A.F.E.V." est une association qui combat depuis plus de 20 ans l?échec scolaire dans les quartiers difficiles en mobilisant les étudiants. L?échec scolaire dans les quartiers difficiles est sans aucun doute un des pires vecteurs d?inégalités. D?ailleurs, un excellent article le souligne ce soir dans "Le Monde" - comme quoi, nous sommes parfaitement dans les temps. L?inégalité scolaire qui en découle est la première et la plus durable des inégalités.

Au sein de cet engagement, c?est bien sûr la maîtrise de la langue et le rapport à la lecture qui s?avèrent les facteurs les plus discriminants et ce, dès la fin de la maternelle ou au C.P. La Ville de Paris et le 18e arrondissement ont ainsi tenté cette expérience en commençant par cinq "KAPSeurs" dans le quartier de la Chapelle. Je veux ici saluer la démarche d?expérimentation qui devrait d?ailleurs irriguer bien d?autres politiques publiques locales comme nationales. C?est bien parce que cette expérience a été très concluante que ce projet va se développer et essaimer. Nous passons ainsi à 20 "KAPSeurs" dans le 18e arrondissement et 34 dans le 13e arrondissement. Dans quelques mois, ce sera plus encore avec l?ouverture d?une grande résidence rue Philippe de Girard. Les parents d?élèves, les écoles et les collèges des quartiers Goutte d?Or ou Chapelle ont pu apprécier cet engagement au quotidien d?étudiants créant du lien, du liant et du lisant. Dans quelques mois, ce sont des dizaines et des dizaines de "KAPSeurs" qui pourront agir dans le 18e et le 13e arrondissement. Au vu de la localisation des deux résidences dans le 18e arrondissement, ils pourront irriguer dans d?autres quartiers parisiens. Je pense aux 10e, 11e, 14e 19e et 20e arrondissements. Ces étudiants sont ainsi en passe de devenir les vigies de l?égalité dans nos quartiers populaires en se concentrant sur l?accompagnement vers la lecture. Avec le soutien au projet "KAPS", la Ville de Paris favorise l?engagement bénévole dès le plus jeune âge, la Ville de Paris participe à une forme nouvelle d?engagement réciproque, un partenariat gagnant-gagnant comme le souligne l?article du 18e arrondissement du mois de septembre consacré au "KAPS". Elle s?attaque à la racine de la pire des inégalités, celle qui opère un tri beaucoup trop rapide chez les enfants qui doivent avoir la même opportunité des possibles au départ. En soutenant le projet "KAPS", nous donnons une nouvelle chance à de très nombreux petits Parisiens de mieux accéder à la langue, à la lecture et ainsi de pouvoir ensuite s?accrocher à un futur parcours scolaire, voire universitaire. En effet, la réussite ne saurait être interdite aux quartiers populaires. Je vous invite donc à voter avec enthousiasme ce projet de délibération.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je vous remercie et je donne la parole à Colombe BROSSEL pour vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup. Je vais remercier Didier GUILLOT qui évidemment, comme élu du 18e arrondissement, connaît bien le projet "KAPS" et a suivi l?ensemble de la montée en charge et en puissance de ce projet. Et puis comme vous, cher Didier GUILLOT, je suis convaincu que sur un certain nombre de projets, nous avons tout à gagner à d?abord expérimenter, tirer les leçons, accepter parfois que nous puissions nous tromper, recommencer dans ce cas et ensuite permettre aux actions de se développer à une échelle plus large. C?est une bonne façon de faire et en la matière, la "politique de la ville" a permis l?émergence d?un projet qui, comme vous pouvez le voir dans la liste des adjointes qui suivent ce dossier, permet d?avoir une action qui est rentrée dans le droit commun, ce dont je me félicite.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci beaucoup. Je laisse les applaudissements nourris et je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 67 - DFPE - DASCO. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DDCT 67 - DFPE - DASCO). Je vous remercie.