Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DEVE 9 G - Travaux de fouilles et de plantations d'arbres sur la voirie, dans les jardins et espaces verts, les bois, les cimetières et les établissements de Paris. - Marché de travaux. - Modalité de passation.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2016


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 9 G relatif aux travaux de fouilles et de plantations d'arbres sur la voirie, dans les jardins et espaces verts, les bois, les cimetières et les établissements de Paris. La parole est à Mme HAREL.

Mme Marie-Laure HAREL. - Je vous remercie. Paris est la capitale la plus dense d'Europe et celle où la part d'espaces verts par habitant est la plus réduite. Paris intra-muros, c'est moins de 6 mètres carrés d'espaces verts par habitant, soit 8 fois moins qu'à Londres, 10 fois moins qu'à Bruxelles et 50 fois moins qu'à Rome. En matière d'espaces verts, comme dans tous les autres domaines environnementaux, quand il y a un problème, vous prenez des maxi objectifs. Si on vous écoutait, ici, à Paris, on en serait à zéro pollution, zéro déchet, 100 %, de recyclage et 100 % d'énergies renouvelables. Pour les espaces verts, ce sera donc 20.000 arbres, 30 hectares de parcs et jardins supplémentaires et 100 hectares de végétalisation sur nos immeubles. L'ennui, c'est qu'à vos maxi objectifs répondent souvent des tout mini résultats. A plus d'un tiers du mandat de Mme HIDALGO, je me demande où l'on en est de notre beau plan de végétalisation. Est-ce qu'un tiers des engagements ont été remplis deux ans et demi plus tard ? Malheureusement, je ne crois pas. En tout cas, quand il n'y a pas de chiffres, c'est qu'il n'y a pas de résultats. Je viens de vous entendre mentionner les 6.400 arbres plantés. Je n'avais ni vu ni lu ni entendu cette donnée avant, et j'aimerais savoir s'il s'agit réellement d'arbres et non pas de géraniums. L'ambition, c'est très beau, mais l'espace, cela ne s'invente pas. La Cour régionale des comptes s'est récemment inquiétée, dans un rapport, de la sous-dotation en espaces verts de 18 arrondissements sur 20. Le centre Nord de Paris n'est pas vert, il est tout gris. Je peux aisément donner pour exemple l'arrondissement dans lequel je suis élue, le 3e arrondissement. Comme vous le savez, dans le 3e, les parcs jardins et murs végétalisés, c'est très rare. Mais je relève avec stupéfaction que dès que l'opportunité vous est donnée d'améliorer la situation, vous préférez passer à côté, ou pire détruire l'existant. Deux exemples très concrets. La place de la République que vous avez déplumée et où vous avez choisi de couler une immense dalle de béton. Surtout pas de végétation. Entreprendre un projet urbaniste d'une belle ampleur sur un espace si vaste, c'était une aubaine, mais vous avez plutôt opté pour le goudron. Deuxième exemple plus récent dans le 3e toujours, la rue de Thorigny où vous avez décidé, pour une raison tout à fait obscure, de déraciner cinq érables quinquagénaires pour planter à la place deux jolis petits arbustes fruitiers. Les habitants vous en sont reconnaissants, j'imagine que vous avez dû recevoir leur pétition. Mais il ne faut pas avoir peur d'être incohérent pour faire à la fois de grandes cérémonies en faveur de la biodiversité et avoir, en même temps, la tronçonneuse qui démange. Soyons rassurés toutefois puisque Mme HIDALGO a trouvé une formidable solution, qui est solide, courageuse, tout à fait porteuse d'espoir. Mme HIDALGO va offrir un arbre, un chêne ou un platane, au choix, à tous les Parisiens qui disposent d'un jardin. Nul doute quand on a un jardin qu'on n'a pas les moyens de s'acheter des graines. Et puis heureusement que notre Mairie de Paris est absolument ingénieuse et généreuse parce qu'on voit tout de suite poindre le mirage d'une forêt immense, toute nouvelle et tressée d'arbres à travers les innombrables jardins particuliers. Madame la Maire, je n'ai malheureusement pas de jardin personnel à mettre à la disposition de la Mairie de Paris, mais c'est bien volontiers que je vous prête une pelle, un râteau et une échelle pour planter avant quatre ans, les 20.000 arbres, les 100 hectares de végétalisation murale que vous nous avez promis.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Mme KOMITÈS pour vous répondre.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Madame HAREL, moi qui m'attendais, puisque vous vous étiez inscrits sur un projet de délibération qui portait sur notamment les critères environnementaux, à ce que vous puissiez me féliciter que, dans ce projet de délibération, vous souligniez l'exemplarité des marchés de travaux dans ce domaine. Les bras m'en tombent un petit peu. Je vous ai donné le nombre d'arbres. Je vous conseillerai, Madame HAREL, de me poser des questions précises un peu en amont. Des bilans, j'en fais régulièrement et ils sont communiqués. Je n'ai pas là, immédiatement, le nombre précis d'espaces verts plantés, de végétalisation. Grosso modo, il y a aujourd'hui un peu plus de 60 hectares plantés sur les toits. On a planté 6.400 arbres. Je ne reviendrai pas sur la place de la République. Je vous dirai simplement que si l'on coupe des arbres, on ne le fait pas parce qu'on en a envie; si on le fait, c'est parce que nos bûcherons font des tournées sanitaires de manière systématique, tous les mois, dans tous les arrondissements, de manière à éviter que vous vous en preniez un sur la tête. On continuera à abattre des arbres et à en replanter quand c'est possible. J'attends vos questions précises et je vous transmettrai les bilans.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 9 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DEVE 9 G).