Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

125 - 2004, DU 63 - Attribution de la dénomination "square André Tollet" à un square de la place de la République dans les 3e et 11e arrondissements de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DU 63 concernant l'attribution de la dénomination "square André Tollet" à un square de la place de la République dans les 3e et 11e arrondissements.
Monsieur DAGUENET, vous avez la parole.
M. Jacques DAGUENET. - Merci, Monsieur le Maire.
Un hommage est rendu à André Tollet à l'occasion du 60e anniversaire de la libération de Paris, en donnant son nom à un espace de la place de la République.
André Tollet le mérite : homme d'action, militant courageux, il n'a cessé de s'investir pour transmettre des valeurs fortes. Quelques mois avant son décès, il commémorait encore la libération de la Bourse du Travail, rue du Château d'eau dans le 10e. Il présidait le Musée de la Résistance nationale.
Ouvrier, dès l'âge de 13 ans, dans le Faubourg-Saint-Antoine, il accède à d'importantes responsabilités syndicales. En 1934, il participe au mouvement anti-fasciste. En 1939, son étiquette communiste lui vaut d'être écarté de la direction syndicale. Après la défaite de 1940, il participe avec Eugène Hénaf à la direction clandestine du Parti communiste français. Arrêté, il s'évade. En 1943, il est l'artisan des discussions avec les représentants du Conseil national de la Résistance, afin de créer un Comité Parisien de la Libération. Président du Comité Parisien de la Libération, il joue un rôle majeur dans la Libération de la Capitale, dans le déclenchement de l'insurrection des Parisiens et de la grève générale d'août 1944.
Il assure, après la guerre, d'importantes responsabilités.
Le lieu choisi pour lui rendre hommage est symbolique. Il est proche de la Bourse du Travail et il se situe à l'endroit où, génération après génération, les salariés se donnent rendez-vous pour manifester afin de faire valeur leurs droits. André est là tout naturellement à sa place, lui qui fut, entre autres, secrétaire départemental de la C.G.T., lui dont le nom reste attaché aux accord du Perreux de 1943, qui ont abouti à la réunification de la C.G.T.
Je souhaite enfin dire avec émotion qu'André Tollet, à 16 ans, jeune ouvrier devenu communiste, est pour nous un exemple qui doit nous amener à agir pour que les femmes et les hommes portent et construisent une société de bonheur et de dignité. Toto, comme on le surnommait, reste présent dans nos mémoires. Merci, Monsieur le Maire.
(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - M. BOHBOT était inscrit, il a été rayé. C'est donc M. LEGARET qui s'exprime à sa place.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Nous sommes un certain nombre à avoir connu André Tollet, qui était un homme de qualité, qui a joué en rôle incontestable dans l'histoire de la libération de Paris et de la libération même de l'Hôtel-de-Ville. Je crois que cette proposition est légitime. Mais c'est l'occasion de rappeler que Jacques Chaban-Delmas, dont le rôle est incontestable dans la libération de Paris, n'a toujours pas été honoré par la Ville de Paris. C'est bien pour André Tollet, mais il serait temps de s'occuper très sérieusement de Jacques Chaban-Delmas qui le mérite aussi largement. Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. SARRE et après, M. CAFFET.
M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Très brièvement, en tant que Maire d'arrondissement directement concerné, et pour avoir connu assez bien M. André Tollet, je voudrais dire que mon groupe et moi-même, et je pense l'ensemble du Conseil de Paris, voterons avec satisfaction et respect la décision qui nous est proposée de donner au jardin de la place de la République l'appellation "André Tollet".
M. LEGARET vient de le dire, c'était un homme de très grande qualité. Toute sa vie est un exemple : jeune militant syndical, jeune militant communiste, résistant, homme qui s'intéresse à la vie de la cité, qui, jusqu'à son dernier souffle, sera présent à la tête de nombreuses organisations. Je veux saluer sa mémoire et dire que, naturellement, nous avons une pensée affectueuse pour sa famille, compte tenu de ce que M. Tollet a représenté dans la Résistance et la France.
J'ajouterais, même si les deux questions ne sont pas liées, qu'il serait légitime que M. Jacques Chaban-Delmas ait lui aussi une place, une rue, un jardin portant son nom. Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur CAFFET, vous avez la parole.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Je me félicite que l'unanimité se fasse dans notre Conseil sur l'hommage rendu aujourd'hui à André Tollet. C'est un hommage à un parcours, à une vie marquée à la fois par le syndicalisme, la résistance et une forme de droiture.
S'agissant de Jacques Chaban-Delmas, nous avons déjà pris une délibération à l'unanimité dans ce Conseil. Personne ne saurait contester le rôle qu'il a pu jouer dans la Résistance et dans la libération de Paris, comme le soulignait notre collègue LEGARET. Mais il s'avère que, à ma connaissance, nous avons encore une difficulté avec l'Assemblée nationale qui, j'espère, pourra se résoudre rapidement, afin que la Ville de Paris puisse rendre hommage à Jacques Chaban-Delmas.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 63.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DU 63).