Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

108 - QOC 2004-241 Question de Mme Annick LEPETIT et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris relative à l'état d'avancement du programme d'équipement et de modernisation du parc d'horodateurs et des mesures mises en place par la Préfecture de police afin d'assurer l'effectivité du stationnement payant à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


Libellé de la question :
"Depuis 2001, la Ville de Paris a clairement affiché ses priorités en matière de circulation et de déplacements avec l'objectif de mieux concilier espace urbain et qualité de vie, en mettant tout en ?uvre pour que notre Ville soit plus aérée.
Cette ambition que je partage, passe notamment par une politique de stationnement mieux contrôlée. Dès le début de la mandature, des mécanismes incitatifs, conformément à vos engagements, Monsieur le Maire, ont été mis en place : le coût du stationnement résidentiel a ainsi très fortement diminué, alors que celui du stationnement rotatif a, lui, été revalorisé. L'objectif étant d'étendre le stationnement payant et ainsi de privilégier le stationnement résidentiel au détriment du stationnement gratuit, j'y reviendrai.
Cette année, 12.000 places de ce type sont concernées par l'extension du stationnement payant. En effet, un trop grand nombre de places gratuites subsiste encore, principalement dans les quartiers populaires qui bordent le boulevard périphérique. Dans ces secteurs, la généralisation du stationnement payant doit contribuer à lutter efficacement contre le stationnement des voitures dites "ventouses", sans compter les épaves qui participent au climat d'intranquillité et d'abandon dont souffrent les habitants de ces quartiers.
En conséquence, Monsieur le Maire, je souhaiterais connaître l'état d'avancement du programme d'équipement et de modernisation du parc d'horodateurs, son extension étant le nécessaire préalable à la généralisation du stationnement payant.
Pourriez-vous également me communiquer le calendrier d'extension du stationnement payant des arrondissements dits "périphériques" puisque aujourd'hui ce sont eux les principaux concernés. Des retards dans la programmation ont d'ores et déjà été constatés, notamment dans le 18e, j'aimerais en connaître les raisons.
Par ailleurs, la gestion des places de stationnement de surface ne peut être appréhendée sans avoir une vision précise de l'offre de stationnement globale. Je souhaiterais savoir si des mesures complémentaires ont été envisagées et notamment pour les parkings dont la gestion relève des bailleurs sociaux.
J'ajouterais enfin que le succès de ce dispositif est conditionné à l'engagement impératif de la Préfecture de police qui, seule, a la maîtrise du contrôle et de la verbalisation des infractions à Paris. Quels sont les moyens mis en place par la Préfecture afin d'assurer cette mission ? En effet, son engagement sur un objectif d'amélioration du taux de respect des places de stationnement spécifiques me paraît essentiel."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"Le stationnement payant constitue un outil majeur de régulation de la circulation. C'est ainsi un élément de reconquête de l'espace urbain et d'incitation à l'utilisation des transports en commun.
Dans cette optique, il a été décidé d'étendre le stationnement payant à l'ensemble de la Capitale.
Toutefois, un préalable concernant l'accessibilité des véhicules de secours à la voirie parisienne doit être levé. En effet, la Préfecture de police a saisi la Municipalité sur la nécessaire mise aux normes d'un grand nombre de voies parisiennes. Cette demande impose la suppression de nombreuses places sur l'ensemble du territoire parisien. Aussi des réflexions sont en cours avec la Préfecture de police afin d'examiner une mise en ?uvre progressive afin de rendre cette mesure la moins pénalisante possible.
Cette concertation a provoqué un retard sur le programme des extensions du stationnement payant.
Au titre de cette année, la mise en stationnement concerne les 13e, 14e et 15e arrondissements, en accompagnement des travaux du tramway :
- 1.100 places ont déjà été mises en stationnement payant dans le 13e arrondissement ;
- 1.600 places seront mises en stationnement payant fin avril 2004 dans le 14e arrondissement ;
- 857 places auront été mises en stationnement payant fin mars 2004 dans le 15e arrondissement.
Le reste de la programmation 2004 concerne les périmètres des conseils de quartiers suivants :
Le 18e arrondissement :
- le quartier Moskova sera mis en payant pour la mi-mai (1.360 places) ;
- le quartier Goutte-d'Or - Château-Rouge sera mis en payant au 2e semestre 2004 (600 places) ;
- le quartier Clignancourt - Joffrin sera mis en payant au 2e semestre 2004 (590 places) ;
- le quartier Grandes-Carrières - Clichy sera mis en payant au 2e semestre 2004 (80 places).
Le 7e arrondissement :
- le quartier Invalides (270 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le 11e arrondissement (600 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le 12e arrondissement (1.250 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le 13e arrondissement (210 places en plus de la zone tramway) sera traité au 2e semestre 2004.
Le 16e arrondissement :
- le quartier porte Dauphine (460 places) sera traité courant juin ;
- le quartier Muette nord (420 places) sera traité courant juin.
Le 17e arrondissement :
- le quartier Batignolles - Cardinet (310 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Ternes - Maillot (380 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Epinettes - Bessières (1.930 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Champerret - Berthier (600 places) sera traité au 2e semestre 2004.
Le 19e arrondissement :
- le quartier Buttes-Chaumont (170 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier place des Fêtes (350 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Danube (820 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier porte des Lilas (240 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Bas-Belleville (300 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le conseil de quartier pont de Flandre (300 places) sera traité au 2e semestre 2004.
Le 20e arrondissement :
- le quartier Saint-Blaise 3 b (550 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Plaine (370 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Télégraphe - Pelleport - Saint-Fargeau 7e (180 places) sera traité au 2e semestre 2004 ;
- le quartier Gambetta 5 c (910 places) sera traité au 2e semestre 2004.
La programmation 2005 concerne les périmètres des conseils de quartiers suivants :
Le 15e arrondissement :
- le quartier Citroën Boucicaut (400 places) ;
- le quartier Vaugirard - Parc des Expositions (420 places) ;
- le quartier Georges-Brassens (645 places).
Le 16e arrondissement :
- le quartier Auteuil sud (2.020 places).
Le 17e arrondissement :
- le quartier La Fourche - Guy-Môquet (385 places).
Le 18e arrondissement :
- le quartier Montmartre (175 places).
Le 19e arrondissement :
- le quartier Secrétan (80 places) ;
- le quartier Pont de Flandre (700 places).
Le 20e arrondissement :
- le quartier Gambetta 5 b (540 places) ;
- le quartier Gambetta 5 d (460 places) ;
- le quartier Belleville ( 990 places).
La programmation 2006 concerne les périmètres des conseils de quartiers suivants :
Le 7e arrondissement :
- le quartier Ecole Militaire ( 540 places) ;
- le quartier Gros-Cailloux (190 places).
Le 11e arrondissement (460 places).
Le 12e arrondissement (590 places).
Le 13e arrondissement (1.090 places).
Le 14e arrondissement :
- le quartier Mouton-Duvernet (55 places) ;
- le quartier Raspail - Montparnasse (65 places) ;
- le quartier Pernety (75 places).
Le 15e arrondissement :
- le quartier Alleray - Procession (935 places) ;
- le quartier Saint-Lambert (440 places) ;
- le quartier Violet - Commerce (75 places) ;
- le quartier Emeriau - Zola (220 places) ;
- le quartier Dupleix - Motte-Picquet (690 places) ;
- le quartier Pasteur - Montparnasse (140 places) ;
- le quartier Cambronne - Garibaldi (470 places).
Le 16e arrondissement :
- le quartier Muette sud (300 places) ;
- le quartier Auteuil nord (280 places) ;
- le quartier Chaillot (25 places).
Le 17e arrondissement :
- le quartier Pereire - Malesherbes (170 places) ;
- le quartier Legendre - Levis (125 places).
Le 18e arrondissement :
- le quartier Charles-Hermite - Evangile (315 places) ;
- le quartier La Chapelle - Marx-Dormoy (460 places) ;
- le quartier Amiraux-Simplon-Poissonniers (610 places).
Le 19e arrondissement :
- le quartier Flandre - Aubervilliers (350 places) ;
- le quartier Bassin de la Villette (540 places) ;
- le quartier Manin - Jaurès (40 places).
Le 20e arrondissement :
- le quartier Télégraphe-Pelleport-Saint Fargeau, 7 a (420 places) ;
- le quartier Télégraphe-Pelleport-Saint Fargeau 7 c (290 places) ;
- le quartier Télégraphe-Pelleport-Saint Fargeau, 7 d (40 places) ;
- le quartier Amandiers (790 places) ;
- le quartier Gambetta 5 a (550 places) ;
- le quartier Saint-Blaise 3 a (230 places) ;
- le quartier Père-Lachaise - Réunion (870 places).
S'agissant de mesures complémentaires relatives aux parcs dont la gestion relève des bailleurs sociaux, il convient d'indiquer que la Ville de Paris a procédé à une étude de recensement de ce type de parc et des places disponibles et que des opérations ponctuelles sont étudiées pour valoriser ce potentiel, avec les bailleurs.
L'effort est aussi porté sur l'amélioration de l'offre en stationnement résidentiel. La Ville de Paris demande à chaque renouvellement de concession de parcs de stationnement souterrains qu'il soit prévu un tarif attractif pour les résidents.
En ce qui concerne l'amélioration du taux de respect des places de stationnement, la Préfecture de police a indiqué pour la fin du premier semestre 2004 l'affectation d'une partie de l'effectif des A.S.P. chargés du contrôle du stationnement à de nouvelles missions : surveillance de la circulation sur les axes secondaires, des sorties d'école et du respect des dispositions du Règlement sanitaire départemental.
Le nombre de places de stationnement à contrôler va augmenter en raison de la généralisation du stationnement payant. Une réorganisation de ce service devra donc avoir lieu afin d'améliorer le contrôle du stationnement et le taux de respect malgré la diminution du nombre d'A.S.P. dont l'effectif théorique s'élève actuellement à 1.400."