Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - Vœu n° 7 déposé par M. Laurent DOMINATI et les membres du groupe U.M.P. relatif au projet d'aménagement urbain de la rue des Rosiers

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous allons traiter avec le même dynamisme le v?u n° 7 qui est présenté par M. DOMINATI, relatif au projet d'aménagement urbain de la rue des Rosiers.
Monsieur DOMINATI, vous avez la parole.
M. BAUPIN vous répondra.
M. Laurent DOMINATI. - Merci, Monsieur le Maire.
Vous savez qu'il y a un projet d'aménagement très contesté de la rue des Rosiers, et le Maire de Paris s'est saisi de cette question ici même suite à une interpellation de notre part en disant qu'il déciderait lui-même et qu'il se saisissait du dossier.
Quel est le point controversé ? Le point controversé, c'est de faire des travaux coûteux, nombreux, pour réaménager complètement la rue des Rosiers, et les habitants comme les commerçants - en tout cas une grande partie d'entre eux - craignent que ces travaux considérables, non seulement ne provoquent des troubles pendant leur durée, mais en plus provoquent, sans qu'on le dise actuellement, la piétonisation complète de cette rue. Et donc ils craignent ensuite que cette piétonisation ne transforme complètement la rue, comme cela s'est produit dans de nombreux quartiers à Paris. Et il y a un point qui fait consensus, c'est de dire : "il y a effectivement, le dimanche notamment, une fréquentation très importante de la rue des Rosiers, et tout le monde est d'accord pour que le dimanche après-midi cette rue soit mise en rue piétonne". Donc, comme le Maire de Paris a dit qu'il déciderait lui-même de ce qu'il en serait, je souhaite l'aider et lui proposer une solution afin de parfaire sa connaissance du dossier. Je lui demande simplement, puisque tout le monde est d'accord sur ce point au moins, d'expérimenter la piétonisation le dimanche après-midi de la rue des Rosiers.
Ce serait un point consensuel qui permettrait d'évaluer ce que provoquerait une telle piétonisation le dimanche après-midi, mais il s'agit évidemment de le faire sans aucun travaux. C'est possible et très facile puisqu'elle est quasiment piétonne de fait. Il suffit de mettre des barrières, comme cela a déjà été fait bien souvent.
Je propose donc, avant que M. le Maire de Paris prenne une décision, pour éclairer sa décision, pour parfaire la concertation, que l'on décide en accord avec le Préfet de police qui y est favorable, de piétoniser cette rue des Rosiers le dimanche après-midi. Ainsi, le Maire de Paris qui compte décider plus tard, verra ce qu'il en est de cette solution ; cela permettra d'apaiser la situation.
Vous voyez à quel point je peux être positif dans un certain nombre de choses lorsqu'il s'agit du bien-être de la collectivité et du souhait du Maire de Paris de se rapprocher de ses administrés.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur DOMINATI, de ne pas avoir utilisé l'intégralité des trois minutes.
La parole est à M. BAUPIN pour vous répondre.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Monsieur DOMINATI, le projet d'aménagement d'ensemble de la rue des Rosiers, soumis à la concertation, prévoit une organisation de l'espace public et des aménagements urbains pour que les piétons, par une mise à même niveau des trottoirs et de la chaussée, aient un espace plus important. C'est un projet d'aménagement qui a sa cohérence, qui porte sur la limitation de la vitesse des véhicules motorisées et le dimanche après-midi, sur la restriction d'accès à certains véhicules.
Dans le même temps, on réaliserait des travaux qui permettraient aux piétons et aux personnes à mobilité réduite de se promener dans des conditions de sécurité et d'accessibilité renforcées.
Comme vous le savez, le Maire de Paris est venu sur place le 7 février dernier, il a écouté l'ensemble des observations formulées. A sa demande, les services de la Ville continuent d'étudier le projet. Le maire de Paris a affirmé à de nombreuses reprises son attachement à ce que ce lieu emblématique de la culture juive soit traité avec le plus grand soin, en veillant à respecter l'identité du quartier. Dans le même temps, il souhaite qu'une réelle amélioration soit apportée à la qualité de vie des habitants.
C'est dans cet état d'esprit que le Maire de Paris prendra donc sa décision après avoir recueilli l'avis de personnalités indépendantes faisant autorité en termes de mémoire de l'identité juive.
Par ailleurs, je voudrais préciser en ce qui concerne les opérations "Paris respire", puisque ce que vous proposez, c'est de mettre en place une telle opération sur la rue des Rosiers, que la Ville de Paris a soumis à la Préfecture de police un certain nombre de propositions pour les opérations "Paris respire", qui font actuellement l'objet d'une réflexion technique et d'une consultation de la Préfecture de police. Pour l'instant, aucune décision n'a été prise en ce qui concerne ce programme 2004.
En conséquence, l'Exécutif municipal donne un avis défavorable à ce v?u car il estime qu'il clôt prématurément le débat alors que la consultation se poursuit et que le Maire de Paris n'a pas encore pris sa décision.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur BAUPIN.
M. GALLAND a la parole pour une explication de vote.
M. Yves GALLAND. - Il est évident que dans cette affaire délicate, le Maire et l'Exécutif sont allés un peu vite et qu'ils se sont heurtés à de fortes réticences dans le quartier en ce qui concerne à la fois la vie de ce quartier et la sensibilité de ses habitants.
Il nous semble, Monsieur le Maire, que la proposition de M. DOMINATI d'expérimentation de la piétonisation est une proposition de bon sens, qui pourrait permettre d'avancer sur ce dossier sans que rien ne soit bloqué, sans que rien ne soit interdit pour l'avenir. C'est pourquoi nous la soutenons. Nous regrettons la position de M. BAUPIN car il semble que, de temps en temps, des propositions raisonnables de cette nature devraient faire l'objet d'un consensus pour avancer positivement sur des dossiers délicats.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur GALLAND.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 7 déposée par le groupe U.M.P., avec un avis défavorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
20 voix pour, 24 contre.
Abstentions ? Personne.
La proposition de v?u n° 6 est repoussée.