Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

122 - Vœu déposé par M. CASTAGNOU, au nom du groupe socialiste et radical de gauche relatif à l'aménagement du site Broussais

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u référencé n° 29 dans le fascicule, qui concerne l'aménagement du site Broussais.
Monsieur CASTAGNOU, vous avez la parole.
M. Pierre CASTAGNOU, maire du 14e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.
L'ex-hôpital Broussais est encore, pour l'essentiel, la propriété de l'A.P.-H.P., mais se pose d'ores et déjà la question de l'aménagement du site. D'ailleurs, des mesures ont déjà été prises puisque l'A.P.-H.P. a vendu des bâtiments à la Croix-Rouge française, qui va y installer son siège et ses écoles d'infirmière. J'ajoute aussi qu'une enquête publique va avoir prochainement lieu concernant le désenclavement du site de Broussais.
A la demande du Maire de Paris, qui avait souhaité que nous réfléchissions le plus tôt possible à l'aménagement de ce site, qui est important par sa superficie, j'avais proposé au Maire de Paris plusieurs objectifs généraux devant présider à cet aménagement qui ont été acceptés par le Maire et que je rappelle très rapidement :
- le maintien de la vocation socio sanitaire et de recherche du site ;
- le développement d'activités susceptibles d'engendrer par les emplois créés dans le quartier un regain d'animation et de dynamisme ;
- la création d'équipements publics permettant de pallier les manques évidents de ce secteur de l'arrondissement en structure de proximité comme en équipement plus structurant à l'échelle du sud de Paris ;
- et enfin, la mise en ?uvre d'un projet global d'aménagement permettant de garantir une évolution cohérente du site dans le respect des 3 principes que je viens d'énoncer, évolution fondée sur une démarche de réhabilitation de l'existant et de respect des qualités architecturales et paysagères intrinsèques du site.
Au jour d'aujourd'hui, le dialogue qui a commencé à être engagé - d'ailleurs assez difficilement - avec l'A.P.-H.P. par la Ville n'a pas permis d'aboutir à une stratégie partagée de revalorisation de ce site. Plusieurs questions restent sans réponse du côté de l'A.P.-H.P., concernant notamment le devenir d'un nombre important de bâtiments existants qui restent la propriété de l'A.P.-H.P.
Aussi je souhaiterais, à travers ce v?u, que le Conseil de Paris décide de procéder à une étude qui soit menée conjointement par la Ville et l'A.P.-H.P. dans le cadre d'une démarche participative permettant d'élaborer une vision claire et partagée de l'avenir de ce site pour définir notamment l'organisation des espaces libres à l'intérieur de Broussais et acter la destination précise et le calendrier de réemploi des bâtiments existants.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur CAFFET, vous avez la parole.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
Très rapidement là encore, je crois que, sur la reconversion de Broussais, nous avons tout de même avancé, puisque nous avons d'ores et déjà favorisé - et cela a demandé pas mal de travail - l'arrivée de la Croix-Rouge sur le site. Par ailleurs, comme le disait Pierre CASTAGNOU, après une première phase de concertation préalable, nous lancerons une enquête publique dans les semaines qui viennent, en vue du désenclavement du site de Broussais.
La Ville de Paris a également manifesté son intérêt pour l'un des pavillons de Broussais, à savoir le pavillon Gaudard d'Allaines, afin d'y installer un EHPAD, c'est-à-dire une maison pour les personnes âgées dépendantes. Il est vrai qu'il reste quelques pavillons dont le sort reste incertain. La plupart sont de petite dimension et la Ville a aussi manifesté des intentions pour certains. Et il y a un grand bâtiment, le pavillon Leriche, dont j'ai cru comprendre récemment que l'A.P.-H.P. souhaite le conserver pour y maintenir des activités hospitalières. En effet, dans le cadre du plan stratégique de l'A.P.-H.P. qui prévoit un certain nombre de transferts d'activités, le pavillon Leriche pourrait accueillir, dans le cadre "d'opérations tiroirs médicales", des fonctions hospitalières.
A l'évidence, nous ne sommes donc pas complètement dépourvus de perspectives sur le site de Broussais. Les choses avancent, même si elles ne sont pas, il est vrai, totalement arrêtées.
Dans ces conditions, si une étude menée conjointement par la Ville et l'A.P.-H.P. permet de franchir des étapes complémentaires dans la réorganisation de ce site, je n'y vois naturellement que des avantages. Mais je ne suis pas convaincu que cette étude suffira, à elle seule, à faire en sorte que l'A.P.-H.P. soit en mesure de prendre des décisions de manière extrêmement rapide.
A ce bémol près, je n'ai aucune raison de m'opposer au souhait exprimé par Pierre CASTAGNOU et l'équipe municipale du 14e.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Oui, Madame GÉGOUT, mais rapidement.
Mme Catherine GÉGOUT. - Juste une explication de vote. Evidemment nous allons le voter puisque nous sommes co-signataires de ce v?u...
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - S'il y a une explication de vote sur tous les v?ux, on ne s'en sort pas !
Mme Catherine GÉGOUT. - Cela va aller très vite. Je suis désolée, on a le droit de le faire donc je le fais.
Nous étions déjà intervenus au sujet du site de Broussais pour protester contre les transferts du centre d'hémodialyse et du service d'orthogénie, et aussi pour demander l'implantation de nombreuses activités médico-sociales ; ce v?u rappelle cette exigence.
Alors que l'A.P.-H.P. a une grande responsabilité pour le maintien de la vocation sanitaire du site, nous souhaitons vraiment que la Ville sollicite l'A.P.-H.P., pour qu'elle apporte sa contribution à la mise en place d'un projet sur ce site. Et cela évidemment dans la transparence, c'est-à-dire avec la participation des habitants et des élus.
Décidément, que ce soit à Broussais, à l'Hôtel-Dieu, à Saint-Vincent-de-Paul, il est quand même grand temps que la Direction générale de l'Assistance publique et le Gouvernement cessent de liquider les structures de la santé publique à Paris et, au contraire, agissent pour sa promotion. Voilà, c'était bref.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste et radical de gauche, avec un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2004, V. 68).