Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DJS 307 - DDCT - DAC - Subvention (46.000 euros) et convention avec l’association "Paris 2018" pour l’organisation des Gay Games 2018 à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DJS 307 - DDCT - DAC, pour un sujet très différent : l'attribution d'une subvention et convention avec l'association "Paris 2018" pour l'organisation des Gay Games à Paris en 2018.

M. DUCLOUX intervient à nouveau.

M. Philippe DUCLOUX. - Sujet complètement différent mais même orateur pour un beau dossier. On évoquait tout à l'heure le bilan de l'Euro 2016, tout le monde reconnaît que cela a été une belle manifestation sportive, une belle fête, un bel enthousiasme. Et puis on a rappelé également que de grands événements sportifs vont avoir lieu en 2017. Paris sera véritablement la ville d'accueil de grands événements.

Parmi les grands événements, il y aura, du 4 au 12 août 2018, la 10e édition des Gay Games qui est organisée, pour la première fois, à Paris et qui s'appellera "Paris 2018" avec cette association qui a été créée après avoir été désignée par la Fédération des Gay Games, en octobre 2013. J'avais eu l'honneur de représenter le Maire de Paris, Bertrand DELANOË, aux côtés de la Ministre FOURNEYRON, aux côtés du Vice-président de la Région Francis PARNY, nous avions été soutenir cette candidature alors que Paris n'était pas du tout favorite puisque c'était Londres avec les équipements construits pour les J.O. de 2012, qui était la grande favorite. Nous avions réussi à gagner.

Les Gay Games constituent, là aussi, le plus grand événement sportif et culturel destiné à toutes et à tous, sans distinction d'identité, de genre, d'orientation, sexuelle, de nationalité, de religion, d'origine ethnique, ou de situation de handicap, et sans aucun standard de performance sportive exigée.

Il s'agit aujourd'hui de la plus grande compétition amateur du monde. Depuis la première édition en 1982 à San Francisco qui avait à l'époque, réuni 1.500 participants, cette manifestation a progressivement obtenu un rayonnement international indéniable. Elle se tient tous les 4 ans, pendant une dizaine de jours. La dernière édition s'était tenue à Cleveland aux Etats-Unis où nous étions allés défendre la candidature de Paris.

Tout un symbole d'ailleurs, aujourd'hui, de défendre ce projet de délibération après cette nuit tragique que nous avons vécue, les uns et les autres, devant nos postes de télévision ou dans des réunions, de parler de cet événement majeur, fédérateur que seront les Gay Games.

"Paris 2018" vise un challenge très important 15.000 participants, c?est-à-dire 10 fois plus qu'il y a 34 ans, en provenance du monde entier. C'est plus que le nombre d'athlètes présents aux derniers Jeux olympiques de Rio. Au-delà des 15.000 participants, il y aura 40.000 visiteurs minimum prévus, 3.000 bénévoles, et cette manifestation se déroulera autour de 36 disciplines sportives, de 14 événements culturels ainsi que d'un cycle de conférences visant à défendre les valeurs du respect, du partage, de solidarité, de diversité ou d'égalité. Deux cérémonies importantes auront lieu, la cérémonie d?ouverture et la cérémonie de clôture. Il y aura une grande conférence mondiale sur le sport et, évidemment, devant nous, sur le parvis de l'Hôtel de Ville se tiendra le village olympique de ces Gay Games, le grand village qui permettra d'avoir cet aspect festif, sportif, culturel au c?ur de Paris devant notre Hôtel de Ville.

Portée historiquement par de nombreuses associations L.G.B.T. pour lutter contre l'homophobie, véritable tabou dans le milieu du sport à une certaine époque et toujours d'ailleurs, mais aussi contre toutes les formes de discrimination, la compétition est ouverte à tous, à toutes, à tous les âges et permettra de vivre le sport pas uniquement dans sa dimension de compétition mais également autour d'animations festives et culturelles.

L'année 2016 constituait une année décisive pour l'organisation des Gay Games puisque les inscriptions et la promotion à grande échelle de l'événement ont déjà débuté. Dans ce contexte, ce projet de délibération propose que la Ville de Paris attribue à l'association "Paris 2018" - je salue son président Manuel PICAUD - une subvention de fonctionnement pour 2016 d'un montant de 46.000 euros, ce qui représente 18 % du budget.

Les Gay Games ont toujours célébré - je le rappelais tout à l?heure - la diversité, le respect, l'égalité, la solidarité et le partage et ils contribueront fortement, j'en suis persuadé, à l'évolution des mentalités ainsi qu'au rayonnement et à l'attractivité de Paris et de l'hexagone sur la scène sportive, culturelle et, là aussi quelque chose de très important, sur évidemment le tourisme que nous devons remettre au c?ur de Paris.

Je voudrais remercier un certain nombre de gens. Tout d?abord Anne HIDALGO, la Maire de Paris, à qui j'avais téléphoné - il était minuit, heure de Paris à Cleveland lorsque Paris avait eu l'organisation des Gay Games. C'est un soutien permanent de la Maire de Paris sur ce dossier. Je voudrais évidemment saluer son adjoint aux Sports, Jean-François MARTINS, Bruno JULLIARD, premier adjoint à la culture, Hélène BIDARD en charge de la lutte contre les discriminations, pour leur suivi constant sur ce dossier.

Je voudrais saluer également d'autres personnes : Bertrand DELANOË, que j'ai évoqué tout à l'heure, l'ancien Maire de Paris, mes anciens collègues quand j'étais adjoint au Maire de Paris, Jean VUILLERMOZ, Claudine BOUYGUES, Jean-Bernard BROS, qui se sont tous et toutes impliqués sur les Gay Games.

Je le rappelais, c?est le plus grand événement sportif culturel avant 2024, qui, je l?espère, permettra de reprendre le titre qui avait été celui du "Parisien" : "Ils nous ramènent enfin les Jeux". On espère qu'après les Gay Games il y aura les Jeux de 2024. Vive les Gay Games, vive Paris 2018 ! Merci.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur DUCLOUX.

Pour vous répondre, deux voix : Jean-François MARTINS et Hélène BIDARD.

Monsieur Jean-François MARTINS, vous commencez ?

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Je vais aller rapidement et peut-être insister sur la dimension sportive et laisser ma collègue Hélène BIDARD donner peut-être la valeur symbolique de notre engagement dans la lutte contre les discriminations grâce à cet événement.

Avec ma double casquette sport et tourisme, évidemment le soutien aux Gay Games et à "Paris 2018" ne peut être que sans faille.

En effet, il correspond notamment au Schéma de développement touristique que nous avons adopté il y a deux jours et qui formalise que l'un des marchés émergents sur lequel nous devons positionner Paris, c'est celui du tourisme L.G.B.T. Cela sera un événement supplémentaire pour s'y investir.

Il correspond aussi au Schéma des grands événements sportifs sur lequel, là encore, c?est pour nous un enjeu d'attractivité et de développement touristique mais surtout un enjeu de développement sportif et de la pratique des Parisiens.

J'en veux pour témoignage, au-delà de la compétition elle-même, les sites que nous allons mettre à disposition du comité d'organisation, les plus prestigieux de Paris : Jean Bouin, Charléty, Carpentier, la piscine Vallerey, piscine des Jeux Olympiques de 1924, le stade Emile Anthoine avec vue sur la tour Eiffel, le gymnase Japy, tous ces équipements publics municipaux bien sûr.

Mais au-delà, un travail très fin avec les clubs sportifs Parisiens. Je pense au P.U.C., le Paris Université Club, le Stade Français, qui déjà travaillent pour que cet événement ne soit pas simplement l'événement du sport L.G.B.T. pendant un mois d'août mais bien un événement qui pendant les 6 mois qui précèdent aura favorisé le développement du sport et la promotion des valeurs d'égalité dans le sport.

Notre engagement est constant, il est pour cette année à hauteur de 45.000 euros mais, sur l'ensemble des 6 ans d'accompagnement de "Paris 2018", il représentera 235.000 euros, ce qui montre notre foi indéfectible dans ce projet.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci. Madame BIDARD, vous avez la parole.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Les Gay Games sont un événement d'envergure internationale, ouvert à toutes et tous sans distinction d'identité, de genre, d'orientation sexuelle, d'origine ethnique ou de situation de handicap. Il propose un cadre sportif alternatif au croisement du sport, de la culture, de la promotion des droits humains dans le monde.

Il s'agit d'une opportunité unique de susciter le respect et la compréhension de l'autre tout en rapprochant un peu plus les Parisiennes et les Parisiens de toutes les cultures L.G.B.T., des valeurs sportives d'humanisme et de fraternité.

Cet événement a toujours fait de la non-discrimination un de ses principes, une de ses valeurs intrinsèques qui est reconnue d'ailleurs depuis peu en tant que sixième principe fondamental de l'olympisme moderne.

C'est dire comme les Gay Games retiennent toute notre attention et sont une base inspirante pour notre candidature de Paris 2024 et des politiques publiques municipales que nous mettons en ?uvre avec tous nos partenaires. Pour ne citer qu'un exemple, les Gay Games révéleront qu'il est possible de résorber les fortes disparités entre la pratique masculine et la pratique féminine du sport.

Pour toutes ces raisons, nous sommes fiers, fières, de poursuivre le soutien financier de la Ville à l'association "Paris 2018" qui organisera du 4 au 12 août 2018 la 10e édition des Gay Games, soit 10 jours avec des compétitions installées dans 70 sites Parisiens et franciliens, regroupant 15.000 participants et participantes concourant dans 36 disciplines et misant sur l'accueil d'environ 40.000 visiteurs.

Les inscriptions sont d'ores et déjà ouvertes sur le site Internet dédié et j'invite à cet égard tous les Conseillers et Conseillères de Paris à participer. Je vous remercie de votre écoute et je remercie encore Philippe DUCLOUX.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Hélène BIDARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 307 - DDCT - DAC.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2016, DJS 307 - DDCT - DAC).