Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DJS 305 - DVD - Plan Nager à Paris - Autorisation à la Maire de Paris de prendre toute décision relative à la réalisation d’une baignade publique dans le Bassin de la Villette (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2016


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DJS 305 - DVD concernant le plan "Nager à Paris". Il s'agit de l?autorisation à Mme la Maire de Paris de prendre toute décision relative à la réalisation d'une baignade publique dans le bassin de La Villette.

Je donne tout d'abord la parole à M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement, pour le groupe Socialiste et Apparentés.

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - Monsieur le Maire, chers collègues, je veux d'abord dire la joie qui est la nôtre de voir se réaliser ce projet de bassin de baignade sur le bassin de La Villette, sur lequel, avec Anne HIDALGO, nous nous étions engagés en 2014.

La joie de la baignade à venir, bien sûr, et ce, dès juillet 2017, sur le plus grand plan d'eau parisien. Une baignade naturelle, gratuite, ouverte à tous, quel que soit son niveau de pratique et sans distinction d'âge. La joie aussi de faire la démonstration qu'il est possible de gagner la bataille de la qualité de l'eau naturelle, d'une qualité suffisante pour que l'A.R.S. ait déjà autorisé des baignades dans les eaux du bassin.

Ce projet de délibération s'inscrit donc dans la dynamique du plan "Nager à Paris" que nous avons adopté en juin 2015, avec ses 104 mesures et son budget de 154 millions d'euros. Dans notre arrondissement, avec Sergio TINTI, nous avons tenu à associer les nageurs du 19e arrondissement à la mise en ?uvre de ce plan.

Ce plan ambitieux permet de répondre à l'envie croissante des Parisiennes et des Parisiens qui, nous l'avons vu à plusieurs reprises, durant l'été dernier particulièrement chaud mais pas seulement, demandent davantage d'espaces de baignade pour des usages à la fois sportifs, ludiques et familiaux. Le succès de "La Fluctuat", cette épreuve nautique organisée il y a quelques mois à peine avec la Fédération française de natation et qui a rassemblé 450 nageurs, en est une nouvelle illustration, de même que le succès rencontré par d'autres initiatives d'appel à la baignade, plus spontanées pour ne pas dire plus citoyennes.

L'idée de se baigner en ville est en train de prendre pied dans notre imaginaire parisien. Mesurons et savourons le chemin parcouru alors qu?il y a peu, cette idée aurait semblé totalement saugrenue et hors d'atteinte. La baignade dans la Seine et les canaux parisiens est d'ailleurs actuellement interdite par un arrêté préfectoral de 1923 et punissable d'une amende forfaitaire, ce que devrait d'ailleurs corriger prochainement la réforme en cours du statut de Paris.

Ce projet est donc emblématique. Ce sera le premier espace de baignade publique ouvert à tous à Paris. Je veux insister : ce lieu se veut familial et il sera gratuit, surveillé et organisé dans le cadre de Paris-Plages. Cette future installation sera située quai de la Loire, sur la rive gauche du bassin de La Villette, en aval de la passerelle de la Moselle. Ce bassin de baignade préservera d'ailleurs - j'y tenais et nous y tenions - les usages spontanés actuels du quai le plus ensoleillé du bassin de La Villette.

L'emprise de 90 mètres de longueur et de 16 mètres de largeur entourée de filets, se divisera en trois bassins d'une profondeur variable : un espace ludique pour les enfants d?une profondeur de 40 centimètres, un petit bain de 1 mètre à 1,20 mètre et un grand bain d'une profondeur de 2 mètres pour les nageurs confirmés.

Des aménagements sont prévus pour assurer la surveillance nécessaire à la sécurité des baigneurs, mais aussi pour faciliter leur accès au bassin de baignade, avec des cabines de change, des douches, des sanitaires et en permettant naturellement aux P.M.R. d'accéder à l'ensemble des aires de baignade. La question sanitaire, celle de la qualité de l?eau, fait évidemment pleinement partie du projet. L'Agence régionale de santé procédera à des contrôles réguliers. Evidemment, s'il y avait la moindre difficulté, les conséquences en seraient immédiatement tirées. Je veux remercier Célia BLAUEL pour son implication sur ce sujet-là, notamment.

J'insiste, d'autre part, sur la nécessité que nous nous donnions tous les moyens pour que les bateaux qui fréquentent le bassin ne rejettent plus dans le bassin et pour convaincre les usagers de ne plus rien jeter dans les eaux du bassin. Oui, notre niveau d'exigence doit redoubler pour le respect du patrimoine aquatique de Paris. C'est la condition de sa qualité.

Je veux aussi souligner le budget maîtrisé et raisonnable de ce projet. C'est une illustration, que je veux relever, de ce qu'il est possible d'avancer, d'innover et d'inventer sans mobiliser des budgets pharaoniques, que nous n'avons hélas plus.

L'ouverture à la baignade du bassin de La Villette est donc aussi un message adressé au Comité international olympique qui souligne la force et la crédibilité du dossier parisien. Je veux évidemment saluer très chaleureusement Jean-François MARTINS.

Avec ce projet - ce sera ma conclusion -, Paris marque sa volonté et son envie de se réapproprier ses fleuves, canaux et bassins sous toutes leurs dimensions et en assumant tous ces enjeux : ludiques, touristiques, sportifs, mais aussi économiques et logistiques. Alors oui, chers collègues, nager à Paris a longtemps été un rêve. Aujourd'hui, ce rêve prend forme.

Merci.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à M. Sergio TINTI, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

M. Sergio TINTI. - Merci, Monsieur le Maire.

Le projet de délibération qui nous est présenté aujourd'hui s'inscrit dans le cadre plus général du plan "Nager à Paris" présenté au Conseil de Paris du mois de juin 2015. Ce plan, doté de 104 mesures et financé à hauteur de 150 millions d'euros, doit permettre d'augmenter et d'améliorer la pratique de la natation dans notre ville. Notre groupe a déjà présenté un v?u sur ce plan ce matin afin d'avoir un suivi précis et régulier de sa mise en pratique.

Dans ce plan, il est question, entre autres, de créer de nouvelles piscines et de moderniser les piscines déjà existantes en améliorant et en optimisant leur fonctionnement. Ce plan prévoit également la création de conventions de résidences et de conventions d'objectifs avec des clubs majeurs de notre ville. Ce dernier point fait l'objet d'ailleurs du projet de délibération DJS 42. Il nous permet d'exprimer notre satisfaction pour ces contractualisations qui permettent un rapprochement entre les clubs et l'action de la Ville à travers plusieurs engagements, tels que l'animation des arrondissements, l'inclusion sociale des personnes en difficulté ou encore des efforts à destination des adultes qui ne savent pas nager.

Ce plan inclut aussi la création de baignades publiques. Lors du dernier Conseil de Paris, nous avons voté la délibération concernant l'aménagement d'une baignade publique dans le lac Daumesnil, dans le 12e arrondissement. Aujourd'hui, il s'agit de la réalisation d'une baignade publique dans le bassin de La Villette, situé quai de la Loire, dans le 19e arrondissement.

Nous saluons l'avancée de cette nouvelle offre sportive de plein air. Cette baignade originale permettra non seulement de préserver tous les usages du bassin, notamment les activités nautiques, mais aussi de s'insérer dans le cadre des animations d'été de Paris-Plages.

Ce projet est d'abord un succès du point de vue écologique. En conformité avec l'exigence européenne, l'ensemble des contrôles de ces dernières années relèvent une amélioration significative de la qualité bactériologique de l'eau du bassin de La Villette. Les dernières manifestations sportives de nage en eau libre qui ont été organisées sur le bassin et autorisées par la préfecture après avis de l'A.R.S. de l?Ile-de-France, en sont une belle confirmation.

Ce projet a aussi une vraie valeur sociale. Cet espace sécurisé sera, en effet, accessible gratuitement à tous : enfants, familles, personnes en situation de handicap, nageurs débutants et confirmés. Il augmentera les occasions de pratiquer la natation en s'intégrant aux animations estivales du bassin de La Villette pendant l'opération "Paris-Plages". Cela notamment pour les familles qui n'ont pas souvent l'occasion de partir en vacances. De même que nous nous interrogions concernant la baignade dans le lac Daumesnil, nous nous interrogeons aujourd'hui sur les incertitudes liées à une trop grande affluence des baigneurs dans ce nouveau bassin.

Au-delà de ce point, nous sommes très heureux de retrouver dans ce projet l'image du Paris populaire que nous aimons, un Paris populaire pour lequel nous sommes pleinement engagés.

Merci, Monsieur le Maire.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à Mme Aurélie SOLANS.

Mme Aurélie SOLANS. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

C'est avec joie et fierté que les élus du groupe Ecologiste de Paris voteront le projet de baignade dans le bassin de la Villette aujourd?hui.

Ce projet germe depuis longtemps dans le 19e arrondissement. Il aura pris dans nos imaginations différentes tournures en fonction des contraintes sanitaires, sécuritaires, bref réglementaires et en fonction des endroits où nous pouvions l'implanter.

Il correspond à une attente forte, comme l'a montré la première édition du 28 août dernier, de la "Fluctuat", événement sportif qui a réuni 450 nageuses et nageurs, suivi d'une baignade spontanées un peu incontrôlable vu la forte chaleur du jour.

Cette baignade se concrétise de la manière la plus positive que nous aurions pu espérer en tant qu?écologistes. Elle sera une baignade naturelle, dans l?eau du canal, tout simplement. Elle sera gratuite, ouverte à toutes et tous, accessible avec trois bassins pour tous les âges, les niveaux de natation, les envies. Dans un arrondissement populaire comme le nôtre, le 19e, c'est un impératif de justice sociale. Elle sera estivale, afin de laisser place à tous les usages saisonniers du quai de Loire, en particulier place à la culture. Elle sera économe en énergie, financièrement raisonnable par rapport à une piscine avec un coût global de l'opération en valeur finale estimé à 1,6 million d'euros et un coût annuel de la maintenance et de l'exploitation estimé à 150.000 euros.

Nous aurons donc, dès l?été prochain, une baignade publique gratuite en milieu naturel, ouverte à tous et aménagée sur le site du bassin de La Villette.

Elle répond à des objectifs importants de notre majorité pour Paris. Tout d'abord, ce projet, vous l'avez dit, s'inscrit dans le plan "Nager à Paris" adopté pour cette mandature par le Conseil de Paris, qui a pour objectif d'améliorer la pratique de la natation dans la capitale. Notre ville fait face à un retard, concernant le nombre de piscines par habitant. De plus, notre parc est vieillissant.

Afin d'augmenter la surface de nage, la ville a décidé de construire de nouveaux bassins et de permettre une véritable réappropriation par les Parisiennes et Parisiens de ces espaces publics que sont les canaux, les lacs et même le fleuve.

Ainsi, nous avons voté en septembre dernier pour le lac Daumesnil une délibération autorisant l'aménagement d'une baignade publique, ce qui passe aussi par la reconquête de la qualité de l'eau pour ces espaces, nous y reviendrons.

Ensuite, cette baignade naturelle s'inscrit pleinement dans la stratégie d'adaptation au changement climatique de notre ville, dans le cadre de l'action "Ouvrir des espaces de baignade naturelle dans Paris".

Avec une mobilisation tout à fait exemplaire dans le monde, notre ville a initié dans le cadre du Plan Climat, des solutions. Un axe important de ces solutions est bien de favoriser l'accès à des îlots de fraîcheur pendant les périodes de forte chaleur. L'ouverture tant attendue des parcs 24 heures sur 24 en été a été une mesure importante de cette palette de solutions qui s?est déjà concrétisée. La baignade estivale du bassin de La Villette va compléter cette palette, face à cette exigence d'adaptation au changement climatique vers une ville durable et où il fait bon vivre. Enfin, cette baignade ne serait possible sans le travail d'amélioration de la qualité de l'eau mené depuis des années. C?est bien sûr un préalable sanitaire et avec l?A.R.S. il faudra un contrôle strict à la hauteur. C'est un pas culturel historique que nous faisons aujourd'hui. Il vient marquer un aboutissement en faveur de la qualité de l?eau. Il va venir changer notre rapport au canal de l'Ourcq et renforcera sans nul doute, durablement, notre niveau d'exigence vis-à-vis de toute forme de pollution de l'eau. Pour finir, en tant qu?élue du 19e arrondissement je vais élargir un peu le propos à l'ensemble des usages et des aménagements, dont sont l'objet le canal et ses abords dans notre arrondissement. Nous avançons avec succès dans leur reconquête et notre ordre du jour en témoigne avec pas moins de deux réalisations emblématiques : la baignade, ainsi que la maison des canaux dédiée à l'économie sociale et solidaire. Les usages sont intenses, les projets nombreux, avec des initiatives aussi bien privées que municipales. En été, nous aurons "Paris-Plages" version prolongée complétée par la baignade sur le bassin au bénéfice de toutes, de tous, et en particulier des familles qui restent à Paris. Aux beaux jours toute l'année, nous avons tous les usages spontanés de convivialité, de pique-nique, de pétanque, en passant par les parties de pêche, et les activités nautiques se développent, les péniches à vocations diverses, "Marché sur l'eau" par exemple, sont bien vivantes. Tout cela est très positif, et en même temps nous voulons émettre une alerte largement partagée par ce quartier. Attention à la saturation des activités autour et sur le bassin de La Villette. C'est une magnifique et grande étendue d'eau qui constitue, dans une zone urbaine très dense, un bel espace de respiration. Je terminerai en saluant le travail de conviction de Célia BLAUEL sans qui l'idée, qui paraissait folle, d'une baignade naturelle il y a deux ans, est en train de devenir réalité.

Je vous remercie.

(Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, remplace M. Christophe NAJDOVSKI au fauteuil de la présidence).

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - La parole est à M. Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci à tous les élus du 19e arrondissement qui sont intervenus ce matin et je veux dire qu'il est des projets comme la baignade de La Villette dont peut-être les élus d'arrondissement sont les meilleurs promoteurs. Entre le propos du maire d'arrondissement, de son adjoint aux sports et de Mme SOLANS, vous avez tous les éléments pour mesurer ce projet. Je veux juste souligner deux, trois points supplémentaires. Le premier, dire que ce projet un peu fou, tel que l'a qualifié Aurélie SOLANS à juste titre il y a deux ans, est né aujourd'hui grâce à trois volontés ardentes que je veux ici souligner. Celle de la Maire de Paris qui l'avait inscrit dans son programme et tient ici un engagement important. La volonté ardente du maire du 19e arrondissement et de ses élus dont nous avons pu voir le témoignage ce matin avec ces interventions. Et la volonté ardente de Célia BLAUEL, pas que pour nager mais même pour notre environnement, de faire de l'eau de Paris une eau de qualité, une eau saine tant pour nos usages récréatifs que pour la biodiversité. Ce sont ces trois volontés, avec modestement ma contribution, qui permettent désormais d?engager les travaux. Travaux comme l'a souligné le maire d'arrondissement, que je veux signaler à nouveau à notre collègue Julien BARGETON en lui disant que nous avons trouvé sur La Villette le moyen de construire l'équivalent de trois bassins sur une surface totale de 90 mètres, pour un coût d'investissement de 1,3 million d'euros. Rapporté aux 20 millions d'euros que coûte une piscine neuve à Paris, nous avons à la fois fait avancer la question de la conscience sur l'eau et sur l'environnement à Paris, amélioré les espaces de baignade, et en plus fait un choix budgétaire extrêmement raisonnable et sobre.

Voilà de nombreuses raisons à la suite de tous les arguments évoqués par les élus du 19e arrondissement, pour voter avec enthousiasme ce projet de délibération.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Jean-François MARTINS. Le message est passé auprès de M. BARGETON.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 305.

Qui est pour ?

Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2016, DJS 305).