Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au soutien à la journée internationale de lutte contre la publicité.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u référencé n° 87 est relatif au soutien à la Journée internationale de lutte contre la publicité.

La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Comme on en a ras la "pub", on pourrait au contraire s?engager en faveur de la Journée internationale de lutte contre la publicité, et c?est ce que propose ce v?u. C?est le 25 mars.

On pourrait d?ici le 25 mars travailler avec des associations, avec de nombreux Parisiennes et Parisiens pour a minima organiser de nombreux débats dans le cadre de cette journée.

Après, on peut imaginer de nombreuses mesures. Si vous manquez d?idées, on pourrait imaginer cette journée, par exemple : éteignons tous les panneaux lumineux, les enseignes. Ce serait une action salutaire au niveau écologique.

Installons des espaces de libre expression, temporaires au moins, avec possibilité laissée aux citoyens d?afficher toutes leur créativité et leurs opinions.

On pourrait également s?inspirer de ce qui s?est fait d?ores et déjà à Montpellier et dans d?autres villes ailleurs dans le monde.

Imaginer, rêver du métro parisien comme la plus grande galerie d?art du monde. Cela a déjà été testé à Montpellier, où les publicités des stations de tramway ont été remplacées pendant une semaine par des ?uvres d?art, grâce à la plateforme de financement participatif d?art et de culture, Le Cercle Rouge.

Une pétition a d?ailleurs été adressée à Mme HIDALGO et Mme PÉCRESSE y a répondu en laissant une porte ouverte.

Sans même voir toutes ces mesures concrètes, qu?au moins l?on prenne l?engagement de se dire : projetons-nous sur une journée de mobilisation citoyenne contre l?envahissement publicitaire.

Voilà l?esprit de ce v?u qui laisse ouvert à la créativité de toutes et tous, et qui ne manquera pas, j?imagine, d?être riche.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-Louis MISSIKA, pour vous répondre.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci, chère Danielle SIMONNET.

Vous dites dans plusieurs journaux que je suis votre coach et que c'est grâce à moi que vous avez fait du "stand-up"? Je vais y venir.

Justement, je voulais en venir à vos affiches que nous voyons dans la rue, qui sont collées. C'est un peu de l'affichage sauvage mais est-ce de la publicité commerciale ?

Mme Danielle SIMONNET. - Vous n'avez pas de panneaux d'information !

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Oui, d?accord, mais c'est quand même intéressant que vous fassiez de la publicité vous-même. C?est par cela que je voulais commencer parce, vous savez, la publicité, étymologiquement, veut dire rendre publique une information. De ce point de vue, il y a de la publicité. Par exemple, la publicité de nos débats est dans le Journal officiel. Le journal officiel est un journal qui rend publics les débats démocratiques.

Il y avait de la publicité dans l?empire romain, à Rome. Par exemple, les "dipinti" et nous voyons aujourd'hui dans les musées un certain nombre d'?uvres qui ont été dessinées par des artistes absolument exceptionnels et qui sont des ?uvres publicitaires, que ce soit au musée Beaubourg ou au musée d'Art moderne de la Ville de Paris. Tout cela pour vous dire que dénigrer la publicité, considérer que la publicité, c'est un scandale et que l'on doit éradiquer la publicité des rues de Paris alors que nous avons des souvenirs d'enfance, des publicités comme "Dubo, Dubon, Dubonnet" dans le métro parisien par exemple, qui sont des ?uvres et qui aujourd'hui font l'objet d'une approche muséale et d'une approche historique, c'est quelque chose qui me paraît tout à fait important à rappeler. Bien sûr, nous devons être vigilants sur la forme et l'ampleur qu'elle prend à Paris, mais nous devons avoir conscience que la publicité fait partie de l'esthétique des grandes villes comme des petites d'ailleurs. Je pense que votre proposition a des aspects intéressants mais je pense également que de la lithographie au numérique, de l'affichage à l'Internet, nous devons avoir conscience que la publicité c?est quelque chose qui fait partie de la vie quotidienne des Parisiens et plus généralement des urbains. C'est pourquoi j'émettrai un avis défavorable à votre v?u.

Mme Danielle SIMONNET. - Ah !...

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Mes chers collègues, nous avons adopté ce matin à l'initiative du Président Eric AZIÈRE le principe du quart d'heure de tolérance ; il est maintenant dépassé. Je vais donc proposer de mettre fin à nos travaux pour aujourd'hui.

Je vous souhaite une excellente nuit américaine et vous donne rendez-vous demain matin à 9 heures.

Nous reprendrons demain matin avec le v?u n° 88.