Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à la lutte contre les violences faites aux femmes et à l'organisation d'un "Orange day".

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2016


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 66 relatif à la lutte contre les violences faites aux femmes et l'organisation d'un "Orange day".

C'est Mme JÉGO qui va intervenir pour deux minutes au maximum. J'attire votre attention sur le fait que nous n'avançons pas très vite et que vous dépassez presque tous vos temps de parole.

Mme Ann-Katrin JÉGO. - Je serai courte. Je vais continuer, en revanche, sur les sujets un peu lourds, je suis désolée. Quand on parle des femmes, quelquefois, cela peut arriver.

Dans le monde, une femme sur trois est victime de violences physiques ou sexuelles, une femme sur sept est victime de viol. Je prends le temps de le dire parce que le chiffre paraît toujours tellement énorme. En France, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Les violences faites aux femmes sont nombreuses et, partout dans le monde, pour des raisons guerrières, barbares, sociales, mafieuses, ou même sans raison. Les femmes sont, dès leur plus jeune âge, victimes de violences intolérables. Des consciences s'élèvent aux quatre coins de la planète pour dénoncer ces crimes qui, trop souvent, laissent l'opinion publique mondiale indifférente.

L'organisation des Nations Unies a décrété le 25 novembre, journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. C'est une opération à haute portée symbolique, baptisée "Orange day", qui mobilise déjà plus de 70 pays. Vous avez ainsi forcément déjà vu les photos du sphinx ou des pyramides de Gizeh en Egypte éclairées en orange, tout comme l'Empire State Building ou les chutes du Niagara et bien d'autres monuments dans toutes les capitales du monde.

Je sais votre sensibilité à cette question cruciale, je sais que vous partagez tous les combats pour la protection des femmes dans le monde. Aussi, je vous demande d'associer, de façon significative, la Ville de Paris à l'opération "Orange day" menée par l'O.N.U. afin que le message de cette journée internationale soit porté par notre Capitale. Comme vous l'avez fait, il y a quelques jours, pour saluer l'accord de Paris sur le climat en illuminant la Tour Eiffel en vert, je vous propose le 25 novembre prochain d'illuminer en orange ce monument si symbolique dont l'image fera le tour du monde afin de clamer haut et fort notre refus face aux violences faites aux femmes, et de partager notre combat avec tous ceux qui militent au quotidien pour l'élimination de cette barbarie insupportable.

Par son histoire, par notre volonté politique, la Ville de Paris se doit d'être la protectrice des plus faibles, et en particulier des femmes et des filles, victimes de la folie des hommes. C'est pourquoi le 25 novembre, il faut des gestes symboliques forts pour relayer le message de l'organisation des Nations Unies et contribuer à protéger les femmes victimes du monde entier.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Madame JÉGO.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Hélène BIDARD.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Je vous remercie de ce v?u à la veille du 25 novembre, journée internationale de lutte pour les droits des femmes et contre les violences faites aux femmes. Avec la Maire de Paris, nous avons, depuis le début du mandat, travaillé de manière prioritaire sur cette question de la lutte contre les violences faites aux femmes. Nos actions rayonnent bien au-delà de Paris et notamment nos initiatives autour du 25 novembre, grâce à des dispositifs très concrets que nous mettons en place.

Cette année, nous aurons de nombreux temps forts : la tenue d'une journée autour du 18 novembre dans le cadre des Assises de la santé sur le thème "L'impact des violences faites aux femmes sur la santé", l'objectif étant de sensibiliser les professionnels de santé qui se sentent démunis devant les problématiques créées par les violences dont les femmes sont victimes.

Nous aurons également une journée de formation interprofessionnelle de l'Observatoire parisien des violences faites aux femmes, le 23 novembre, qui portera sur la problématique des enfants exposés aux violences et qui abordera les dispositifs à mettre en place tels que la mesure d'accompagnement protégé que nous souhaitons, avec Dominique VERSINI et Nawel OUMER, mettre en expérimentation en 2017.

Je n'énumère pas tout puisque la quasi-totalité des arrondissements et de très nombreuses associations se mobilisent autour de ce 25 novembre comme tous les ans. Je finis juste sur l'après-midi de lancement de la campagne parisienne contre le harcèlement de rue qui aura lieu, le 26 novembre, avec Pauline VÉRON et Frédéric HOCQUARD.

La Ville de Paris est au c?ur de nombreux partenariats avec l'ensemble des institutions, structures et associations. Lorsque nous nous réunissons autour de notre Observatoire parisien contre les violences faites aux femmes, le Comité O.N.U. Femmes est un de nos interlocuteurs. Leurs représentantes sont présentes lors de nos réunions et elles ont d'ailleurs participé à une très belle soirée sur la situation des femmes dans le monde à l'occasion du 8 mars 2016.

Avec ce travail partenarial, nous privilégions l'échange et la collaboration. A Paris, la campagne du Ruban blanc est la plus souvent utilisée, mais également, de plus en plus, la campagne internationale "Orange day".

C'est pourquoi nous avons invité le Comité O.N.U. Femmes à présenter leur initiative "Orange day", afin que l'ensemble des partenaires s'approprient cette opération de l'O.N.U. qui mérite, en effet, de prendre plus d'ampleur.

L'illumination d'un bâtiment peut être un symbole fort, je partage tout à fait votre préoccupation, cela aide à médiatiser sur le sens de cette journée. Mais cette opération doit être travaillée en partenariat et, techniquement, il est compliqué pour nous d'utiliser la Tour Eiffel pour cela. Je vous propose juste d'amender votre v?u pour préciser ces conditions techniques et que nous nous tournions vers un autre bâtiment public à mettre de cette couleur pour cette opération "Orange day" de "O.N.U. Femmes". Avec cet amendement, je vous propose d'accepter le v?u.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Madame BIDARD.

Acceptez-vous les amendements, Madame JÉGO ?

Mme Ann-Katrin JÉGO. - Sous deux réserves. J'émets juste des doutes sur les contraintes techniques, mais je les entends en tant qu?administratrice de la Tour Eiffel. En revanche, je compte sur vous pour choisir des bâtiments significatifs et emblématiques. On a parlé de la Pyramide du Louvre, de l'Arc de Triomphe et j'aimerais vraiment avoir un retour de votre part dès que vous aurez une réponse des services de l'Etat.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

Donc, vous acceptez les amendements sous ces réserves.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe UDI-MODEM, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2016, V. 340).