Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

19 - 2001, PP 5 - Section d'investissement du budget spécial de la Préfecture de police. - Individualisation d'une autorisation de programme de 304.898,03 Euros (2.000.000 F) pour financer la réalisation d'études préalables nécessaires à la maîtrise d'ouvrage et d'études relatives à des travaux immobiliers dans les immeubles abritant les services de la Préfecture de police

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2001


M. Vincent REINA, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération PP 5 relatif à la réalisation d'études préalables nécessaires à la maîtrise d'ouvrage et d'études relatives à des travaux immobiliers dans les immeubles abritant les services de la Préfecture de police.
Monsieur REVEAU, vous avez la parole.
M. Jean-Pierre REVEAU. - Monsieur le Préfet, ce dossier me donne l'occasion de rappeler combien l'insécurité est un phénomène qui pèse de plus en plus sur la vie de chaque Parisien et combien l'autosatisfaction en la matière est déplacée.
Le bilan n'est pas positif, je me dois de vous le dire. La vie quotidienne des Parisiens est soumise à une constante insécurité : insécurité à l'intérieur et aux abords des établissements scolaires à tel point qu'un quotidien a publié la carte des "collèges à risques", insécurité dans les transports en commun, insécurité permanente dans des quartiers entiers où l'on règle les comptes en plein jour l'arme à la main, on en a eu la preuve d'ailleurs durant le week-end dernier à la Défense, 54 squats à Paris, insécurité dans les loisirs et déplacements courants, insécurité pour les métiers de voie publique ou sur les terrains de sport, ampleur inégalée du "phénomène prostitutionnel", développement systématique d'une violence de masse lors des grands rassemblements de foule.
Depuis 1995, la sécurité des Parisiens s'est très gravement détériorée, vous ne pouvez le cacher : 295.655 délits et crimes ont été commis sur le territoire parisien en 2000, soit 5.000 de plus qu'en 1999. Près de 4.000 trafiquants de drogue ont été arrêtés à Paris. La délinquance contre les personnes progresse dans des proportions plus qu'inquiétantes : ainsi, les vols avec violence ont augmenté de 35,74 %.
Le contrat parisien de sécurité relevait que la proportion d'étrangers impliqués dans la délinquance parisienne est deux fois et demie plus importante que leur part dans la population de la Capitale. Les cinq arrondissements du nord-est parisien (10e, 11e, 18e, 19e, 20e) totalisent 57 % des domiciles des délinquants parisiens interpellés, alors qu'ils ne représentent que 36 % des résidents recensés. Le 18e arrondissement vient en tête des arrondissements où la délinquance est la plus forte avec plus de 21.100 faits. C'est celui aussi où l'immigration est la plus présente.
Débordée par l'ampleur et la fréquence de ces phénomènes, insuffisamment nombreuse et équipée, la police parisienne baisse les bras. La réforme de la police parisienne est un échec : 5.000 personnes tout au plus sont quotidiennement sur le terrain. Mais plus encore, la police parisienne est désarmée moralement par l'absence d'ordres fermes, par un Code pénal laxiste, par le "tout-prévention". Avant d'être technique, la sécurité, c'est-à-dire le rétablissement de l'ordre, est une question politique : c'est la police, constamment présente, une justice sans faiblesse, la tolérance zéro pour les délinquants et criminels !
Merci, Monsieur le Maire.
M. Vincent REINA, adjoint, président. - Merci, Monsieur REVEAU.
Je donne la parole à M. CALDAGUÈS pour répondre à l'intervenant.
M. Michel CALDAGUÈS. - On est bien sur le PP 05, oui ?
M. Vincent REINA, adjoint, président. - Absolument.
M. Michel CALDAGUÈS, au nom de la 3e Commission. - Ma réponse sera empreinte d'une certaine perplexité compte tenu de ce que la question traitée par la délibération PP 05 est assez éloignée des considérations qu'a développées M. REVEAU, sur un sujet que j'aborderai moi-même, cet après-midi en réponse à une question d'actualité.
Par conséquent, je n'ai pas grand chose à dire, dans l'immédiat, sur les considérations qu'a avancées M. REVEAU, encore que je partage certaines d'entre elles.
Je ne puis que très rapidement vous indiquer que le PP 05 concerne l'individualisation d'une autorisation de programme de 304.888 Euros pour la réalisation d'études préalables nécessaires à la maîtrise d'ouvrage de travaux immobiliers dans les immeubles abritant les services de la Préfecture de police, à la section d'investissement, pour 2001, de la Préfecture de police.
Bien évidemment, je ne puis que vous inviter à approuver ce projet de délibération qui correspond à des nécessités évidentes et très courantes, sans préjudice par ailleurs de ce que j'aurai à dire, à mon tour, sur le sujet évoqué par M. REVEAU.
M. Vincent REINA, adjoint, président. - Merci, Monsieur CALDAGUÈS.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PP 5.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, PP 5).