Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

111 - QOC 2001-19 Question de Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE à M. le Préfet de police au sujet du pillage des horodateurs du 16e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2001


Libellé de la question :
"Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE ont constaté que les horodateurs du 16e arrondissement sont fréquemment pillés, en plein jour et devant tout le monde, par des jeunes gens très bien organisés.
Ces vols, outre le fait qu'ils entraînent un manque à gagner considérable pour la Ville de Paris, exaspèrent la population qui s'acquitte normalement de la taxe de stationnement.
Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE souhaitent connaître les moyens dont dispose M. le Préfet de police pour lutter contre cette forme de délinquance."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Au nombre des missions prioritaires des services de police, figure la lutte contre le pillage des horodateurs dans la Capitale.
Face à ce phénomène, l'action policière se traduit par de nombreuses patrouilles sur les sites les plus touchés et la mise en place de surveillances, réalisées dans le but de procéder à des arrestations en flagrant délit de majeurs venant récupérer l'argent volé par des mineurs dans les horodateurs.
Des résultats, tout à fait significatifs des efforts menés par mes services dans ce domaine, ont été enregistrés.
Au cours de l'année 2000, plus de 2.000 personnes se livrant à des vols dans les horodateurs à Paris ont été arrêtées dans le cadre d'environ 1.000 interventions en flagrant délit.
Les fonctionnaires de police concentrent également leur action en direction du démantèlement des réseaux.
C'est ainsi que le 6 décembre 2000, la 1ère Division de police judiciaire a procédé à l'arrestation d'une bande organisée, comprenant au total 33 individus dont 11 mineurs, spécialisée dans le pillage d'horodateurs dans la Capitale. Du matériel servant à fracturer les appareils ainsi qu'une importante somme d'argent ont été saisis à cette occasion.
Cette forme de délinquance est également très suivie à mon cabinet.
Au cours de l'année 2000, deux séances de travail sur ce thème ont été organisées à la Préfecture de police, en présence de représentants de la Mairie de Paris.
La dernière réunion, qui a eu lieu le 15 novembre 2000, a été l'occasion de dégager un bilan détaillé de l'action policière et d'examiner des solutions techniques qui pourraient être mises en ?uvre en matière d'acquittement de la taxe de stationnement, afin de compléter cet engagement policier.
En ce qui concerne le pillage des horodateurs dans le 16e arrondissement, il convient de préciser que ce phénomène est beaucoup moins développé que dans un certain nombre d'autres arrondissements parisiens.
Pour autant, les services de police locaux, particulièrement sensibilisés à ces actes, restent très attentifs à l'évolution de ce type de délinquance.
Les informations obtenues auprès des agents de surveillance de Paris, auxquels il a été demandé de rendre compte, à l'issue de leurs tournées, des dégradations observées sur les horodateurs de leur secteur, permettent aux services de police d'adapter leur action en fonction des sites signalés.
Je puis vous assurer que cette forte mobilisation de l'ensemble de mes services dans la lutte contre cette forme de délinquance se poursuivra, en particulier dans le 16e arrondissement."