Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

34 - 2001, DVD 27 - Approbation du principe de délégation de service public pour l'extension, la modernisation du parc de stationnement "Ternes" (17e) et l'exploitation de l'ensemble. - Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer la consultation, de dresser la liste des candidats admis à présenter une offre et d'accomplir tous les actes préparatoires à la passation d'un contrat de délégation.2001, DVD 42 - Approbation du principe de délégation de service public en vue de la construction et de l'exploitation d'un parc de stationnement situé sous la place Johann-Strauss (10e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer la consultation, de dresser la liste des candidats admis à présenter une offre et d'accomplir tous les actes préparatoires à la passation du contrat de délégation

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2001


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je vous propose de passer à l'examen du projet de délibération DVD 27 relatif à l'extension-modernisation du parc de stationnement Ternes dans le 17e arrondissement.
Je donne la parole à Mme BILLARD.
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Monsieur le Maire, c'est une intervention globale sur deux projets qui sont les DVD 27 et DVD 42, qui concernent trois parkings, deux en extension et un en création.
On a déjà parlé de la création de celui du 10e, plus 230 places, dont nous ne voyons toujours pas l'intérêt.
Vous nous proposez donc, avec cette délibération, l'extension du parc de stationnement Ternes, avec 300 places de plus. Et l'autre délibération propose l'extension du parc du 16e, avec 450 places de plus.
Au total, 980 places. Je dirai que, pour cette dernière séance, c'est vraiment banco pour les parkings !
Or, les chiffres de remplissage des parkings parisiens ne sont toujours pas très bons. Aujourd'hui, créer encore plus de parkings dans des quartiers qui, en plus, en ont déjà beaucoup - ce n'est pas comme si la question pouvait se poser dans certains arrondissements où à l'heure actuelle il y a très peu de stationnement - ne fait qu'augmenter la possibilité d'attirer les voitures dans ces secteurs.
Nous regrettons que vous ayez choisi la dernière séance de cette mandature pour créer ainsi 980 places. Nous espérons en effet que la prochaine mandature trouvera et impulsera une autre politique de circulation dans Paris et une réduction très importante de la voiture à Paris, de manière à éviter la situation que nous vivons aujourd'hui, qui est une situation de saturation constante, une situation où les Parisiens vivent la pollution au jour le jour, qui ne peut qu'être aggravée par ce type de décision.
Nous voterons donc contre les trois projets et nous souhaitons, nous sommes convaincus, que la prochaine mandature transformera très nettement la politique en faveur des parkings que vous avez menée pendant toutes ces années.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. Philippe LAFAY.
M. Philippe LAFAY. - Monsieur le Maire, j'ai toute satisfaction de voir ce projet de délibération aboutir.
Il y a en effet quelques mois, Monsieur le Maire, je vous avais posé une question, concernant le parc de stationnement Ternes, sur la nécessité de moderniser celui-ci et d'y installer un ascenseur.
C'est avec une profonde satisfaction que je vois arriver cette délibération qui va tout à fait dans le bon sens et tient compte de l'évolution de la voirie de surface ainsi que des riverains qui ne seront pas pénalisés pour se garer, vu la création du quartier tranquille Poncelet et la mise en service d'un couloir de bus avenue Niel.
De plus, l'extension prévue de 300 places ravira, j'en suis sûr, les petits commerçants des rues adjacentes, dont certains craignaient une baisse d'activité liée à l'interdiction de stationner à l'intérieur du périmètre du nouveau quartier tranquille.
Monsieur le Maire, je souhaite vivement que le cahier des charges soit clair et exigeant sur le fait que le parc Ternes reconfiguré doit être accessible à toutes les personnes âgées, les handicapés, les enfants en poussette, aussi bien au niveau des entrées en surface qu'à l'intérieur du parc pour rejoindre les véhicules stationnés.
Une fois encore, Monsieur le Maire, vous montrez par cette délibération votre attachement au bien-être des Parisiens et votre parfaite connaissance des attentes de nos concitoyens du 17e arrondissement.
J'espère, Monsieur le Maire, que tous mes collègues voteront cette délibération nécessaire pour une meilleure qualité de la vie de notre quartier et de notre arrondissement.
Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. Vincent REINA pour répondre aux intervenants.
M. Vincent REINA, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Il existe effectivement une demande forte en stationnement résidentiel avenue Niel et aux abords. Cette demande s'est accrue en raison de la création d'un couloir bus avenue Niel et de l'aménagement du quartier tranquille Poncelet, qui ont conduit à la suppression de places sur la voie publique.
Le parc de stationnement initialement prévu avenue Niel n'a pu être réalisé car son aménagement, en particulier la construction des trémies d'accès, aurait impliqué l'abattage de trop nombreux arbres.
Il est donc envisagé, dans le cadre de l'attribution du parc de stationnement des Ternes, de réaliser une extension, ce qui devrait permettre de répondre à la demande en stationnement résidentiel. Bien évidemment, il faudra également intégrer à ce projet, comme l'a dit mon collègue Philippe LAFAY, l'accessibilité du parc aux personnes handicapées.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie M. REINA.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 27.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DVD 27).
Pour ce qui concerne la construction et l'exploitation du parc de stationnement sous la place Johann-Strauss, je donne la parole à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, la construction de parcs de stationnement supplémentaires, surtout dans le centre de Paris, a pour effet d'attirer toujours plus de voitures ; je ne reviendrai pas sur cette démonstration que j'ai souvent faite. C'est pourquoi je m'oppose régulièrement à la construction de parkings rotatifs et je m'opposerai, comme je viens de le faire, comme l'ont fait Mme BILLARD et quelques autres collègues, à l'extension des parkings dans les 16e et 17e.
Je voudrais revenir sur le cas de la place Johann-Strauss.
Les Grands boulevards accueillent traditionnellement de nombreux théâtres. C'est une activité qu'il convient d'encourager et de soutenir.
Au cours de la concertation, les associations qui, comme moi, s'opposent généralement à la construction de parkings, ont admis que la suppression du stationnement de surface risquait d'être préjudiciable aux salles de spectacles du quartier.
En conséquence, puisqu'il ne s'agit pas de créer des places de stationnement supplémentaires, mais de substituer à des places de stationnement en surface des places de stationnement souterrain, mais aussi de maintenir un pôle d'activités culturelles, je voterai exceptionnellement pour ce projet de parking.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. OTTAWAY.
M. Michel OTTAWAY. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, je déplore un petit peu qu'on n'ait pas discuté, parce que cela a déjà été amorcé, tout de suite après la délibération, sur le principe de la mise en double sens et je vais revenir sur le fond de ce dossier sur le mode de concertation.
En effet, lorsque le comité des grands boulevards s'est réuni il y a plusieurs mois, où j'avais l'honneur de représenter la municipalité du 10è, comme cela été rappelé, et qu'il a été proposé à M. le Maire la décision de principe de mise en double sens, j'ai découvert que pour résoudre le problème, auquel Mme SCHNEITER vient de faire allusion, de disparition de quelques places de stationnement le long du boulevard Saint-Martin, là où il est encastré entre deux murs, M. le Directeur de la Voirie et de la Circulation et ses services avaient une trouvaille : la création d'un parc de stationnement sous la place Johann-Strauss. Je m'en étais étonné et - ce qui montre bien que ce comité des grands boulevards n'est pas le nec plus ultra de la concertation - M. Vincent REINA, qui présidait ce comité des Grands boulevards et qui est Maire adjoint de Paris, m'a dit : "Monsieur OTTAWAY, rassurez-vous, je découvre comme vous ce projet, mais la mairie du 10e, les associations du 10e seront associées à l'étude de faisabilité, etc." Et plusieurs mois ensuite on nous propose ce projet. Moi je trouve que cette façon de faire est assez emblématique.
Depuis plusieurs mois, après que M. le Directeur, M. LAMBOLEY ait dit "vous serez associés et vous serez informés" je n'ai vu aucun contact, aucun courrier, aucune consultation.
Or, sur le fond, c'est le cas de le dire, en ce qui concerne le sous-sol, il y a juste, adjacents à la place Johan-Strauss des bureaux qui avaient été construits. Il y a eu des problèmes de fuite dans le parking souterrain, avec je ne sais quel problème avec la nappe phréatique. Il y a de graves problèmes de sous-sol à cet endroit.
Sans compter qu'il y a deux lignes de métro qui sont là... pour réaliser le parc de stationnement, il y aura sans doute quelques acrobaties techniques.
Il faut tenir compte aussi du fait que vous avez le croisement de deux rues, la rue René-Boulanger, et la rue de Lancry, où on voit mal les trémies s'installer.
Cela étant, je ne suis pas, comme le Maire du 10e avant moi, totalement négatif mais disons qu'on peut émettre de plus grandes réserves même, on pouvait l'imaginer il y a plusieurs mois, sur la faisabilité.
J'entends dire qu'il y a des études de faisabilité qui ont été faites... Je me répète, et je suis heureux de répéter que je trouve que cela n'est pas symptomatique d'une politique de contournement, d'ignorance systématique des élus de l'arrondissement sur un projet pour lequel il ne faut aucune rupture, ni aucune innovation par rapport aux méthodes de la mairie centrale.
Mes chers collègues, vous ne serez pas étonnés que le Conseil d'arrondissement a voté contre ce projet. N'en déplaise à M. Claude-Gérard MARCUS, je n'ai pas remarqué au fil des années récentes, que l'activité des théâtres était très gravement menacée par les carences en places de stationnement.
En l'absence d'une réflexion et d'une association à l'étude technique de ce parc de stationnement assez acrobatique, le groupe socialiste votera contre ce projet de délibération.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. Vincent REINA.
M. Vincent REINA, adjoint, rapporteur. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voudrais rappeler aux intervenants que ce projet de délibération ne représente que l'engagement de la procédure pour la création de ce parking.
Ce parc de stationnement répond aux attentes des associations locales et compensera la suppression des places sur la voie publique engendrée par la mise en double sens des Grands boulevards.
Deuxièmement, je souhaitais indiquer à M. OTTAWAY que j'ai demandé aux services de la Voirie de présenter le projet aux maires des 3e et 10e arrondissements.
Monsieur OTTAWAY, nous en sommes aujourd'hui seulement au principe de création de ce parking. Par conséquent, nous n'avons pas de projet "ficelé". J'ai indiqué à la 3e Commission qui s'est réunie la semaine dernière tous ces éléments. L'aménagement de ce parc de stationnement se fera en totale concertation avec les mairies d'arrondissement concernées.
C'est pourquoi, mes chers collègues, je vous demande d'émettre un avis favorable à ce projet de délibération.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Monsieur REINA.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 42.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DVD 42).