Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à la place de la Concorde.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2016


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous allons rester dans l?humour, pour une part.

La parole est à M. AZIÈRE pour la présentation du v?u n° 134 relatif à la place de la Concorde.

M. Eric AZIÈRE. - Mes chers collègues, Monsieur le Maire, je vous dois un aveu, ce v?u dont on a déjà beaucoup parlé est en fait un cauchemar. Oui, mes chers collègues, j?ai fait un rêve, j?ai fait le cauchemar que la Mairie de Paris se moquait totalement de préserver et de mettre en valeur un patrimoine architectural et urbain unique au monde, une des plus belles, une des plus grandes places du monde, la place de la Concorde, en autorisant en son milieu l?installation d?une grande roue.

J?ai fait le cauchemar que, devant ce renoncement de la Mairie de Paris à défendre ce cadre unique d?art et d?histoire, l?Etat, et en particulier la Direction des Affaires culturelles, à son tour, abandonnait ce site classé à une animation foraine qui voulait dès lors s?installer au c?ur de ce paysage urbain prestigieux.

J?ai fait le cauchemar que le musée du Louvre, propriétaire du Jardin des Tuileries classé au titre des Monuments historiques, inclus dans le patrimoine mondial de l?UNESCO, restait muet devant le rideau de fer et d?ampoules qui ferme à la vue des promeneurs une ligne de fuite à couper le souffle, pour le regard comme pour l?esprit, qui va de l?Arc de Triomphe du Carrousel à l?Arc de Triomphe de l?Etoile, en transcendant la majesté de l?obélisque de Louxor.

Ce cauchemar, je l?ai traduit dans ce v?u pour qu?il ne se réalise pas. Et ce v?u cauchemardesque, je vous demande de ne pas le voter clairement, afin de réveiller tous ceux qui se sont assoupis dans un laisser-faire inacceptable : la Ville de Paris, l?Etat, la Direction des Affaires culturelles et le musée du Louvre.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Bruno JULLIARD, pour vous sortir du cauchemar.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Je n?en aurai pas la prétention.

Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Président, cher Eric AZIÈRE, permettez-moi d?abord de vous remercier pour les efforts conséquents déployés dans la rédaction de ce v?u. Il en est en effet peu parmi les centaines que nous voyons défiler à chaque Conseil qui accède à la même profondeur historique, sans parler d?une certaine radicalité et d?une certaine audace qui ne sont pas habituellement les qualités les plus reconnues des prises de position de votre groupe, mais qui compte beaucoup, beaucoup d?autres qualités, bien sûr.

Mais venons-en au fond, puisque vous nous faites l?amitié d?élever le débat, vous êtes meurtri par la présence de la grande roue sur cette belle place parisienne, qui n?est pas la plus chaleureuse mais qui porte témoignage de grands moments de l?histoire de notre pays. La tradition récréative et festive que vous semblez accueillir avec une certaine réserve est pourtant ancienne.

Vous savez certainement que c?est sur la place de la Concorde, alors place Louis XV, que fut tiré en 1770 un majestueux feu d?artifice en l?honneur du mariage de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Je le concède, festivités qui finirent d?ailleurs très mal puisque 300 personnes périrent dans un mouvement de foule. C?est là aussi, sur cette place créée pour plaire au roi que tombèrent sous la guillotine les mêmes Marie-Antoinette et Louis XVI, plus de vingt ans après, en 1793. Bref, une histoire tourmentée et capricieuse.

Je vous serai dès lors reconnaissant de laisser cette place de la Concorde se remettre de ses émotions désormais, sans plus lui imposer ni changement de nom ni déménagement hasardeux. Elle a déjà bien assez à faire avec les flots de voitures qui virevoltent autour de son célèbre obélisque, et c?est d?ailleurs probablement le vrai gros problème important de cette place de la Concorde. Ensuite, je me permets d?ajouter deux éléments concernant l?aménagement des Champs-Elysées. Vous savez que c?est un chantier prioritaire pour la Maire de Paris, l?amélioration de l?ensemble de l?avenue des Champs-Elysées jusqu?à la place de la Concorde. Concernant la grande roue, comme je m?y suis engagé il y a un mois, le Conseil de Paris sera saisi dès la rentrée prochaine, dès septembre 2017, pour la reconduction ou pas de cette grande roue. C?est à cette occasion que nous pourrons échanger à nouveau sur le maintien ou pas de la grande roue place de la Concorde.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. Nous avons une explication de vote du groupe Ecologiste de Paris.

La parole est à M. David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, juste un petit mot d?abord pour saluer, moi aussi, l?effort de style de ce v?u particulièrement bien écrit. Je dois dire que l?on peut avoir un peu de jalousie et nous aurions aimé pouvoir écrire le même.

Vous connaissez nos positions sur la grande roue, notamment nos critiques sur la nature de la relation entre notre Ville et Marcel Campion. Malheureusement, le v?u, et là j'interviendrai sur le fond, pêche pour nous par sa radicalité, et c'est la raison pour laquelle nous nous abstiendrons.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u est-il maintenu, Monsieur AZIÈRE ?

M. Eric AZIÈRE. - Oui, il est maintenu.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 134 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.