Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif à l'Hôtel-Dieu.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2016


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Le v?u n° 81 est relatif à l'Hôtel-Dieu.

Je donne la parole à Mme SIMONNET pour 2 minutes.

Mme Danielle SIMONNET. - Mme SIMONNET est très en colère sur l?Hôtel-Dieu parce que, franchement, oh oui ! Vraiment très en colère, car c?est vraiment du "foutage de gueule", on va se le dire concrètement. Que se passe-t-il ? Nous venons d'apprendre, il y a à peine deux semaines, qu'était en cours le dépeçage définitif pour mars, réduisant à un cinquième de sa surface, celle dédiée aux soins à l?Hôtel-Dieu. On a d?abord une accélération dans l?opacité : 23 novembre dernier, un marché d?appel d?offres de maîtrise d??uvre est publié pour la restructuration de l?Hôtel-Dieu, avec un calendrier accéléré pour une réception des offres au 19 décembre et un début des travaux possibles dès mars 2017, sans aucune concertation. On a pu y découvrir la nouvelle programmation architecturale très éloignée de celle déjà insatisfaisante présentée en juin 2016 et datant de février 2016, et toujours pas débattue ici.

On a donc des soins réduits à un cinquième de la surface de l?hôpital. Cette nouvelle programmation prévoit en effet de réduire la surface accordée aux soins à seulement un cinquième de cette surface totale, soit seulement 10.000 mètres carrés puisque 20.000 mètres carrés sont prévus pour des activités administratives de bureau, de recherche, dans le cadre de l?Institut hospitalo-universitaire. Un village Potemkine, une vitrine santé sans soins avec hébergement de "start-up" de santé.

Puis on a aussi 20.000 mètres carrés alloués à la Ville de Paris en vue d?une valorisation, sans que ni les Conseillers de Paris ni les professionnels de santé, et encore moins les habitants, ne soient tenus informés du projet. Qu?y-a-t-il derrière ce terme "valorisation" ?

Je termine. Gabegie totale d?argent public, qui plus est parce que le programme prévoit de détruire les services refaits à neuf il y a peu, comme les urgences, la radiologie, le médico judiciaire. A cette gabegie d?argent public s?ajoutent des centaines de millions d?euros alloués à des programmistes, cabinets en tout genre et formation au "lean management".

Dans ce v?u, Madame la Maire, j?exige que la Ville de Paris interpelle l?A.P.-H.P. pour qu?elle renonce au marché d?appel d?offres et qu?un vrai débat ait lieu enfin, pour un projet complémentaire au service d?un hôpital de proximité en plein c?ur de Paris.

Je rappelle la situation de sursaturation de l?ensemble des urgences dans la Capitale, alors que dans le même temps les urgences de l?Hôtel-Dieu sont en sous-activité puisque les pompiers n?y interviennent toujours pas. Je ne redis pas aussi l?ensemble des propositions que d?autres Conseillers de Paris ici même, comme moi, ont pu faire concernant des actions répondant aux urgences humanitaires dans l?enceinte de l?hôpital. Tout cela pour dire que cette situation au niveau de l?Hôtel-Dieu est catastrophique. J?aimerais bien savoir qu?est-ce que la Ville peut donner comme explication sur son projet de participer à ce dépeçage de l?hôpital public. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame SIMONNET.

Bernard JOMIER, docteur JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Merci, Madame la Maire. Chère Danielle SIMONNET, lors du dernier Conseil de surveillance de l?A.P.-H.P., les représentants des organisations syndicales? Il y a un mois et demi ou deux mois, excusez-moi mais je ne me rappelle pas exactement, en tout cas tout récemment.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - On ne s?interpelle pas comme cela, enfin. Non, on ne s?interpelle pas comme ça ! On laisse répondre comme on vous a gentiment écoutée, Madame SIMONNET. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Les représentants des organisations syndicales, les représentants de la communauté médicale et les personnalités qualifiées ont salué, en introduction du Conseil de surveillance, l?aboutissement du projet Hôtel-Dieu. Selon les termes mêmes de la représentante syndicale, elle a souligné sa grande cohérence et ils ont remercié la présidente et Maire de Paris pour son investissement dans ce dossier.

Le procès-verbal du Conseil de surveillance fait évidemment foi de ce que je viens de vous indiquer. Alors je veux bien que l?on dresse un tableau apocalyptique, mais reconnaissez qu?entre les acteurs du dossier qui sont unanimes à saluer l?aboutissement du projet Hôtel-Dieu et vos propos, il y a pour le moins un hiatus.

Effectivement l?A.P.-H.P. vient de publier, vous l?avez souligné, une consultation pour la désignation de la maîtrise d??uvre relative à la restructuration des parties hospitalières et institutionnelles, car il y a trois parties effectivement dans l?Hôtel-Dieu : il y a une partie pour un secteur hospitalier, ensuite un secteur institutionnel avec des activités transversales de l?A.P.-H.P., des activités de partenariat entre l?A.P.-H.P. et ses partenaires du système de soins, des activités de recherche - la recherche, c?est aussi l?hôpital - et enfin il y a, vous l?avez souligné, un espace à valoriser, dont le devenir n?est pas encore décidé et qui sera construit en coordination avec la Ville et en tenant compte du projet Ile de la Cité.

Pour les deux premiers espaces l?investissement est de 100 millions d?euros portés par l?A.P.-H.P. et il sera financé par des cessions internes et les travaux démarreront en 2018.

S?agissant du troisième espace, l?investissement sera porté par un ou par des tiers, pour des travaux qui n?interviendront pas probablement avant 2021 ou 2022, et pour un projet encore une fois en cours de discussion. Il n?y a donc aucun décalage entre le projet médical présidant aux activités hospitalières et la consultation, objet de ce v?u, qui est par ailleurs très inexact dans le descriptif que vous en faites. Je voudrais saisir l?occasion pour saluer le travail conséquent qui a été effectué de façon relativement tranquille et apaisée depuis deux ans, par les équipes de l?Hôtel-Dieu et de Cochin pour faire émerger ce nouvel hôpital. Nous aspirons tous désormais à ce qu?il entre au plus vite en fonction au bénéfice des usagers du système de santé. Je vous remercie. Evidemment je ne pourrais pas donner un avis favorable à votre v?u, vous en conviendrez.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.

Allez-y, pour le groupe Communiste et Front de Gauche, une explication de vote ?

M. Hervé BÉGUÉ. - Merci, Madame la Maire.

Le directeur général de l?A.P.-H.P. avait dit en son temps que l?Hôtel-Dieu resterait un hôpital digne de ce nom. Trois ans après, où en somme nous ? Les pompiers ne reviennent toujours pas aux urgences, est prévu le déménagement de l?ophtalmologie vers Cochin, il y a des menaces sur les crèches du personnel et maintenant il y a cet appel d?offres qui précise qu?on va transformer les trois quarts de la surface en espace valorisé. Je ne sais pas ce que cela veut dire. Est-ce que ce sont des bureaux ? Est-ce qu?on va démolir des ailes de bâtiment pour un projet d?urbanisme ?

Tout cela ne nous paraît pas très clair. Les personnels et les patients ont le droit d?attendre autre chose en la matière. C?est pour cela que le groupe Communiste soutiendra le v?u de Danièle SIMONNET.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - On ne va pas reprendre la discussion et la réponse très claire donnée par Bernard JOMIER, mais pour présider le Conseil de surveillance de l?A.P-H.P., pour travailler sur ce dossier, pour effectivement avoir accueilli les propos très positifs sur l?engagement qui a été le nôtre, celui de cette majorité municipale pour soutenir l?Hôtel-Dieu, il s'agit d'envisager sur une partie des éléments de transformation, mais en rapport avec un projet médical et un projet social.

Evitons-nous entre nous de semer le doute, notamment chez les agents de l?A.P.-H.P. quant à l?avenir de l?Hôtel-Dieu. S?il y en a une ici qui s?est opposée avant même d?être Maire à l?idée que l?Hôtel-Dieu puisse être remis dans une spéculation immobilière, c?est bien moi. Et j?étais première adjointe chargée de l?urbanisme à l?époque, et je sais qu?un certain nombre de personnes étaient très tentées d?aller vers cette voie et que toute la direction de l?A.P.-H.P., qu?une partie de la Commission médicale était complètement sur cette position.

Ce que l?on a fait avec Bernard JOMIER, en arrivant en 2014 à la tête de cette institution, c?est de déconstruire cela et de dire qu?il n?y avait pas d?issue sur cette voie et que jamais nous n?accepterions d?aller sur cette voie, mais qu'il fallait construire un autre projet dans lequel il y a bien sûr place pour le soin et pour le médical, mais il y a aussi place, pourquoi pas, pour des activités concernant les infirmières, les infirmiers, la recherche, et un pôle qui sera de toute façon un pôle d?excellence et un pôle particulièrement ouvert sur la ville.

C?est ce que l?on est en train de construire. Il y aura à discuter. J'y suis prête et y compris à demander à Bernard JOMIER d?organiser une réunion avec l?ensemble des groupes pour que vraiment on soit tous au même niveau d?information sur les projets qui sont aujourd?hui discutés au sein de la Commission de surveillance et envisagés pour l?avenir de l?A.P.-H.P., mais de grâce ne remettez pas le sujet de la valorisation, au sens spéculation, sur l?Hôtel-Dieu, parce qu?on s?est quand même particulièrement battus, et moi la première, pour que l?on ne touche pas notamment au Plan local d?urbanisme et à la destination de ce site, pour que jamais cela ne soit un site voué à la spéculation. On ne va pas épiloguer, mais sur ce plan, je propose peut-être que Bernard JOMIER organise une réunion avec l?ensemble des groupes politiques, majorité et opposition, pour que tout le monde soit vraiment au fait de cette chose et que l?on n?entretienne pas ni des fantasmes, ni des peurs, ni des fausses idées. Vous demandez la parole, allez-y.

Mme Danielle SIMONNET. - Madame la Maire, je ne suis absolument pas convaincue, ni par vos propos, ni par les propos de M. JOMIER.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Depuis le début, vous n?êtes pas convaincue.

Mme Danielle SIMONNET. - Tout simplement parce que les 20.000 mètres carrés de valorisation alloués par la Ville de Paris, comme par hasard c'est l'emprise face à Notre-Dame qui reprend intégralement les locaux de l'Hôtel-Dieu qui avaient été refaits à neuf il y a moins de 5 ans.

Quelle est la nécessité de détruire les locaux, justement, de soin et notamment les urgences pour ce soi-disant projet de revalorisation ?

En plus, vous parlez du Conseil de surveillance. Quel projet a été présenté au Conseil de surveillance ? Celui qui date de février 2016 ou celui qu'on découvre dans le marché d'appel d'offres ? Vous dites que vous allez faire une concertation avec tout le monde. Quel bonheur !

Mais cela fait combien d'années que j'interviens ici, déjà face à M. Jean-Marie LE GUEN, qui est d'ailleurs bien souvent absent dans cette Assemblée ? M. JOMIER a repris vraiment la bonne suite après M. LE GUEN, dans la même philosophie. Excusez-moi, mais combien de fois ? A chaque fois, il a fallu l'imposer, le débat ! Jamais nous ne l'avez organisé ni anticipé !

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Bon, merci, Madame SIMONNET, je vais mettre à présent aux voix ce v?u. Mais ce n'est pas la peine d'être dans l'excès, vous savez. Ce n'est pas la peine de dire des choses dont vous pensez que cela peut être des vérités mais qui ne sont pas des vérités. Ne racontez pas des histoires parce qu'en plus ce n'est pas du tout l'histoire qui est racontée, y compris vécue, par les personnels et notamment les organisations syndicales.

Oui? Je les vois, on a vu que vous faisiez du théâtre, c'était formidable. On peut aller vous applaudir, ce sera très bien.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 81 déposé par Mme Danielle SIMONNET, avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.