Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DJS 58 - DDCT - Subvention (1.000 euros) et avenant à convention pour la saison sportive 2016/2017 avec l'association "Les Dégommeuses" (10e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2016


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DJS 58 - DDCT. Il s?agit d?une subvention à l'association "Les Dégommeuses".

La parole est à David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, juste quelques mots pour souligner le travail des "Dégommeuses" qui portent un formidable projet pour rendre le foot féminin accessible au plus grand nombre et utiliser le sport comme levier pour lutter contre les discriminations, en particulier liées au genre et à l?orientation sexuelle. C'est toute la démarche de cette association pour faire du sport un vecteur d'émancipation, de mieux vivre ensemble, d'adhésion aux valeurs de lutte pour l'égalité et contre les discriminations. Cet engagement est particulièrement utile, non seulement pour les femmes qui souffrent de discriminations, mais pas seulement. Les actions militantes de ces joueuses nous interrogent toutes et tous sur les stéréotypes de genre et leurs effets néfastes.

Le soutien de la Ville de Paris est donc une très bonne nouvelle, n'en déplaise d'ailleurs au magazine populiste "Contribuables Associés" qui, au printemps dernier, jugeait dans un article qui perlait l?homophobie bon chic bon teint - dont M. GOASGUEN, d'ailleurs, s'est fait le vecteur dans son blog, fidèle à ses positions politiques -, édito qui, je cite, juge "ahurissant que la Ville de Paris accompagne cette association", et qui - je cite de nouveau - "fait participer des joueuses et activistes LGBT à des tournois de foot". Et quels tournois de foot ? Il s?agissait notamment de l'opération "Foot for freedom" qui permettait à des réfugiés de participer à un tournoi solidaire en marge de l'Euro 2016, des tournois de foot et des actions culturelles inscrits dans l'Est parisien en partenariat avec des acteurs locaux et européens, visant à sensibiliser le grand public sur les trajectoires et la condition des réfugiés, en particulier LGBT.

A cette occasion, une délégation d'exilés - lesbiennes, trans et gays - avait trouvé refuge dans plusieurs pays d'Europe, avait été invitée à Paris. Alors, oui, oui, on est loin de ceux qui n?ont d'obsession que de brûler des centres S.D.F. dans le 16e arrondissement.

Pour terminer mon propos, aujourd'hui, "les Dégommeuses" comptent plus de 90 membres, dont plus d'une cinquantaine sont des joueuses régulières. Elles ne disposent pourtant que de deux créneaux sur un demi-stade à Louis Lumière dans le 20e arrondissement. Je sais l'Exécutif attentif à leurs conditions d?entraînement, mais je profite de mon intervention pour plaider de nouveau qu'une nouvelle proposition leur soit faite vraiment rapidement.

Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, David BELLIARD.

Pour répondre, la parole est à Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci, Monsieur BELLIARD, de souligner une fois de plus l'excellent travail des "Dégommeuses" qu'on a déjà beaucoup évoqué dans cette séance. Je veux dire, avec l'amitié et le respect que j'ai pour l'association "Les Dégommeuses", que ce ne sont pas les seules à faire du travail sur le développement du sport féminin, sur la question LGBT dans le sport, sur les contrôles homophobie dans le sport. Je sais que, y compris parce qu?elles ont un militantisme volontaire et extrêmement attachant, elles ne sont qu'une partie de ce mouvement-là et je veux qu'à travers elles, ce soit tout le mouvement sportif qui crée des sections féminines, l'ensemble de la Fédération sportive gay et lesbienne de Paris qui organise des tournois et favorise, dans le foot, la natation, la lutte contre l'homophobie dans le sport et que, si évidemment, elles sont peut-être plus médiatiques que les autres - c?est pourquoi on parle plus souvent d'elles que des autres dans cette Assemblée - que nous ayons à travers elles, une pensée pour l'ensemble des bénévoles qui travaillent.

La subvention d?aujourd'hui est une subvention complémentaire de 1.000 euros qui vient s'ajouter à la subvention générale de 5.900 euros, motivée notamment par des actions supplémentaires avec l'accueil d'équipes de réfugiés, des opérations pendant l'Euro "Foot For Freedom", autour de la question de la liberté et du football, autour des marchés exploratoires dans les city stades, etc. C'est quand même une augmentation de 97 % de la subvention par rapport à 2015, qui était leur première subvention, et nous continuons à accompagner leur développement.

Là encore, Monsieur BELLIARD, je suis heureux que vous souteniez leur demande de créneau. La Ville de Paris attribue 1,5 million d?heures de créneaux par an. C'est un jeu de domino compliqué, sur un nombre d'équipements importants mais malheureusement toujours insuffisants. Nous sommes évidemment attentifs aux dynamiques de croissance de licenciés, celle des "Dégommeuses" est impressionnante et sera prise en compte et, par ailleurs, à la spécificité de projets sportifs particuliers.

Évidemment, dans le cadre de la campagne de créneaux, ce n'est pas le plus rapidement possible mais comme tout le monde. La campagne de créneaux durera de janvier à mars pour faire les demandes. En mai, nous attribuerons le 1,5 million d'heures de la rentrée de septembre 2017 pour les deux ans qui viennent, et nous aurons une attention bienveillante pour le travail exceptionnel que font "les Dégommeuses".

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci à Jean-François MARTINS.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 58 - DDCT.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. Je vous remercie. (2016, DJS 58 - DDCT).