Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2016
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2016 DASES 415 G - Subvention (125.000 euros) et convention avec l’association "Aux captifs, la Libération" (6e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2016


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DASES 415 G.

La parole est à M. BOULARD.

M. Geoffroy BOULARD. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, je tenais à intervenir sur ce projet de délibération qui octroie une subvention à l'association "Aux captifs, la Libération". Comment ne pas commencer par saluer le travail remarquable réalisé par les travailleurs sociaux auprès des publics en grande précarité et en situation d'exclusion, notamment dans les rues des 16e et 17e arrondissements. Je vais battre en brèche les caricatures faites des habitants de l'Ouest parisien par plusieurs élus de l'Exécutif parisien. C'est d'ailleurs le Maire du 17e arrondissement, Brigitte KUSTER, qui, dès avril 2014, avait proposé qu'un de ses adjoints soit dédié à ces questions, preuve que la solidarité est bien au c?ur des politiques de proximité et notamment des maires des 16 et 17e arrondissements.

Mais il faut aussi souligner le travail réalisé par l'association "Aux captifs, la Libération" sur le terrain, en associant bénévoles et travailleurs sociaux et en s'intégrant parfaitement avec les mairies et les associations notamment cultuelles qui forment le tissu relationnel local, indispensable à la réussite de son action. J'insiste sur l'importance d'apporter un soutien à l'équipe d'accueil Lazare Porte Dauphine, donc "Aux captifs, la Libération", située dans ce quartier et qui effectue des missions nécessaires auprès d'une réalité mal connue, alors qu?elle est pourtant répandue, celle de la prostitution masculine en situation de grande précarité et d'errance. Depuis 5 ans, comment ne pas déplorer les trop nombreuses coupes budgétaires dans les subventions de la part de votre majorité. Or, selon une étude du Samu social, faut-il rappeler qu?un tiers des personnes à la rue souffre de pathologies psychiatriques. Oui à la prise en charge sanitaire et sociale des personnes en grande exclusion, en garantissant l'interdisciplinarité des équipes qui interviennent dans la rue, dans les accueils de jour et les centres d'hébergement. Mais les territoires doivent être couverts pour répondre aux besoins. Chers collègues, plusieurs arrondissements ne sont toujours pas pourvus aujourd'hui de ces équipes de veille sociale maraude, comme nous le vivons notamment depuis de nombreuses années dans le 17e arrondissement. Donc avis favorable sur ce projet. Je tenais à le mettre en exergue cet après-midi.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Monsieur BOULARD.

Pour vous répondre, Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, Monsieur BOULARD, quand on intervient sur un sujet, il faut étudier le dossier. Je suis désolée de vous le dire, mais je me sens très à l'aise. Quand vous parlez des coupes budgétaires, je me sens très à l'aise. Quand on a un effort social de 2,3 milliards d'euros? Laissez-moi parler, je vous ai écouté, je me suis efforcée de vous écouter? Quand on entend de telles choses, je dirai qu'on hésite entre sourire et se désoler. Ensuite, il n'y a eu de baisse sur aucune association?

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - C'est une ?uvre de salut public, mon pauvre ami !

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - C?est impossible de parler, Monsieur le Maire.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Vous et uniquement vous avez la parole.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Allez-vous calmer dehors !

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Calmez-vous, Monsieur CRAVENNE ! Vous perdez votre sang-froid, calmez-vous ! Ecoutez calmement Mme VERSINI. Madame VERSINI, vous seule avez la parole.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Je vais essayer de parler en restant zen. Sur le budget de la Ville, ne vous en déplaise, le budget d'effort social de la Ville est de 2,3 milliards d'euros. Tous les arrondissements?

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Allez vous calmer dehors !

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Vous êtes vraiment pathétique !

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Personne ne vous impose d?écouter, sortez !

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Vous n?avez jamais été dans mon camp ! Jamais, jamais !

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Et c?est tout à votre honneur, Madame VERSINI !

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Quant aux valeurs humanistes, je sais où je les ai trouvées, c?est là.

On continue maintenant.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Allez-y, Madame VERSINI !

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - On continue. Je n?ai pas de leçons à recevoir de vous. Le père GIROS qui a créé "Aux captifs, la Libération", je le connais de très longue date. Je l?ai connu parfaitement et vous ne l?avez sûrement jamais connu, vous, Monsieur BOULARD.

Je sais parfaitement? Je pense?

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Taisez-vous, laissez-la répondre ?

Allez-y, Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - On n?est pas entouré de gentlemen.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Taisez-vous. Geoffroy BOULARD, écoutez la réponse de Mme VERSINI.

Allez-y, Dominique VERSINI, ne vous laissez pas perturber.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Je ne suis pas perturbée.

C?est pour dire qu?en matière d?équipe de maraude?

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Allez-y, Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - L?ensemble des territoires sont couverts par les équipes de maraude. D?ailleurs, le seul territoire qui ne l?était pas était le 6e arrondissement et, à la demande de la Maire du 6e arrondissement, dans le cadre de la grande cause du Pacte parisien? Pardon, vous m?avez perturbée. Ecoutez, le mieux, c?est d?arrêter, je pense?

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Il était certains que cela n?allait pas leur plaire. Bien, je crois qu?en réalité, ils n?attendent pas vraiment votre réponse.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Voilà, il n?y a rien à dire.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Je propose, Madame VERSINI, de soumettre ce très beau projet de délibération aux voix, si vous en êtes d?accord.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Très bien.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - J?ai l?impression qu?ils n?attendent pas vraiment votre réponse. Ils se croient au cirque. Laissons-les.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 415 G.

Qui est pour ?

En plus, vous la votez !

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2016, DASES 415 G).

Bravo, Dominique VERSINI. Félicitations.