Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

16- 1997 DAEE 27 G Programme départemental d'aide à l'emploi 1997 : stages complémentaires.

Débat/ Conseil général/ Septembre 1997



M. CHÉRIOUX, président. - Le projet suivant est le DAEE 27 G. La parole est à M. BOULENGER de HAUTECLOCQUE.
M. Jean-Marc BOULENGER de HAUTECLOCQUE. - Monsieur le Président, mes chers collègues, vous nous soumettez le programme départemental complémentaire d'aide à l'emploi pour 1997.
Ce dispositif original traduit dans les faits votre volonté politique d'impliquer la Ville et le Département de Paris dans le combat pour l'emploi. Je rappellerai que notre collectivité est la seule en France, avec le Département des Hauts-de-Seine, à avoir mis en place un système semblable, malgré les résultats très positifs que nous enregistrons cette année encore. En effet, le taux de placement des stagiaires en 1996 s'est élevé à 61 % à six mois, dont 57 % de contrats à durée indéterminée.
Pour cette année, nous atteignons actuellement 67 % de placement à deux mois, dont 60 % de C.D.I. Il faut souligner la fiabilité de ces indicateurs qui reposent sur des vérifications approfondies. Les organismes de formation sont tenus de fournir un tableau de placement à deux mois, puis un deuxième à six mois. L'administration exige, par ailleurs, communication du contrat de travail et vérifie auprès de l'employeur la réalité de l'embauche.
Comment expliquer ce succès ?
D'une part en raison d'une définition précise du public concerné, des gens qui ont déjà une expérience professionnelle, qui ont un plan de carrière, qui se sont retrouvés au chômage et qui ont besoin d'un petit coup de pouce, comme l'apprentissage du dernier logiciel informatique, ou celui d'une langue ou encore d'autres qui sont dans un secteur sinistré et qui ont besoin de se réorienter.
D'autre part, ces résultats sont intimement liés à l'adéquation étroite entre les stages proposés et les besoins réels du marché de l'emploi.
Ainsi, dès le mois de juillet, l'administration procède à des sondages des offres d'emploi publiées par la presse et analyse les statistiques du Ministère du Travail, de l'I.N.S.E.E. et de l'A.P.I.E.F. On a ainsi une idée précise des formations nécessaires. Je citerai notamment dans le présent programme un stage de comptabilité-paye qui correspond à une forte demande actuelle.
Enfin, et c'est une autre des qualités de ce programme complémentaire, il permet de réagir très vite et de répondre à des besoins ponctuels sans effet-retard. Souhaitons que de tels dispositifs d'aide à l'emploi, dont les effets peuvent être clairement évalués fassent des émules.
Merci Monsieur le Président.
M. CHÉRIOUX, président.- La parole est à Mme Nicole CATALA.
Mme Nicole CATALA, vice-président, au nom de la 7e Commission. - Monsieur le Président, je ne puis que me féliciter, après M. BOULENGER de HAUTECLOCQUE, que le programme départemental d'aide à l'emploi connaisse un succès qui a un niveau constant. Ce programme reste, en effet, très efficace du point de vue du taux d'accès à l'emploi puisque nous nous situons entre 60 et 66 % de placement au bout de six mois à l'issue de chaque stage.
Nous entendons, avec ce programme complémentaire, augmenter le nombre de places dans des secteurs porteurs, dans les secteurs où il y a des débouchés. Il s'agit essentiellement de l'informatique, de la vente et de l'export, du secrétariat, de la bureautique, de la gestion et de la comptabilité.
Donc nous ajoutons 108 stages aux stages déjà prévus, et je pense qu'ainsi nous rendons davantage encore service aux Parisiens en recherche d'emploi.
Merci Monsieur le Président.
M. CHÉRIOUX, président. - Je vous remercie, Madame.
Je vais donc mettre aux voix le projet de délibération DAEE 27 G :
Que ceux qui sont favorables à son adoption le manifestent en levant la main.
Epreuve contraire ?
Abstentions ?
Je vous remercie. Il est adopté à l'unanimité. (1997 DAEE 27 G).