Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

IV - Question d'actualité posée par le groupe Communiste - Front de Gauche à Mme la Maire de Paris relative au projet Hôtel-Dieu (A.P.-H.P.).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2017


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la 4e question d'actualité. Elle est posée par le Président du groupe Communiste - Front de Gauche.

Monsieur Nicolas BONNET-OULALDJ, je vous donne la parole.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, hier matin, les deux unions départementales syndicales - la CGT et FO - se sont rassemblées devant l'Hôtel de Ville pour protester contre les attaques à l'encontre des services publics parisiens. Bien des sujets ont été abordés lors du rassemblement : du travail du dimanche à la fermeture des bureaux de poste, mais aussi le sujet des hôpitaux, de l'A.P.-H.P. et de l'Hôtel-Dieu qui étaient au c?ur des discussions. Car l'hôpital Hôtel-Dieu est emblématique de la bataille pour les services publics.

Déjà en 2013, nous avons été nombreuses et nombreux à nous mobiliser contre la fermeture des services hospitaliers et contre la création d'un hôtel de luxe et de commerces de luxe. La mobilisation a alors été payante et nous avons réussi à maintenir l'hôpital en service. Martin HIRSCH est venu cette semaine en 4e commission nous présenter son nouveau projet qui s?articule autour de quatre axes : les urgences, la médecine ambulatoire, la psychiatrie, la santé publique, et prévoit le maintien d'un plateau technique de radiologie et la création d'un centre de santé sexuel.

Une partie non-hospitalière sera consacrée aux logements étudiants, à la recherche médicale, à une crèche sur 17.000 mètres carrés. Cela dit, une première version du projet prévoyait une surface de soins de 20.000 mètres carrés, mais nous nous sommes aperçus, en consultant l'appel d'offres pour le choix de l'architecte, que ce ne sont plus 20.000 mètres carrés dont il s'agit, mais 12.500 mètres carrés qui seraient consacrés aux soins, soit un écart de 7.500 mètres carrés. Or, Martin HIRSCH a préféré mettre en avant le chiffre des deux tiers des surfaces, chiffre obtenu en additionnant les surfaces des services de soins et des services administratifs. Madame la Maire, connaissez-vous les raisons qui ont poussé à revoir à la baisse le nombre de mètres carrés consacrés aux services de soins ?

Deuxièmement, nous craignons, pour notre part, que ce soit lié au projet PERRAULT de réaménagement de l'Ile de la Cité qui a été commandé par François HOLLANDE. Nous nous demandons d'ailleurs quels seront les impacts de ce projet sur l'hôpital. Il a notamment été question d?installer des entreprises et des commerces dans l'Hôtel-Dieu. Pourrait-on avoir des précisions sur ces sujets ?

Troisièmement, les premières esquisses du projet laissent apparaître que les services d'urgence, les U.M.J. et le service de radiologie seraient bien sûr conservés, mais il serait prévu de changer ces services de place et de détruire les espaces qui avaient été refaits à neuf il y a quelques années. Pourrait-on savoir ce qui justifie cette nouvelle reconfiguration ?

Quatrième question : la récente épidémie de grippe a montré qu'il y avait besoin de lits. Dans le même temps, l'initiative du D.A.L. a montré que des espaces inutilisés pouvaient être rapidement mis à disposition en cas d'urgence. Ces événements récents posent la question de la capacité d?accueil des hôpitaux en nombre de lits. Savez-vous combien de lits le projet prévoit-il de créer ?

Je conclus en insistant sur la nécessité de s'engager à réunir régulièrement le comité de suivi et d'inviter rapidement les médecins et le comité de lutte de l'Hôtel-Dieu qui portent un projet alternatif à l'hôpital, pour entendre leurs arguments.

Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Nicolas BONNET.

Pour vous répondre, je donne la parole à M. Bernard JOMIER.

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Monsieur le Président, le projet de l?Hôtel-Dieu a été retravaillé depuis 2014, et c?est un nouveau projet qui a été présenté aux instances de l?A.P.-H.P. C?est un nouveau projet qui a recueilli un très large soutien de la communauté médicale de l?A.P. C?est un nouveau projet qui a recueilli un agrément général du conseil de surveillance. Et ce nouveau projet, c?est bien celui d?un hôpital, d?un hôpital moderne au c?ur de notre cité, parce qu?avec la Maire de Paris, comme vous le savez, nous avons fait le choix de ne pas transformer notre Hôtel-Dieu, comme d?autres maires de grandes villes l?ont fait, en un hôtel de luxe ou un centre de conférence internationale, mais bien en un hôpital, un lieu qui reste dédié à la santé.

Mais évidemment, l?hôpital de demain n?est pas celui d?hier, et les superficies qui sont utilisées ne sont pas celles d?hier. On reste moins longtemps à l?hôpital, les séjours y sont plus courts et c?est une bonne chose. Et c?est du mieux pour les patients. Cette transformation de l?hôpital, qui n?est pas composé que de chambres avec des lits, mais qui est composé de tous les espaces de travail qui vont autour, qui est composé d?espaces de recherche, qui est composé d?espaces liés à l?université, à la réflexion autour du soin, eh bien, cet hôpital, à l?Hôtel-Dieu, il occupera bien deux tiers des surfaces de l?actuel bâtiment. Et puis, sur le tiers restant, il n?y aura pas non plus, comme on a pu l?entendre, de projets soi-disant spéculatifs, mais bien des projets au service des Parisiens. Vous avez rappelé un certain nombre d?affectations, dont le logement pour des étudiants. On pourrait ajouter aussi une crèche, qui va s?installer là. Et donc, au total, c?est bien un projet à la fois hospitalier et ouvert sur la ville et sur les besoins des habitants. Alors, il n?y a aucun lien, Monsieur le Président, avec le projet PERRAULT. Ce projet a été adopté en amont, et si vous ne souhaitez pas qu?il dérive vers je ne sais quelle volonté de l?architecte en question, eh bien, soutenez ce projet hospitalier dans la forme qu?il a prise. Je dois vous dire que j?ai entendu, et nous avons entendu, avec la Maire, les demandes de plus d?explications. Et donc, le D.G. de l?A.P. et ses équipes sont venus devant les présidents de groupes politiques, les membres de la 4e Commission, présenter et débattre de ce projet. Il a invité ceux des élus qui le souhaitent à aller sur place à l?Hôtel-Dieu voir les locaux actuels, et vous verrez que les urgences ne sont pas des bâtiments neufs. Les urgences et les U.M.J. datent de plus de dix ans, et c?est dans un état qui n?est vraiment pas très bon. Quant à la radiologie, l?I.R.M. et le scanner ont été refaits il y a un an et ils ne seront pas refaits. Alors, oui, bien sûr, la discussion va se poursuivre, et les explications, parce que de toute façon, nous n?avons strictement rien à cacher. La Maire recevra d?ailleurs, en tant que Présidente du conseil de surveillance, dans deux jours, les organisations syndicales qui ont demandé à la rencontrer, et le dialogue se poursuivra au sein du comité de suivi avec l?A.P., avec les élus qui le souhaitent et avec toutes les parties prenantes, parce que nous sommes très tranquilles. Ce projet rencontre un très, très large accord, et ce n?est pas parce qu?un médecin a présenté un projet alternatif, qui a déjà été présenté, qui a reçu le soutien de zéro membre de la communauté médicale, que nous devons remettre sans cesse l?ouvrage sur le métier. Nous devons poursuivre la discussion et passer à l?action, parce qu?il est temps que le nouvel Hôtel-Dieu émerge au centre de Paris.

Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Bernard JOMIER.

Monsieur BONNET, vous souhaitez reprendre la parole. Moi, je veux insister sur le fait que ce dialogue va se poursuivre, mais vous l?avez rappelé, à juste titre, Nicolas BONNET, notre mobilisation a été gagnante. Je rappelle ici combien, dans la précédente mandature et dès cette nouvelle mandature, nous nous étions, je m?étais opposée notamment à des modifications du P.L.U. qui auraient pu permettre effectivement de n?être que sur de la valorisation foncière de ce bâtiment, dont aujourd?hui l?utilité a été pensée avec un projet médical, avec aussi de l?accueil de public. Je pense que l?on peut s?en réjouir.

On va continuer à travailler sur les bases de ce qui fait aujourd?hui un large consensus dans la communauté médicale, dans son ensemble, de l?Hôtel-Dieu. Bien sûr, en lien avec les élus, j?ai souhaité qu?il y ait cette réunion que vous avez eue récemment sur le sujet. On va poursuivre ce type d?échanges, y compris sur place, parce que c?est mieux de voir cela sur place.

Quant au projet de Dominique PERRAULT, j?ai eu l?occasion bien sûr de travailler avec Dominique PERRAULT et Philippe BÉLAVAL sur cette très belle projection à 2040 de l?Ile de la Cité. Et concernant plus particulièrement l?Hôtel-Dieu, il n?y a pas d?impact, de croisement entre le travail fait par Dominique PERRAULT et Philippe BÉLAVAL sur l?Ile de la Cité et l?affectation de chacun des bâtiments de l?Ile de la Cité, qui accueillent l?Hôtel-Dieu, la Préfecture de police et d?autres grandes institutions. Donc, cela n?a pas d?impact. En revanche, qu?il puisse être réfléchi, notamment pour ce qui est du cloître, qui est directement en rapport avec le parvis de Notre-Dame, à l?usage de cet espace extérieur magnifique pour accueillir aussi les touristes, pour être un espace de repos, c?est quelque chose que je porte, que porte également le Recteur de Notre-Dame et sur lequel, je pense, on doit pouvoir tout à fait se retrouver, parce que cela n?a pas d?interférence avec le projet médical. Mais cela peut être une meilleure utilisation, avec plus de porosité avec le quartier, et nous allons pouvoir affiner ce projet. Mais sachez que Bernard JOMIER et moi-même, nous allons poursuivre ce travail d?information, de discussion et d?évolution du projet, mais qui déjà est sur une base dont, je crois, on peut se satisfaire, même si cela n?empêche pas la vigilance de chacune et de chacun.

Je vous remercie.