Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DFA 5 - DEVE - Convention de financement avec la Région Ile de France pour la mise en place de 3 chantiers participatifs sur la petite ceinture (12e, 19e et 20e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2017


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DFA 5 - DEVE relatif à une convention de financement avec la Région Ile-de-France pour la mise en place de trois chantiers participatifs sur la petite ceinture.

C?est M. Didier LE RESTE qui a la parole.

M. Didier LE RESTE. - Merci, Madame la Maire.

Nous évoquons aujourd?hui un énième projet de délibération concernant la petite ceinture ferroviaire parisienne. Suite à l?appel à manifestation d?intérêt "urbanisme transitoire", organisé par la Région Ile-de-France, la candidature de la Ville de Paris a donc été retenue. Il s?agit d?accélérer la réalisation de projets d?aménagement en optimisant l?usage du foncier disponible.

Ainsi, nous entendons reparler de la reconquête de la petite ceinture, mais qu?à des fins de végétalisation, de déambulation des Parisiennes et des Parisiens, de mise en place de chantiers participatifs. C?est bien, mais j?insiste, il conviendrait en responsabilité, au regard des enjeux environnementaux qui se posent avec acuité à la Ville de Paris, et au-delà, de parler de reconquête de la petite ceinture en termes de services de transport qu?elle pourrait rendre à notre collectivité, bien naturellement dans des conditions adaptées. Ce serait une bonne façon de faire face aux enjeux posés tout en concevant une cohabitation intelligente, comme certaines études le démontrent d?ailleurs, entre la dimension "transport" et le respect de la biodiversité, de la végétalisation par l?existence de sentiers nature et jardins partagés.

Dans ce projet de délibération, il est de bon ton de rappeler les engagements de notre Conseil, visant entre autres à garantir la réversibilité de l?infrastructure ferroviaire, qui ne doit pas être un v?u pieu, d?autant plus qu?elle doit répondre à des contraintes réglementaires dans sa mise en ?uvre.

On parle aussi de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine ferroviaire dans le cadre des projets d?aménagement susvisés. De ce point de vue, nous sommes quand même alertés par l?ambition affichée d?un élargissement à des séquences plus grandes si le bilan de la démarche engagée est positif. Qu?entend-on par-là ?

Alertés aussi à plusieurs titres par le projet d?aménagement de la Z.A.C. "Bercy-Charenton", où l?on entend construire des immeubles d?habitation sur la petite ceinture en déviant les voies ferrées de celle-ci et en supprimant le faisceau d?échange Bercy-Charenton, ce que démontraient les documents de l?enquête publique.

Alertés également par l?appel d?offres de la R.A.T.P. relatif aux travaux de construction de la future station souterraine Maison-Blanche de la ligne 14 dans l?avenue d?Italie du 13e arrondissement, qui aurait, à n?en pas douter, un impact certain sur la continuité de la petite ceinture. En effet, il apparaît qu?il serait procédé à une mutation de la plateforme ferroviaire en plateforme routière sur 1.300 mètres, entre l?avenue d?Italie et la rue du Dessous-des-berges par la création d?un accès au chantier.

La fermeture du tunnel par un mur au niveau du jardin du Moulin-de-la-Pointe serait réalisée, ainsi que la démolition d?une partie du tunnel. Il y a donc de sérieuses craintes qu?après ces travaux, les voies ne soient pas reposées. Peut-on avoir aujourd?hui quelques explications sur ces perspectives, singulièrement des réponses à nos questions ?

Enfin, signalons que ce mois-ci, de nombreuses plaintes de riverains de la petite ceinture du 15e arrondissement ont été déposées au commissariat, suite à des jets de pierres, des menaces et autres incidents. C?est le cas d?ailleurs aussi dans le 12e arrondissement, à la Villa du Bel-Air, où la station qui a été mise en place au mois de juillet dernier, est toujours là, est abandonnée, taguée, squattée. Cela démontre qu?il y a des limites à l?ouverture au public d?une infrastructure ferroviaire qui, si elle était toujours utilisée à des fins de transport, serait sécurisée, parce qu?inaccessible dans sa partie infrastructure au public, sans pour autant priver celui-ci de profiter des aménagements sur les sur-largeurs.

Oui, décidément, la petite ceinture ferroviaire pourrait être très utile dans le cadre de la réponse aux besoins croissants de transport et d?amélioration de la qualité de l?air, a fortiori que notre offre de transport en commun, singulièrement, le tramway sur le boulevard des Maréchaux est de plus en plus saturé et affecté par des dysfonctionnements récurrents, comme on a pu le constater en novembre dernier.

Dans la mesure où les situations que j?évoquais précédemment impactent, d?une certaine façon, à moins d?être démenti, certaines décisions de notre Conseil, le groupe Communiste - Front de Gauche s?abstiendra sur ce projet de délibération.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Ecoutez, Monsieur LE RESTE, peut-être vous dire que votre intervention intervient dans le cadre d?une convention de financement sur la mise en place uniquement de trois chantiers participatifs sur la petite ceinture. Je vais vous répondre, même si c?est pour vous rappeler ce que nous avons déjà longuement évoqué à ce Conseil. Effectivement, l?année 2016 a été marquée par l?entrée en action de cinq collectifs sur la petite ceinture et, à partir de la fin du mois de février jusqu?à la fin 2019, ce sont neuf sites au total où les Parisiens vont pouvoir découvrir la petite ceinture, mais aussi s?approprier les lieux, imaginer leur avenir et participer à leur aménagement.

Effectivement, on peut dire que la manière originale de concevoir ce projet peut paraître déconcertante, mais comme vous le savez, on a des temps de concertation, des temps de réalisation et des allers-retours constants entre experts, habitants, services municipaux et un certain nombre de "Copils", avec notamment les maires d?arrondissement. C?est un processus exigeant, mais qui est important pour l?avenir de cet espace urbain.

Je voudrais vous rappeler que bien évidemment, il n?a jamais été question dans ce Conseil de faire table rase du patrimoine ferroviaire de la petite ceinture. Nous nous sommes engagés avec vous et avec le Conseil de Paris, et je vous le réaffirme, sur le fait que les différents aménagements proposés sur les tronçons qui font partie du protocole-cadre seront absolument réversibles et ne feront pas obstacle à un éventuel retour du train dans un avenir à moyen ou long terme.

Bien évidemment, nous travaillons aussi à des usages de loisirs en lien avec la S.N.C.F., et le collectif qui travaillera notamment sur les sites des 12e, 19e et 20e arrondissements a été spécifiquement missionné sur les questions de mobilité, et notamment pour émettre des propositions sur la création de Vélorail que vous avez souhaité voir se mettre en place pendant le débat sur la convention cadre.

Je ne vais pas m?attarder sur les trois points que vous avez abordés mais vous dire que sur tout le tronçon qui concerne la convention cadre, il n?y a aucune problématique de non-réversibilité.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFA 5 - DEVE.

Qui est pour ?

Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2017, DFA 5 - DEVE).