Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à l'occupation illégale du domaine public. Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à la tranquillité publique du quartier Barbès-Château Rouge.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u référencé n° 77 est relatif à l'occupation illégale du domaine public.

Monsieur HONORÉ, vous avez la parole.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, avec Pierre-Yves BOURNAZEL, nous vous demandons de prendre toutes les mesures nécessaires afin de mettre fin à l'occupation illégale du domaine public, remontée des filières et présence de la police nationale sur le terrain en charge de la répression, création d'une police municipale à pied et à vélo chargée d'empêcher les occupations illégales, vidéo-protection améliorée, de soutenir et d?accompagner les projets des habitants qui ont pour but de permettre aux riverains de se réapproprier l'espace public, de créer des comités d'étude et de partage de projets et initiatives menées par les habitants en lien avec les services de la Ville.

Nous faisons allusion plus particulièrement, bien que cela concerne tout le 18e arrondissement, à la porte de Saint-Ouen, la porte de Montmartre, la porte de la Chapelle, Château-Rouge, Barbès, la place de la Chapelle.

Je vous remercie, mes chers collègues.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Est-ce que je puis me permettre, Monsieur le Conseiller, de suggérer éventuellement, et je vous prie de m?en excuser parce que votre voix est manifestement fatiguée, que vous puissiez présenter le deuxième v?u, celui sur l?occupation illégale de l?espace public ?

Je vous y apporterai une réponse globale.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Monsieur HONORÉ, je vous donne la parole.

M. Christian HONORÉ. - Oui. Merci. Je suis désolé.

Le deuxième v?u que nous présentons avec Pierre-Yves BOURNAZEL est relatif à la tranquillité publique du quartier Barbès-Château-Rouge.

Je vous lis le v?u : "Pierre-Yves BOURNAZEL et moi, nous vous demandons une information et un suivi des mesures concrètes et durables qui pourraient être mises en ?uvre pour garantir la tranquillité des habitants et des commerçants du quartier Barbès-Château-Rouge.

La création d'une police municipale pour permette une présence quotidienne et durable sur le terrain, et éviter les installations illégales de l'espace public qui permettent aux petits trafics de proliférer.

Un effort durable de l'activation du contrat de revitalisation artisanale et commerciale, afin de développer une offre de commerces de proximité diversifiée, de nature à améliorer la qualité de vie.

Enfin, le réaménagement et l'embellissement de ces lieux en s'appuyant sur les projets des associations du quartier, afin que les habitants se réapproprient l'espace public".

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - La parole est à Mme Colombe BROSSEL, sur les deux v?ux.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci, Monsieur HONORÉ, et pardon d'avoir forcé votre voix.

Je vais vous apporter une réponse globale parce que j?apporterai la même réponse de l?Exécutif aux deux v?ux, à savoir un avis défavorable pour deux raisons.

La première, c?est qu?il y est fait un certain nombre de propositions. Je pense, par exemple, à celle d?organiser et de mettre en ?uvre une police municipale, et vous savez que ce n?est pas le choix qu?ont fait la Maire de Paris et l?Exécutif municipal.

D?autre part, et c?est un échange que nous avons déjà eu en séance du Conseil de Paris, il y a parfois certains considérants dans votre v?u qui laissent à penser qu?aucune des propositions que vous faites dans vos v?ux n?a jamais été mise en ?uvre. Or, tel n?est pas le cas, que ce soit sur le soutien à l?accompagnement des projets aux habitants, que ce soit sur la création de comités d?étude, et ce ne sont pas que des comités, il y a de vrais projets derrière pour permettre de partager des projets et des initiatives.

Néanmoins - je vous l?ai déjà dit ici et je sais que vous avez eu cet échange dans le 18e arrondissement -, les sujets que vous posez sont des sujets de préoccupation communs à la Ville de Pairs, au maire du 18e, Éric LEJOINDRE, et à l?ensemble de son équipe, comme au Préfet de police.

Le Préfet de police en personne a souhaité réunir le 18 janvier dernier les élus des deux arrondissements, Éric LEJOINDRE et Rémi FÉRAUD, ainsi que les riverains du boulevard Barbès et des représentants d?associations de quartier.

Nous avons passé trois heures à travailler ensemble, pas uniquement à échanger mais à travailler ensemble, afin de dresser le bilan des actions mises en ?uvre au cours des derniers mois sur le secteur et de voir quelles étaient les pistes d?amélioration. Et le Préfet de police s?est engagé à ce que nous nous revoyions fin février ou début mars pour faire un point d?étape.

Nous avons souhaité, et cela a d?ailleurs été un engagement pris par le Préfet de police, que La Chapelle ne soit pas oubliée dans les dysfonctionnements majeurs de l?espace public, et je pense notamment à Barbès.

Aujourd?hui, les retours qui nous sont faits par les riverains sont qu?il y a en effet un déploiement important de forces de l?ordre, notamment autour de Barbès - je vois le représentant de Préfet de police qui approuve. Nous les voyons, les riverains les voient, le climat s?est apaisé.

Je le redis, comme je l?ai toujours dit dans cette enceinte : nous pouvons y arriver, nous allons y arriver s?il y a une mobilisation massive et dans la durée. La mobilisation massive est là, le Préfet s?est engagé à ce qu?elle soit efficace dans la durée. Je suis très confiante dans le fait qu?ensemble nous puissions faire en sorte que les dérégulations massives de l?espace public disparaissent et permettent de rendre aux riverains, aux habitants, aux commerçants un quartier plus apaisé.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Et justement, je donne la parole au Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Là encore, Monsieur le Maire, je n?ai pas grand-chose à ajouter à ce qu?a dit Mme BROSSEL, simplement à souligner le travail qui est mené actuellement en partenariat étroit avec la Ville.

J?insiste sur cette notion de partenariat parce que c?est du quotidien entre la Ville de Paris, la Préfecture de police et les deux maires d?arrondissement du 18e et du 10e, pour ce qui concerne une partie du secteur, avec des actions au quotidien menées ensemble en termes de binôme de sécurité publique, de forces de l?ordre et de binôme de la D.P.S.P. C?est également l?action coordonnée entre l?action menée par les forces de l?ordre mais également les opérations de nettoyage derrière par les services de la propreté de la Ville, etc.

Enfin, un immense travail est mené au quotidien. Il est évident qu?il y a encore beaucoup de choses à réaliser sur ces secteurs. Le Préfet de police y est allé à plusieurs reprises de manière très discrète pour aller voir la réalité des choses et cela illustre bien qu?il y a encore beaucoup de choses à faire.

Lors de la réunion publique du 18 janvier dernier, à laquelle ont participé trois collectifs avec un certain nombre de représentants des habitants, Action Barbès, Collectif Chapelle, SOS Chapelle, etc., on a eu un échange très fructueux avec tous ces représentants des habitants.

L?action s?inscrit dans le temps. Il y a, depuis cette réunion, une mobilisation quotidienne a minima d?une demi-compagnie de C.R.S. sur ces secteurs, et avec au moins trois opérations fortes chaque semaine menées sur ces secteurs, de manière à pouvoir arriver à terme à redonner aux habitants la tranquillité publique à laquelle ils aspirent légitimement.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Nous avons une explication de vote du groupe Ecologiste de Paris.

La parole est donc à M. Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Merci.

D?abord, je souhaite une prompte guérison à Christian HONORÉ, essayez le thym avec un peu de citron et du miel, cela aide. Et en plus, on vous entendrait et franchement cela vaut le coup de vous entendre ! C?est quelque chose qui me sidère chaque fois, le côté caricatural que vous avez de présenter et de proposer.

Sur le fond, la réponse qu?a faite Colombe BROSSEL me satisfait, mais je suis frappé par le fait que vous ne proposez jamais rien d?autre que de la répression. Vous constatez des choses qui ne vous plaisent pas jusqu?à la caricature et ce n?est que de la répression.

Pourquoi ? Est-ce que, par exemple, vous ne proposez pas de réunir les états généraux de la sauvette, afin d?ouvrir de nouveaux espaces de régulation de cette extrême pauvreté ? Pourquoi est-ce que vous ne proposez pas que l?on donne des papiers aux prostituées qui n?en ont pas, afin de les aider à se sortir de leur misère ? Pourquoi est-ce que vous ne proposez pas une meilleure régulation du marché du cannabis, plutôt que l?interdire puisque cela ne marche pas et que cela provoque des marchés illicites ? Allez dans ce sens.

Je ne sais pas, moi, faites des propositions positives. Vous êtes toujours dans la répression, toute la répression, rien que la répression !

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Monsieur JULIEN...

M. Pascal JULIEN. - Moi, je suis estomaqué parce que les v?ux "Fox News", c?est chaque fois, et un peu aussi - je termine, deux v?ux, deux minutes -, les v?ux "portes ouvertes", c?est nouveau ! On avait les v?ux "Fox News", mais les v?ux "portes ouvertes", c?est-à-dire qu?ils proposent des trucs ou disent des machins qui se font déjà depuis longtemps.

Mais au moins, cela vous permet d?exister, notamment dans le 18e, parce que je constate que vous êtes quand même un arrondissement spécialiste de ce genre de v?u. On le constate à chaque Conseil de Paris et on se les fait deux fois quand même : une fois au Conseil d?arrondissement et une fois ici !

Mais j?observe avec plaisir qu?il y a tout de même certains v?ux qui sont tellement ridicules au Conseil d?arrondissement qu?ils ne reviennent pas ici.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je vais vous demander de conclure cette fois.

M. Pascal JULIEN. - Il y en a certains, et je peux vous les citer, qui ne sont pas revenus. Donc, je vous félicite, cela veut dire que le Conseil d?arrondissement sert au moins à quelque chose !

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

J?ai cru comprendre que vous étiez défavorable.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 77, déposée par le groupe les Républicains, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 78, déposée par le groupe les Républicains, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.