Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

II - Question d'actualité posée par le groupe Socialiste et Apparentés à Mme la Maire de Paris relative à la mise en œuvre du Plan hiver à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2017


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - La deuxième question d?actualité est présentée par Mme Véronique LEVIEUX, au nom du groupe Socialiste et Apparentés.

Je vous donne la parole, Madame LEVIEUX.

Mme Véronique LEVIEUX. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, il y a quelques jours, nous connaissions une vague de froid très dure à Paris, avec des températures qui descendaient bien en-dessous de 0 degré pendant plusieurs jours. Sans oublier naturellement les foyers touchés par la précarité énergétique, cette situation a été une source d?inquiétude pour les sans domicile que l?on croise régulièrement dans les rues de Paris ou dans les couloirs de métro. Faut-il rappeler néanmoins que la vie dans la rue est dure tous les jours, toute l?année, en toutes saisons et qu?elle peut tuer tout au long de l?année également, et pas uniquement dans les périodes de froid ?

Très vite, les pouvoirs publics se sont organisés pour mettre en ?uvre le Plan grand froid, déclenché par la Préfecture de police et piloté par le Samu social qui coordonne les maraudes de renfort avec des associations partenaires qui, par ailleurs, opèrent tout au long de l?année. Je tiens à saluer l?ensemble des bénévoles et associations qui se mobilisent, ainsi que les services de la Ville au service des personnes de la rue et des plus démunis.

Madame la Maire, vous avez voulu que Paris soit pleinement mobilisée dans la lutte contre la grande exclusion. C?est un de vos engagements forts de cette mandature que pilote avec humanité et détermination votre adjointe Dominique VERSINI. Ainsi notre Municipalité a immédiatement réagi en apportant des moyens matériels supplémentaires à travers son Plan hiver : ouverture de salles en mairie d?arrondissement, de gymnases permettant ainsi de proposer près de 259 places supplémentaires gérées par l?Etat.

Nous ne pouvons que saluer la réactivité des services de la Ville face à cette urgence qui s?ajoute aux actions menées tout au long de l?année pour renforcer tous les dispositifs, la création de restaurants solidaires comme dans le 12e récemment ou encore le C.H.U. récemment en novembre dernier dans le 16e arrondissement.

Il n?en demeure pas moins que si de nombreuses personnes à la rue ont pu trouver refuge dans ces centres au cours de cette période de grand froid, d?autres sont restées sur le trottoir, notamment parce qu?elles ont refusé l?hébergement d?urgence pour des raisons sur lesquelles nous devons continuer à travailler.

L?activation du plan d?urgence est une absolue nécessité. Sa bonne mise en ?uvre est une obligation. Elle l?est tout autant que notre obligation à accueillir les migrants qui viennent se réfugier dans notre pays et notre ville. Nous sommes fiers que notre Ville ne fasse pas de discrimination face à ces situations de détresse et mette au contraire en ?uvre une même volonté politique d?agir envers ces populations.

Madame la Maire, quelques jours après le retour à des températures plus clémentes, pourriez-vous nous dresser un bilan des moyens mobilisés dans cette période par notre Municipalité et plus globalement celui des actions menées sur le territoire parisien par l?ensemble des acteurs concernés ?

Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Véronique LEVIEUX.

Je vais donner la parole à Mme Dominique VERSINI, dont vous avez salué la ténacité et l?énergie au service de cette grande cause.

Dominique ?

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, je trouve que c?est important de faire un point d?étape et je remercie le groupe Socialiste qui me donne cette opportunité pour dire tout d?abord que c?est tout au long de l?année que Paris est mobilisée pour venir en aide aux sans-abri. Je le rappelle, la lutte contre la grande exclusion est la grande cause de la Maire de Paris pour cette mandature et, avec l?ensemble des partenaires, nous travaillons tout au long de l?année.

Sur la question de l?hébergement, parce que c?est une question effectivement prégnante, il faut que vous sachiez que, tout au long de l?année, il y a 16.700 places d?hébergement d?urgence et d?insertion, soit 40 % de l?offre régionale ; c?est extrêmement important. Là-dedans, je ne compte pas les 400 places que nous avons créées au centre humanitaire de la porte de la Chapelle et les 400 places du centre d?Ivry qui vient d?ouvrir pour accueillir les femmes réfugiées.

C?est extrêmement important et cela doit être placé au regard du poids démographique de la Ville de Paris. Au sein de la Région, nous représentons 18 % de la population et 1 % de la superficie pourtant nous participons pour 40 % de l?offre d?hébergement de toute l?Ile-de-France.

Bien évidemment, comme vous le savez, il s?agit d?une compétence de l?Etat mais la Ville se mobilise depuis toujours, par la mise à disposition par exemple de locaux dans le domaine intercalaire, par la mise à disposition et l?ouverture de gymnases.

Durant l?hiver, à l?approche de l?hiver de façon classique, l?Etat avec la Ville met en place un plan complémentaire, qui était de 1.200 places cette année, et la Ville ouvre en complément une succession de gymnases tout au long de la période hivernale. Mais face au grand froid, Paris a ouvert deux gymnases chaque soir. Nous nous sommes rendus avec Mme la Maire dans l?un de ces gymnases, il y a quelque temps.

Nous avons également ouvert un gymnase pour les jeunes qui se présentent comme mineurs isolés étrangers au centre d?accueil humanitaire chaque soir, dans l?attente de leur évaluation.

Enfin, grâce à des maires d?arrondissement, dont je veux saluer la solidarité, pour le 1er arrondissement, le 4e arrondissement, le 11e arrondissement et le 15e arrondissement, nous avons pu dans ces mairies ouvrir des salles qui ont permis de prendre en charge encore une centaine de places complémentaires.

Tout cela pour dire que, en ce moment, il y a 18.000 places offertes pour les personnes sans domicile fixe.

Bien évidemment, pendant toute cette période, les maraudes sont renforcées. Les maraudes traditionnelles du Samu social sont renforcées par la protection civile, l?Ordre de Malte, l?Unité d'assistance aux personnes sans-abri de la Ville Paris, que je veux vraiment saluer parce qu?elle fait un travail formidable sur tout le territoire de Paris, dans le bois de Vincennes, dans le bois de Boulogne, et aussi avec la Mission famille qui s?occupe des familles dites Roms en situation de rue avec des enfants.

Enfin, je terminerai en disant qu?à Paris - on l?a bien vu hier avec le vote du projet de délibération co-porté avec Ian BROSSAT pour ouvrir un centre d?hébergement dans le 12e arrondissement - à chaque fois que nous le pouvons, dans le domaine intercalaire, des locaux sont mis à disposition pour pouvoir ouvrir des centres qui auront une vocation temporaire, le temps de la mise en place d?un projet plus pérenne.

Je terminerai en disant que tout cela se fait dans la mise en application du Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, dont je tiens juste à préciser, et je m?arrêterai là, que 80 % des engagements que nous avons pris sont réalisés ou en bonne voie d?être réalisés.

Voilà, Madame la Maire, pour ce bilan intermédiaire.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, chère Dominique.

Je veux remercier autour de Dominique l?ensemble des services sociaux, des volontaires, parce que nous avons des volontaires à la Ville qui se sont inscrits pour passer aussi les nuits dans les gymnases et dans les salles qui ont été ouverts.

Notre Ville peut vraiment être fière de ses agents, Monsieur le Secrétaire général, de tous les bénévoles et de cette générosité qui s?est manifestée dans tous les arrondissements. Je veux associer les mairies, qu?elles soient de l?opposition ou de la majorité, qui se sont engagées avec nous dans ce plan. Cela fait partie des points sur lesquels nos valeurs sont partagées, et nous les portons à travers cette politique. Merci beaucoup. Est-ce que Véronique LEVIEUX veut reprendre la parole ? Non. Merci.