Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DAE 46 - Subvention (2.000.000 euros) et convention avec l’Office du tourisme et des congrès de Paris pour la mise en œuvre d'un Plan de relance du tourisme.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2017


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Nous allons examiner les projets de délibération DAE 45 et 46 relatifs à l'attribution d'une subvention et signature d'une convention avec l?Office du Tourisme et des Congrès de Paris.

Je donnerai successivement la parole à M. Philippe DUCLOUX, M. Jean-François LEGARET, M. Alexandre VESPERINI et M. Sergio TINTI, puis M. Bruno JULLIARD répondra.

Monsieur DUCLOUX ?

M. Philippe DUCLOUX. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, le tourisme parisien a beaucoup souffert des attentats de novembre 2015, à Paris évidemment et dans le 11e arrondissement et le 10e arrondissement en particulier. Je mentionnerai évidemment les attentats de juillet 2016 à Nice.

Ce secteur économique clé représente la première industrie de Paris et près de 12 % de l?emploi salarié parisien. La quasi-totalité des filières touristiques, transports, hébergement, restauration, commerce, culture et loisirs sont touchés depuis plusieurs mois par une baisse d?activité. Pour autant, le tourisme ne s?est pas arrêté à Paris et en France. Nous sortons peu à peu du climat post-attentat et nous devons soutenir les professionnels du secteur.

C?est dans cette optique que je souhaite souligner aujourd?hui le caractère exceptionnel et inédit du montant accordé à la relance touristique. En effet, afin d?accélérer la perspective de retour à une situation normale, la Ville de Paris met 2 millions d?euros sur la table pour soutenir et renforcer l?Office du tourisme et des congrès de Paris.

La Mairie de Paris a été extrêmement proactive pour aller chercher une contribution de l?Etat à hauteur de 4 millions d?euros et de la Région Ile-de-France pour 2 millions d?euros, pour que ce plan soit travaillé conjointement par les trois parties.

Au total, ce sont près de 8 millions d?euros d?argent public, auxquels il sera possible de rajouter des cofinancements privés. La dimension territoriale du tourisme liée à la destination de Paris implique un travail concerté. C?est la première fois qu?un plan de relance touristique de cette ampleur est lancé à Paris et que l?Etat, via Atout France, la Ville de Paris et la Région Ile-de-France via le Comité régional se mobilise de manière aussi étroite et coordonnée pour soutenir ce secteur crucial pour l?économie et l?emploi parisiens.

Je tiens ici à remercier évidemment Anne HIDALGO, la Maire de Paris, Bruno JULLIARD qui nous répondra, Jean-François MARTINS, Olivia POLSKI, ainsi que toutes leurs équipes et la Direction de l?attractivité et de l?emploi pour leur discours positif et pour tout le travail réalisé afin de stabiliser, voire de développer, les très nombreux emplois qui dépendent du secteur touristique et qui eux ne sont pas délocalisables.

L?objectif de ce plan de relance est très clair : contribuer à un retour de la fréquentation touristique au niveau d?avant les attentats de novembre 2015 dans le courant du premier semestre 2017, à l?aide d?une nouvelle campagne de promotion pour renforcer le rayonnement de notre capitale en Europe et à l?international.

Il s?agit là, comme je viens de le dire, de redorer l?image de Paris qui reste encore la première destination touristique mondiale. Au programme, des campagnes événementielles tout au long de l?année, des campagnes auprès des producteurs de cinéma et de série TV. D?ailleurs, je rappelle qu?aujourd?hui un nouveau tournage a lieu tous les trois jours - ce sont les chiffres de 2016.

Je rappellerai également qu?un ciblage est nécessaire pour les groupes d?intérêt via les réseaux sociaux, comme je pense aux touristes LGBT. Et j?anticipe avec l?organisation des Gay Games en 2018.

Je pense également aux "clubbers", aux amoureux de la mode avec la "Fashion week" et évidemment de la gastronomie dont nous avons parlé hier matin, puisque près de 90 restaurants étoilés figurent au "Guide Michelin".

Comme disait Ernest Hemingway, je reprendrai évidemment la belle formule "Paris est une fête", cela n?a pas changé. Il faut le faire savoir, mes chers collègues.

Par ailleurs, après l?Euro de foot de 2016, Paris continue d?accueillir de grands événements en 2017. Je mentionne le Championnat du monde de handball avec la très belle victoire de l?équipe de France dimanche dernier. Puis il y aura l?organisation du Championnat du monde de hockey sur glace en mai prochain.

Vous l?aurez compris, mes chers collègues, nous pouvons nous féliciter que la Maire de Paris ait initié cette dynamique collective et débloqué des moyens conséquents pour relancer la fréquentation touristique.

A titre personnel, j?espère sincèrement que l?unanimité se fera sur cet enjeu vital pour tous les acteurs qui permettent à Paris de rayonner dans le monde entier et de rester aux yeux du monde la plus belle ville du monde.

Je vous remercie.

(M. Mao PENINOU, adjoint, remplace Mme Colombe BROSSEL au fauteuil de la présidence).

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Catherine DUMAS qui était inscrite est membre du Conseil d?administration de l?Office du Tourisme et elle ne peut donc pas intervenir à ce sujet dans cette enceinte.

Je donne donc la parole à M. Jean-François LEGARET.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, nous connaissons tous l?importance de la filière touristique dans l?économie parisienne, puisque c?est un secteur qui correspond à 12,4 % des emplois parisiens, qui accueille chaque année près de 47 millions de voyageurs et qui pèse près de 7 % du P.I.B. régional.

Cette activité cruciale a été mise à mal en 2016, année la plus mauvaise pour l?hôtellerie depuis 2009, en raison notamment des terribles attentats qui ont endeuillé et meurtri notre ville.

Nous avons donc un défi à relever. Il est fort, ardu : faire de 2017 l?année de l?embellie du tourisme à Paris.

Pour cela, nous devons être capables de redorer l?image de Paris et de rassurer les touristes étrangers en termes d'accueil et de sécurité. C'est ce premier volet que vous nous proposez d'accompagner en nous soumettant cette subvention de 2 millions d?euros dans le cadre d'un plan de relance. Nous soutenons ce projet. L'activité de Paris passera entre autres par des campagnes de communication visant à renforcer l'image de notre ville, et la mise en place de ces campagnes et de ces offres promotionnelles sont des axes à développer afin d'atteindre l'objectif de relance de l'attractivité touristique.

Pour autant, le tourisme n'est pas une activité d?hier basée sur la seule valorisation de notre patrimoine. C'est une activité d'avenir qui mobilise de nouvelles technologies et industries. La Ville doit pouvoir soutenir ces nouvelles applications qui permettront à terme d'accompagner l'économie du tourisme.

Nous soutenons l'idée de travailler sur les réseaux sociaux pour lancer des campagnes digitales visant de nouvelles communautés, "fashion weeks", événements "food" et événements sportifs. Un dernier mot pour dire combien il est important à nos yeux d'associer la Région d'Ile-de-France et le Comité régional du tourisme à ce plan de relance.

L'opération reconquête de notre rang touristique n'aboutira qu'à la condition que tous les acteurs publics et privés soient mobilisés. Ainsi l'image de Paris, à l'international, pourra-t-elle être retrouvée, réhabilitée, redorée. Mobilisons-nous tous pour que le rayonnement régional, national et international de Paris se développe.

C'est la raison pour laquelle nous voteront naturellement pour ces deux projets de délibération DAE 45 et 46.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Alexandre VESPERINI.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Monsieur le Maire.

Évidemment, comme Jean-François LEGARET et l'ensemble de nos collègues du groupe LR, je voterai ce projet de délibération. J'ai une petite anecdote à vous faire partager. J?étais présent à la métropole du Grand Paris à la présentation du Schéma régional tourisme au Conseil régional ce matin.

Il y avait un tour-opérateur chinois qui intervenait en français, c'est pour cela que l'on a bien pu comprendre et saisir un peu l'importance de ce qu'il avait à nous dire. Il nous disait que, chaque année, à l'occasion du nouvel An chinois, on a plusieurs millions de Chinois qui prennent quelques jours de vacances en dehors de la Chine.

Nous aurons des statistiques sur ce nombre de Chinois qui sont partis la semaine dernière dans quelques jours. Il s'agit a priori de 6 millions de Chinois qui sont partis à l'étranger et il se trouve, d'après ce que nous disait ce tour-opérateur, que dans ces statistiques qui seront publiées dans quelques jours, la France arrive très loin derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, mais elle arrive même derrière la Suisse et la Hongrie désormais. Je crois que la situation du tourisme en France et à Paris en particulier est particulièrement préoccupante. Ce sont des chiffres qui seront publiés dans quelques jours, mais ils ont saisi tous ceux qui étaient présents ce matin au Conseil régional.

Évidemment, ce plan est nécessaire, voire indispensable, mais je pense quand même que les campagnes de publicité pour les impressionnistes et un certain nombre de publics, c'est très bien mais je doute que ce soit suffisant. Je crois qu'en réalité, nous réagissons malheureusement avec un peu trop d'à-coups. Bien sûr, nous souffrons d'une conjoncture qui est liée au terrorisme et aux attentats que nous avons connus à Paris et à Nice et que nous serons peut-être amenés à connaître à nouveau prochainement.

Je pense aussi que nous souffrons de problèmes structurels. Il en était déjà question auparavant. J?ai eu l?occasion d?être membre de la mission d?information et d?évaluation sur le travail dominical et nocturne, avant même les attentats terribles que nous avons connus. Le problème de l'attractivité touristique se posait déjà à ce moment-là.

Nous avons beaucoup à faire, pas seulement sur la question de la publicité et de la communication, mais nous avons aussi beaucoup à faire dans des domaines structurels sur lesquels la France est littéralement conspuée sur les blogs et sur les sites étrangers, par exemple la sécurité. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de voyages qui ne sont plus assurés à Paris, en raison notamment du fait que nous avons mis en place l'État d'urgence.

A défaut de ces assurances, beaucoup de touristes étrangers, alors qu?ils auraient pu aller à Paris, ne vont plus dans notre pays et privilégient désormais des destinations qui sont perçues comme plus sécurisées comme le Royaume-Uni.

Ce problème n'est pas lié uniquement aux attentats. Je vous renvoie à 2012. Il se trouve que lors de l?alternance de 2012, l'une des premières décisions prises par le Préfet était d'abroger les arrêtés anti-mendicité qui pourtant étaient très nécessaires et qui sont, encore une fois, indispensables dans le centre de Paris, notamment le centre historique et le 6e arrondissement.

J'en sais un peu quelque chose. Nous pourrions faire évidemment beaucoup d'autres choses structurelles. Naturellement, tout n'est pas dans la main de la Mairie de Paris mais la Mairie de Paris détient un poids politique suffisamment important pour faire pression sur le Gouvernement afin que nous puissions accueillir davantage de touristes.

Il y a les moyens de paiement. La France est la championne d?Europe sur les seuils de détaxe. Nous avons le seuil de détaxe le plus élevé, 175 euros contre 90 euros en moyenne dans l?Union européenne. Nous acceptons un nombre de cartes bancaires étrangères extrêmement faibles par rapport notamment à l'Allemagne qui a fait un effort considérable dans ce domaine. Nous avons ce problème lié au paiement en espèces des biens touristiques.

J?aurais pu terminer, mais je ne peux pas ne pas parler de la question des ouvertures dominicales et nocturnes. Il y a de grandes institutions privées, de grands magasins qui vont, en 2017, engager des ouvertures nocturnes très larges pour accueillir un nombre de touristes beaucoup plus important.

Je regrette que les institutions publiques, notamment les musées, ne mènent pas cette réflexion. La Mairie de Paris, pour le coup, a des leviers en main. Les musées pourraient, par exemple, ouvrir beaucoup plus longtemps, à des heures très avancées de la nuit. La question de l'ouverture 24 heures sur 24 de la Tour Eiffel aussi a été posée par de nombreux acteurs privés et c?est dommage qu?aujourd?hui, la Ville de Paris ne mène pas une politique plus ambitieuse dans ce domaine.

Je termine sur un point. A la présentation de ce Schéma régional du tourisme, il y avait la présidente de la Région Ile-de-France, Mme PÉCRESSE, et son vice-président chargé du tourisme. Il y avait aussi les directeurs et le Président du Comité régional du tourisme. Il se trouve que la Ville de Paris était représentée uniquement par le directeur général de l?Office du Tourisme et des Congrès de Paris. Ce n'est pas une accusation, ne le prenez pas mal. Je vais conclure.

Je continue de penser qu'à un moment donné, il va bien falloir désigner un acteur pilote dans ce domaine. Ce n?est pas une accusation contre vous, Monsieur MARTINS. Mais à un moment donné, on ne peut pas avoir autant d'acteurs.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Sergio TINTI.

M. Sergio TINTI. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, nous comprenons tout à fait la nécessité de mettre en place une stratégie de relance du tourisme à Paris. Suite aux événements dramatiques survenus en France, le secteur touristique qui représente 12 % de l'emploi parisien a connu un recul de 10 % de la fréquentation à Paris et en Ile-de-France.

Déjà au moment de la présentation du Schéma de développement touristique en novembre dernier, nous avons salué son ampleur inédite et l'importance de doter Paris d'une vision pour un secteur si important. L'objectif est ambitieux : retrouver le niveau de fréquentation d'avant les attentats de 2015 au 1er semestre 2017. Pour cela, des campagnes dites affinitaires seront mises en place pour déclencher des séjours à court terme. Bien entendu, nous n'avons aucun problème avec le fait que des campagnes ciblées soient mises en place, mais nous le rappelions en novembre dernier, nous militons pour un Paris pour toutes et tous.

Toutes les personnes désireuses devenir à Paris doivent pouvoir trouver à s?héberger et à vivre l'expérience de Paris. En famille, en couple, seul ou entre amis, Paris doit être accessible. À cet égard, la mise en place d'offres à destination des familles ou encore le développement des offres à destination des petits budgets doivent être privilégiés.

Nous soutiendrons ce projet de délibération, mais nous devons être attentifs à n'exclure personne. Paris, c?est le Paris de la multitude, de la diversité, du luxe et du populaire, du sport de rue et des belles infrastructures, des braderies, des petits troquets et des grandes brasseries. C'est ce Paris qui restera dans le souvenir de chaque touriste et voyageur, c'est ce Paris qui alimentera, pour chacun d'entre eux, une seule envie, celle d'y revenir.

Merci, Monsieur le Maire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre à tous, la parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire, chers collègues.

Je répondrai au nom de Jean-François MARTINS puisqu'une lecture peut-être un peu radicale des textes amène à ce que les membres du Conseil d'administration de l'Office du Tourisme ne puissent pas prendre part au vote, ni prendre la parole pendant nos échanges.

Je ne pourrai pas répondre de manière aussi pertinente que lui, mais je vous donnerai quelques éléments pour vous dire que les deux subventions soumises à vos voix concernent d'abord la subvention ordinaire de fonctionnement à l'Office du Tourisme de Paris qui est, cette année, de l'ordre d?un peu plus 5,2 millions d?euros et, en parallèle, une subvention exceptionnelle de 2 millions d?euros versée à l'Office du tourisme, exclusivement dédiée à la mise en ?uvre du plan de relance de la destination Paris.

Concernant d?abord le soutien habituel à l?Office du Tourisme, un mot peut-être pour souligner les demandes d'évolution que la Ville de Paris souhaite voir opérer dans les principales priorités de l'Office du Tourisme. Ces nouvelles évolutions ont pour objectif de faire de l?Office du Tourisme de Paris une agence de promotion de la destination plus performante, dans un contexte où Paris subit la concurrence d'autres destinations qui investissent des budgets très conséquents sur la promotion, avec des stratégies de marketing territoriales plus performantes et plus modernes que celles de l'Office du Tourisme de Paris.

C'est la raison pour laquelle il est demandé à l'Office du Tourisme que nous puissions mieux prendre en compte les nouvelles modalités de déplacement des touristes à Paris. Je pense notamment au fait que les visiteurs passent aujourd'hui moins par des agences et tours opérateurs, même s'il en reste encore beaucoup qui organisent des voyages de cette façon, mais ils sont de plus en plus nombreux à organiser seuls leur voyage via Internet ou les réseaux sociaux. Ce changement de paradigme implique d?investir massivement dans des stratégies de marketing digital, d?animation des réseaux sociaux ou encore dans les relations presse, et c'est ce que Jean-François MARTINS souhaite voir développer par l'Office du Tourisme. C'est l'objet des discussions et des échanges que nous avons avec l'Office du Tourisme tel que cela a été présenté il y a quelques mois maintenant.

Concernant la subvention exceptionnelle de 2 millions d?euros, elle fait suite à la diminution de la fréquentation touristique à Paris après les attentats des années 2015 et 2016. Cette baisse a eu des conséquences préoccupantes pour l'économie parisienne et pour l'emploi parisien, le secteur touristique représentant plus de 12 % de l'emploi dans notre ville. Il ne faut donc pas nier ces difficultés.

Cela dit, il faut tout de même prendre en compte le fait que Paris a particulièrement bien résisté ces derniers mois puisqu'elle demeure, et de loin, la première destination touristique au monde. La meilleure façon de défendre Paris et l?attractivité touristique de Paris, c?est de ne pas relayer des poncifs par ailleurs faux sur l'état actuel de la Capitale. Il faut être fier de notre ville et ne pas faire de la mauvaise publicité systématiquement, surtout lorsque c'est faux. Je pense aux questions, par exemple, de sécurité, aux questions de propreté ou même aux questions d'ouverture d'équipements culturels ou festifs la nuit. Paris n'a pas à rougir de la comparaison avec d'autres villes.

En revanche, c'est vrai qu'il faut, comme le disait Jean-François LEGARET, que tout le monde ?uvre dans le même sens, tous les acteurs concernés, l'Etat, la Région, la Métropole et évidemment la Ville de Paris. C'est ce que nous proposons avec cette subvention exceptionnelle de 2 millions d?euros pour l'année 2017 pour la relance de la destination Paris.

Nous avons organisé ce plan de relance avec la Région et avec l'Etat, avec un cofinancement exceptionnel doté d'un budget public de 8 millions d?euros, ce à quoi s'ajouteront des partenaires privés et des fonds privés, qui permettront une enveloppe totale dédiée au plan de relance qui pourrait atteindre entre 12 et 16 millions d?euros. C'est la première fois qu'un plan de relance d'une telle ampleur sera mené pour Paris, avec une déclinaison conséquente de ce plan de relance pour promouvoir la destination d'un Paris romantique, d?un Paris nocturne et festif, d?un Paris en plein air et en famille, la rentrée culturelle évidemment ou encore l'hiver féerique à Paris pour les fêtes de fin d'année.

Des campagnes modernes et digitales nombreuses seront relayées et augmentées par ce plan de relance. Un volet de ce plan sera consacré au développement des relations publiques, notamment dédié à la prospection de tournages de films de séries télévisées étrangères à Paris ou encore un accueil décuplé d'influenceurs du monde entier pour afficher une image positive de la destination dans les grands médias étrangers.

Enfin, un dernier volet de ce plan concerne la présence française renforcée dans les grands salons internationaux du tourisme et ce sera une des missions complémentaires de l'Office du Tourisme.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je vais mettre aux voix successivement les deux projets de délibération.

Je mets donc d'abord aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 45.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2017, DAE 45).

Je mets ensuite aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 46.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DAE 46). Je vous remercie. Dépôt de questions d'actualité.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Mes chers collègues, je vous informe que six questions d'actualité ont été déposées.

La première question d'actualité, posée par le groupe UDI-MODEM à Mme la Maire de Paris concerne "l'évolution de la démographie parisienne et la perte d'habitants." La deuxième question d'actualité, posée par le groupe Socialiste et Apparentés à Mme la Maire de Paris est relative à "la mise en ?uvre du Plan hiver à Paris." La troisième question d'actualité, posée par le groupe Ecologiste de Paris à Mme la Maire de Paris est relative "aux produits destinés aux bébés.' La quatrième question d'actualité, posée par le groupe Communiste - Front de Gauche à Mme la Maire de Paris concerne le "Projet Hôtel-Dieu (A.P.-H.P.)." La cinquième question d'actualité, posée par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants à Mme la Maire de Paris concerne les "actions de la Ville de Paris envers les copropriétés privées pour réguler la présence d'appartements loués via "Airbnb"." Enfin, la dernière question d'actualité, posée par le groupe les Républicains à Mme la Maire de Paris est relative à "la délégation de service public Autolib'."

Nous suspendons nos travaux. Reprise à 14 heures 45 par les questions d'actualité.

Bon appétit.